Signature d'un accord entre les planteurs, les industriels et le CTICS (actualisé à 20 heures 50) :

Le blocage de l'usine de Bois Rouge est levé


Publié / Actualisé
L'activité a repris à l'usine de Bois-Rouge ce lundi 17 septembre 2012 vers 20 heures 45. Le conflit opposant planteurs au CTICS (centre technique interprofessionnel de la canne et du sucre) et industriels a trouvé une issue favorable en début de soirée. Après près d'une heure de discussions en conseil d'administration, un accord a été trouvé. Cet accord prévoit la nomination d'un expert chargé de mener des travaux sur le protocole de prélèvement des cannes."Nous allons rester vigilants", affirme, "mitigé", Frédéric Vienne, président de la FDSEA.
L'activité a repris à l'usine de Bois-Rouge ce lundi 17 septembre 2012 vers 20 heures 45. Le conflit opposant planteurs au CTICS (centre technique interprofessionnel de la canne et du sucre) et industriels a trouvé une issue favorable en début de soirée. Après près d'une heure de discussions en conseil d'administration, un accord a été trouvé. Cet accord prévoit la nomination d'un expert chargé de mener des travaux sur le protocole de prélèvement des cannes."Nous allons rester vigilants", affirme, "mitigé", Frédéric Vienne, président de la FDSEA.

Ce lundi soir, à l’issue du conseil d’administration du CTICS, les planteurs, qui protestaient contre le protocole de prélèvement des cannes, ont obtenu la nomination d’un expert indépendant sous sept jours. Concrètement, ce dernier aura, entre autres, pour mission de définir les difficultés soulevées au niveau de l’échantillonnage, de quantifier les pertes éventuelles ou encore proposer des améliorations techniques. Il aura trois semaines pour rendre un premier avis. Si des pertes sont avérées, les planteurs seront indemnisés.

Frédéric Vienne, président de la FDSEA est "plutôt mitigé". "Il a fallu patienter une semaine pour obtenir un résultat", lâche-t-il. "Nous aurions voulu dans l’immédiat de meilleurs prélèvements. Ce n’est pas le cas. Nous attendons les conclusions de l’expert", ajoute-t-il.

Sentiment mitigé également pour le syndicat des Jeunes Agriculteurs de La Réunion. Le syndicat est, en effet, déçu que "la proposition, qui consistait à réduire le prélèvement de l’échantillon à 1 mètre afin de limiter l’écrasement des cannes en bout de sonde n’a pas été retenue". "Pour cette raison, nous avons décidé de ne pas signer l’accord du conseil d’administration du CTICS. Ce soir, les jeunes agriculteurs se retirent du mouvement et appellent à la reprise du travail", conclut le syndicat.

A noter qu’après huit jours de blocage, l’usine de Bois-Rouge a repris son activité dès ce lundi soir afin de dégager les plateformes encombrées et permettre d’accueillir de nouveaux chargements dès l’ouverture des plateformes ce mardi matin.

Pour rappel, depuis le lundi 10 septembre 2012, la campagne sucrière était paralysée dans le Nord et l’Est de l’île. La cause de la colère des planteurs : la sonde employée par les agents du CTICS pour prélever les cannes. Ces derniers disaient avoir constaté des irrégularités dans la qualité de l’échantillon, faisant ainsi perdre à la canne de sa richesse. Une sonde qui a d’ailleurs été "reconnue défectueuse". Les planteurs réclamaient une aide financière pour les pertes occasionnées depuis le début de la campagne sucrière et voulaient renégocier le calcul de la richesse.

Durant ce blocage, plus de 40 000 tonnes de cannes coupées étaient en souffrance dans les champs.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !