Prix des carburants (Actualisé à 21h50) :

Dissensions chez les transporteurs : pas de blocage des routes


Publié / Actualisé
Il n'y aura pas de blocage de route ce jeudi 9 février 2012. Les transporteurs ont finalement décidé de jouer la carte de l'apaisement. Ce sont des dissensions dans les rangs des professionnels de la route qui est à l'origine de cette décision. Armand Mouniata, président du collectif de défense des travaux publics et des transports, estime en effet que les revendications de sa structure ne sont "qu'à 10% similaires" à celles développées par l'intersyndicale des transports qui a Jean-Bernard Caroupaye pour porte parole. Tous réclament toutefois la mise en place d'un carburant détaxé pour les professionnels de la route. Une réunion sur le sujet doit avoir lieu ce jeudi après-midi au conseil régional. Une autre réunion est prévue, avec les pétroliers notamment, ce mardi 14 février à la Deal (direction de l'environnement de l'aménagement et du logement) à Saint-Denis. Il s'agira d'étudier la possibilité d'une baisse de 25 centimes par litre de carburant pour tous les usagers. C'est pour faire pression sur les participants de ces réunions que le blocage des routes avait été envisagé dans un premier temps
Il n'y aura pas de blocage de route ce jeudi 9 février 2012. Les transporteurs ont finalement décidé de jouer la carte de l'apaisement. Ce sont des dissensions dans les rangs des professionnels de la route qui est à l'origine de cette décision. Armand Mouniata, président du collectif de défense des travaux publics et des transports, estime en effet que les revendications de sa structure ne sont "qu'à 10% similaires" à celles développées par l'intersyndicale des transports qui a Jean-Bernard Caroupaye pour porte parole. Tous réclament toutefois la mise en place d'un carburant détaxé pour les professionnels de la route. Une réunion sur le sujet doit avoir lieu ce jeudi après-midi au conseil régional. Une autre réunion est prévue, avec les pétroliers notamment, ce mardi 14 février à la Deal (direction de l'environnement de l'aménagement et du logement) à Saint-Denis. Il s'agira d'étudier la possibilité d'une baisse de 25 centimes par litre de carburant pour tous les usagers. C'est pour faire pression sur les participants de ces réunions que le blocage des routes avait été envisagé dans un premier temps
Les dissensions au sein du mouvement des transporteurs sont apparues publiquement ce mercredi matin lors de la conférence de presse tenue par la Capeb, syndicat des artisans, devant le siège de la SRPP au Port. Franck Legros appelait les artisans et toute la population à se mobiliser dès jeudi matin devant la Région. "Les artisans n'en peuvent plus d'être ponctionné comme le reste de la population nous devons nous mobilier et nous le ferons dès demain avec nos camions et nos engins s'il le faut" avertissait Franck Legros. Armand Mouniata approuvait la déclaration. Mais lorsque Hugues Atchy, président de l'intersyndicale des professionnels de la route, prenait à son tour la parole pour dire la détermination de son mouvement, Armand Mouniata s'éloignait rapidement en lançant "c'est trop politisé, je n'ai rien à voir avec ça".

Il expliquait ensuite "il faut que le peuple se mobilise pour obtenir une baisse de 25 centimes sur le prix du litre d'essence. Si elle nous demande de l'aide, nous viendrons soutenir cette revendication avec nos camions, nous avons les moyens de le faire. Mais nous ne répondrons pas à l'appel de l'intersyndicale. Elle n'est pas représentative de la profession. Nous, nous ne voulons pas politiser cette affaire"

C'est plus tard dans la journée que la décision a été prise de ne pas bloquer la circulation ce jeudi.

À noter que Jean-Hugues Ratenon, de l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté, qui assistait à la conférence de presse de la CAPEB, s'est joint à l'appel à la mobilisation. "Nous allons nous concerter afin de déterminer si nous serons présents devant la Région ou ailleurs ce jeudi" indiquait-il. "Ce qui est certain est que la mobilisation est en marche. D'autres organisations vont rejoindre le mouvement, nous sommes prêts" ajoutait-il.

Par ailleurs dans un communiqué publié mercredi en début d'après-midi, la chambre de métiers et de l'artisanat souligne que "tous les artisans, quels qu'ils soient, sont consommateurs dans l'exercice de leur métier respectif, et que leur résultat d'exploitation est directement impacté par l'évolution du coût de cette source d'énergie" Bernard Picardo, le président de la chambre consulaire, ajoute "il nous parait opportun d'attirer l’attention des parties à la négociation sur ce poste de charges de plus en plus important et sur sa prise en compte effective"


   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !