Mayotte - Vers un dépaysement de l'affaire de viol à Paris :

Le juge Karki est arrivé à La Réunion


Publié / Actualisé
Hakim Karki, le juge d'instruction du TGI de Mayotte, est arrivé à La Réunion ce lundi 7 juillet 2014. Mis en cause à la suite d'une plainte pour viol, une information judiciaire sera ouverte par le parquet de Saint-Denis. Le palais de justice de Champ Fleuri pourrait demander un dépaysement de l'affaire vers Paris, pour "une administration sereine de la justice", étant donné que Mayotte dépend de la juridiction de La Réunion. La Cour de cassation disposerait alors de huit jours pour se prononcer. Ce lundi, le magistrat mahorais devrait être mis en examen. Il pourrait être emprisonné ou laissé libre sous contrôle judiciaire. A noter qu'il n'y a pas eu de confrontation entre la jeune femme qui a porté plainte et le juge d'instruction. La plaignante est partie pour la métropole dans la journée de dimanche.
Hakim Karki, le juge d'instruction du TGI de Mayotte, est arrivé à La Réunion ce lundi 7 juillet 2014. Mis en cause à la suite d'une plainte pour viol, une information judiciaire sera ouverte par le parquet de Saint-Denis. Le palais de justice de Champ Fleuri pourrait demander un dépaysement de l'affaire vers Paris, pour "une administration sereine de la justice", étant donné que Mayotte dépend de la juridiction de La Réunion. La Cour de cassation disposerait alors de huit jours pour se prononcer. Ce lundi, le magistrat mahorais devrait être mis en examen. Il pourrait être emprisonné ou laissé libre sous contrôle judiciaire. A noter qu'il n'y a pas eu de confrontation entre la jeune femme qui a porté plainte et le juge d'instruction. La plaignante est partie pour la métropole dans la journée de dimanche.

Après un premier dessaisissement du procureur de la République de Mayotte, l’affaire de viol du juge Karki pourrait finalement être jugée à Paris. Saisi de l’affaire, le parquet de Saint-Denis pourrait demander à la Cour de cassation un dépaysement judiciaire vers la métropole.

La juridiction réunionnaise souhaite " une administration sereine de la justice ", le tribunal de Mamoudzou dépendant de celui de Saint-Denis. La cour régulatrice aurait alors huit jours pour accepter ou rejeter ce dépaysement de l'affaire vers la capitale.

Pour rappel, Hakim Karki, juge d’instruction au TGI de Mayotte, est mis en cause dans une affaire de viol, suite à un dépôt de plainte d’une jeune enseignante. Cette dernière assure avoir été frappée et eu plusieurs rapports sexuels forcés avec le magistrat mahorais. Le juge ne nie pas les actes, mais avance qu’ils auraient été consentis par la plaignante.

A Mayotte, certaines voix avancent la théorie d'un complot visant à mettre hors d'atteinte l'homme qui instruit l'affaire Roukia. Son enquête avait notamment mis en lumière l'implication d'agents du groupement d'intervention régional (GIR) de Mayotte dans un trafic de drogue entre l'île aux parfums et les Comores.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !