Mal logement :

Le Port - Cité Herbert Spencer : retour au tribunal


Publié / Actualisé
Le dossier de la cité Herbert Spencer du Port était de nouveau examiné par un juge ce mardi 17 juin 2014 au tribunal d'instance de Saint-Paul. 80 locataires estimant vivre ou avoir vécu dans des logements indécents ont entamé une action pour "troubles de jouissance" contre la Semader. L'affaire a finalement été renvoyée au 16 septembre. "Nous sommes confiants, nous savons que la Semader va être condamnée, mais voulons que la condamnation soit à la hauteur du préjudice subi" lance Erick Fontaine, administrateur de la confédération nationale des locataires (CNL) qui soutient les habitants depuis le début de l'affaire. Une trentaine de famille continue d'habiter cette cité dont la justice a ordonné la démolition. Les locataires doivent avoir quitté les lieux au plus tard le 30 juillet prochain.
Le dossier de la cité Herbert Spencer du Port était de nouveau examiné par un juge ce mardi 17 juin 2014 au tribunal d'instance de Saint-Paul. 80 locataires estimant vivre ou avoir vécu dans des logements indécents ont entamé une action pour "troubles de jouissance" contre la Semader. L'affaire a finalement été renvoyée au 16 septembre. "Nous sommes confiants, nous savons que la Semader va être condamnée, mais voulons que la condamnation soit à la hauteur du préjudice subi" lance Erick Fontaine, administrateur de la confédération nationale des locataires (CNL) qui soutient les habitants depuis le début de l'affaire. Une trentaine de famille continue d'habiter cette cité dont la justice a ordonné la démolition. Les locataires doivent avoir quitté les lieux au plus tard le 30 juillet prochain.

"Par le biais de son avocat, la Semader a demandé que chaque cas soit traité individuellement. Il a aussi demandé la transmission du rapport de l'agence régionale de santé sur l'état de l'immeuble, cela alors que le bailleur est déjà en possession de ce document. Nous avons jusqu'au 15 juillet pour fournir ces pièces" explique Erick Fontaine. Le bailleur social aura jusqu'au 15 août pour répondre et l'affaire sera jugée le 16 septembre

"Confiant" concernant la condamnation de la Semader, Erick Fontaine se dit "plus inquiet" pour la trentaine de familles qui restent à reloger. "Aucune proposition de relogement ne leur a été faite. Alors soit on les murent dans l'immeuble, soit on trouve une solution" s'emporte l'administrateur de la CNL. "La mairie du Port dispose de logement SHLMR neufs, elle pourrait les attribuer aux locataires" estime Erick Fontaine.

Cette proposition devrait être discuté au cours de la réunion prévue ce mardi soir avec le maire du Port, Olivier Hoarau.

A noter que le mercredi 28 mai dernier, la Semader a déjà été condamnée à indemniser 23 habitants de la cité. Le bailleur social doit les dédommager des "troubles de jouissance" subis avant leur relogement. En mai 2013, le tribunal de grande instance de Saint-Paul s'était déjà prononcé en faveur des 23 familles, condamnant la Semader à verser un peu plus de 3 000 euros par locataire. La Cour d'appel a revu à la baisse cette indemnisation, le bailleur social devra payer 500 euros à chaque plaignant.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !