Manifestation contre le prix des carburants (actualisé à 8 heures) :

"Ce n'est pas un blocage, c'est de la colère"


Publié / Actualisé
À 8 heures ce lundi 6 février 2012 une cinquantaine de camions et d'autres véhicules de professionnels de la route était toujours rassemblée sur le parking de la halle des manifestations au Port. Les transporteurs, des associations de consommateurs et des simples usagers prévoient de défiler en convoi du Port jusqu'à Sainte-Marie dans le courant de la matinée. Ils entendent ainsi protester contre la hausse du prix des carburants. Un barrage filtrant a été installé aux abords de la halle des manifestations. Seuls les véhicules professionnels (poids lourds, fourgons etc) sont interdits de passage. Toutes les voitures de particuliers circulent librement. "Ce n'est pas un blocage des routes que nous voulons, c'est manifester notre colère contre un mauvais coup porté à notre pouvoir d'achat" explique le transporteur Jean-Bernard Caroupaye.
À 8 heures ce lundi 6 février 2012 une cinquantaine de camions et d'autres véhicules de professionnels de la route était toujours rassemblée sur le parking de la halle des manifestations au Port. Les transporteurs, des associations de consommateurs et des simples usagers prévoient de défiler en convoi du Port jusqu'à Sainte-Marie dans le courant de la matinée. Ils entendent ainsi protester contre la hausse du prix des carburants. Un barrage filtrant a été installé aux abords de la halle des manifestations. Seuls les véhicules professionnels (poids lourds, fourgons etc) sont interdits de passage. Toutes les voitures de particuliers circulent librement. "Ce n'est pas un blocage des routes que nous voulons, c'est manifester notre colère contre un mauvais coup porté à notre pouvoir d'achat" explique le transporteur Jean-Bernard Caroupaye.
Les manifestants réclament une baisse de 25 centimes pour tous sur le prix de l'essence et la mise en vente de la bouteille de gaz à 15 euros au lieu de 21,76 euros actuellement. C'est la hausse des prix des carburants depuis le 1er janvier qui a déclenché la colère des usagers. Une table ronde sur ces prix est prévue à 10 heures à Saint-Denis entre l'État, le conseil régional, les pétroliers et tous les autres acteurs de la filière, afin d'expliquer le mécanisme de formation des prix et de réfléchir à d'éventuelles baisses des tarifs. C'est pour peser sur ces négociations que le mouvement de protestation est organisé.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !