Second tour des municipales à Sainte-Suzanne :

Le duel Alamélou / Gironcel aujourd'hui


Publié / Actualisé
Le second tour de l'élection municipale de Sainte-Suzanne se déroule ce dimanche 5 février 2012. Il marque l'épilogue d'une campagne marquée par les dissensions entre des amis d'hier et une bataille entre deux hommes : Maurice Gironcel, candidat investi du PCR (parti communiste réunionnais) et Daniel Alamélou, ancien premier adjoint et rallié par Yolande Pausé, la maire sortante de la ville.
Le second tour de l'élection municipale de Sainte-Suzanne se déroule ce dimanche 5 février 2012. Il marque l'épilogue d'une campagne marquée par les dissensions entre des amis d'hier et une bataille entre deux hommes : Maurice Gironcel, candidat investi du PCR (parti communiste réunionnais) et Daniel Alamélou, ancien premier adjoint et rallié par Yolande Pausé, la maire sortante de la ville.
Scrutin historique ce dimanche à Sainte-Suzanne. Les 15 910 électeurs de Sainte-Suzanne sont appelés à aller voter ce dimanche 3 février 2012 pour le premier tour des élections municipales partielles. Autrefois alliés, Maurice Gironcel, candidat investi du PCR, et Daniel Alamélou (membre du PCR) s'affrontent donc dans les urnes pour accéder à la tête de la municipalité.

Lors du premier tour de cette élection anticipée, dimanche 29 janvier, Maurice Gironcel était arrivé en tête avec 43% des voix, Daniel Alamélou avait récolté 30% des suffrages et la maire sortante, Yolande avait comptabilisé 13% des votes. Les trois candidats ayant dépassé les 10%, ils pouvaient se maintenir dans la course.

Mais durant la semaine, Yolande Pausé et Daniel Alamélou, candidats PCR, étaient parvenu à un accord de fusion de leurs listes. Si l'adjoint au maire sortant ne s'est pas étendu sur les modalités de cet accord, il semblerait qu'il stipule que Yolande Pausé obtiendrait le poste de première adjointe de la ville, en cas de victoire. Elle pourrait, par ailleurs, accéder à la présidence de la Cinor (communauté intercommunal du Nord de La Réunion). "Tous ces éléments seront discutés par la suite par la liste d'union. Les élections se font avant et les postes se dessinent ensuite", avait alors seulement commenté Daniel Alamélou.

Ce dernier peut également compter sur Antonio Grondin, candidat au premier tour (9%) et anciennement soutenu par le Nouveau Centre. Un soutien provoquant un début d'incompréhension parmi les électeurs communistes.

Cette confusion s'est poursuivie lorsque Maurice Gironcel, candidat investi par le PCR, a accepté le soutien de Eddie Adékalom (5%), candidat divers droite.

Si à Sainte-Suzanne, les ennemis d'hier sont les amis de demain et inversement, les électeurs devront trancher ce jour. Et les résultats devraient être serrés. Le meilleur schéma pour Maurice Gironcel était la triangulaire, mais dans la configuration du duel aucune liste ne peut être certaine de l'emporter haut la main. En effet, si la logique des mathématiques voudrait que la liste conduite par Daniel Alamelou, Yolande Pausé et Antonio Grondin ait une légère avance sur celle de Maurice Gironcel, il n'est pas certain que les électeurs voient d'un bon ?il l'alliance qu'ils ont noué. Les électeurs de droite et communistes de chacune de ces trois listes du premier tour risquent de ne pas comprendre ces choix et de ne pas savoir où se placer. Ils pourraient alors décider de rester à la maison ce dimanche.

Une chose est déjà sûre, grâce au jeu des alliances, le conseil municipal de Sainte-Suzanne sera composé quasi exclusivement d'élus communistes ou issus du parti communiste réunionnais, à la fois dans la majorité et dans l'opposition. La droite, elle, n'aura accédé à des sièges qu'en faisant alliance avec ces mêmes personnes communistes ou issues du parti communiste réunionnais.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !