Fouilles archéologiques préventives :

À la recherche de l'histoire de l'île sous la route du littoral


Publié / Actualisé
Des vestiges du passé peut-être sous la future route du littoral ? Depuis ce lundi 23 janvier 2012, une équipe de l'INRAP (institut national de recherches archéologiques préventives) conduit une opération d'archéologie préventive au niveau de l'aire de repos de La Possession. Une opération en deux étapes, terrestre et sous-marine, qui fait figure de première dans l'île et en France. Réalisées par l'INRAP, sous le contrôle de la direction des affaires culturelles de l'Océan Indien (DAC OI) et le département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) du ministère de la culture et de la communication, ces fouilles préventives ont pour mission d'évaluer la présence de traces du passé. Ce mercredi 25 janvier 2012, des vestiges de murs ont d'ailleurs été mis en évidence.
Des vestiges du passé peut-être sous la future route du littoral ? Depuis ce lundi 23 janvier 2012, une équipe de l'INRAP (institut national de recherches archéologiques préventives) conduit une opération d'archéologie préventive au niveau de l'aire de repos de La Possession. Une opération en deux étapes, terrestre et sous-marine, qui fait figure de première dans l'île et en France. Réalisées par l'INRAP, sous le contrôle de la direction des affaires culturelles de l'Océan Indien (DAC OI) et le département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) du ministère de la culture et de la communication, ces fouilles préventives ont pour mission d'évaluer la présence de traces du passé. Ce mercredi 25 janvier 2012, des vestiges de murs ont d'ailleurs été mis en évidence.
"L'histoire a démarré chez nous à La Possession. Les traces sont parfois visibles comme pour les usines ou encore le Lazaret de la Grande Chaloupe. D'autres le sont moins car couverts de terre. Ces témoins du passé doivent être repérés avant les premiers coups de pioche", a insisté Wilfried Sautron, conseiller municipal à la mairie de La Possession. Depuis ce lundi, une équipe de l'INRAP mène une campagne de fouilles archéologiques préventive sur les parties terrestres du futur ouvrage de la nouvelle route du littoral, au niveau de l'aire de repos de La Possession.

Première de cette envergure à La Réunion, et première en France, du fait de l'aspect sous-marin, l'opération s'inscrit dans le cadre du projet de la nouvelle route du littoral. Le conseil régional a, en effet, saisi les services de l'État au titre de l'archéologie préventive, permettant à la DAC-OI et le DRASSM de prescrire un diagnostic archéologique. L'idée est de réaliser une reconnaissance sur le terrain visant à détecter, caractériser et dater les vestiges éventuellement présents. Il s'agit ensuite de déterminer si ces vestiges doivent faire l'objet d'autres mesures de sauvegarde, de fouilles ou de conservation.

"Ce ne sont pas des fouilles programmées comme cela a été fait au cimetière marin, quand des ossements humains avaient été découverts suite au passage de Gamède. C'est du préventif. Cette démarche consiste à anticiper les travaux plutôt que de subir", souligne Edouard Jacquot, conservateur à la DAC OI. "L'archéologie a sous souvent mauvaise réputation car elle retarde les travaux, travaux qui en général ont un coût. Nous avons ici une démarche exemplaire", ajoute, pour sa part, Marc Nouschi, directeur des affaires culturelles de l'Océan Indien.

Jusqu'à ce vendredi 27 janvier, l'équipe de l'INRAP n'aura pour seul objectif que de rechercher les vestiges laissés par l'Homme depuis les premières occupations du site. Des sondages archéologiques qui nécessitent l'utilisation de moyens mécaniques. "Nous avons d'abord réalisé une tranchée de diagnostic avec une pelle mécanique, puis nous procédons à une lecture du terrain et enregistrons les informations récoltées", explique Thomas Romon, archéologue à l'INRAP.

L'archéologue ne manque d'ailleurs pas de préciser que les premiers résultats ne se sont pas faits attendre. Les premières recherches ont ainsi permis de mettre en évidence, dès ce mercredi 25 janvier, des vestiges. "Nous avons dégagé deux murs à la batterie de La Possession, au niveau de la chapelle. Il y a peut-être d'autres surprises en dessous", explique Thomas Romon.

La prochaine étape de ces fouilles préventives consistera en des recherches sous-marines le long du tracé de la future route du littoral. Des recherches qui démarreront à la fin de la saison cyclonique 2011-2012.

Selon Marc Nouschi, "des épaves, pontons ou autres éléments de digues ou aménagements fixes" pourraient être découverts. "En amont de cette campagne, des chercheurs de l'INRAP ont lu des journaux de l'époque afin de déterminer combien il y a eu de naufrages. Il s'agit de mieux interpréter les anomalies détectées par nos sonars au mois de décembre 2011", précise le directeur des affaires culturelles de l'Océan Indien. En fonction de ce qui aura été trouvé, il indique "pouvoir demander de déplacer un ou plusieurs pontons".

À noter qu'à l'issue de l'opération de diagnostic de cette semaine, les experts de l'INRAP devront établir un rapport. Quant aux premiers coups de pioches pour la nouvelle route du littoral, ils devraient être donnés à l'horizon 2013.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !