Régionales et départementales des 20 et 27 juin :

Voilà comment vous allez élire vos conseillers régionaux et départementaux


Publié / Actualisé
Le dimanche 27 juin 2021 - exactement dans 11 jours et quelques heures , vous aurez élu les femmes et les hommes qui siègeront pour six ans au Palais de la source (siège du conseil départemental) et à la Pyramide inversée (siège du conseil régional) Ce soir là il sera même possible de déterminer avec (une quasi) certitude le nom de la/du président.e de Région et celui de la/le président du Département commencera à se dessiner.Mais au fait savez-vous vraiment comment vous allez faire tout ça ? Pas vraiment? Pas tout à fait ? Pas de panique, Imaz Press vous dit tout (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le dimanche 27 juin 2021 - exactement dans 11 jours et quelques heures , vous aurez élu les femmes et les hommes qui siègeront pour six ans au Palais de la source (siège du conseil départemental) et à la Pyramide inversée (siège du conseil régional) Ce soir là il sera même possible de déterminer avec (une quasi) certitude le nom de la/du président.e de Région et celui de la/le président du Département commencera à se dessiner.Mais au fait savez-vous vraiment comment vous allez faire tout ça ? Pas vraiment? Pas tout à fait ? Pas de panique, Imaz Press vous dit tout (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

- Régionales : un scrutin de liste proportionnel avec prime majoritaire à deux tours -

Les Conseils régionaux sont renouvelés dans leur intégralité tous les six ans. A La Réunion, la Région compte 45 sièges. Chaque liste comporte 47 noms avec respect de l’alternance homme/femme. Les différents candidats avaient jusqu’au 17 mai dernier pour déposer leur liste. On compte cette année 11 listes sur la ligne de départ.

Les conseillers régionaux seront élus selon un mode de scrutin de liste à deux tours, avec représentation proportionnelle (en fonction du pourcentage de voix obtenus) et prime majoritaire (la liste gagnante bénéficie d’une prime de 25% des sièges attribués).

Si l’un des candidats atteint les 50% dès le premier tour, il obtiendra la prime majoritaire. Les autres sièges seront répartis à la proportionnelle entre les listes ayant obtenu au moins 5% des suffrages exprimés.

En cas de second tour, seuls les candidats ayant dépassé les 10% des suffrages exprimés pourront se présenter. A noter que les candidats ayant plus de 5% des suffrages exprimés pourront fusionner avec l’une des listes qualifiées pour le second tour, s’ils le souhaitent. Là encore, le candidat qui arrive en tête du second tour obtient la prime majoritaire. Les autres sièges seront répartis à la proportionnelle des voix entre les candidats ayant dépassé les 5% des suffrages exprimés.

- Départementales : un scrutin majoritaire binominal à deux tours -

Les Conseils départementaux sont eux aussi élus pour 6 ans. La Réunion compte 25 cantons représentés chacun par un binôme (un homme, une femme), soit un total de 50 élus au Département. Les différents candidats avaient jusqu’au 6 mai dernier pour déposer leur candidature. Ils seront cette année 508 à briguer un des 50 sièges de conseiller départemental.

Les conseillers départementaux sont élus selon un scrutin majoritaire binominal à deux tours. Ils sont donc un binôme (un homme, une femme) à se présenter au suffrage universel. Si un binôme obtient au premier tour 50% des suffrages exprimés et un nombre de suffrages au moins égal à 25 % des électeurs inscrits, il est élu.

Dans le cas contraire, seuls peuvent se présenter au second tour les binômes qui ont obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des électeurs inscrits. Le binôme qui obtient le plus grand nombre de voix est élu au second tour.

- Et pour la présidence des deux assemblées ? -

Pour la Région, elle a lieu lors de la séance d’installation de la nouvelle assemblée, qui se tient normalement le premier vendredi suivant l’élection des conseillers régionaux, soit le 2 juillet 2021. Les deux tiers des membres doivent être présents pour que l’élection puisse valablement se tenir. Pour être élu, le candidat à la présidence doit recueillir la majorité absolue. S’il n’y parvient pas à l’issue des deux premiers tours, un troisième tour permettra de départager les candidats grâce à la règle de la majorité relative (celui qui recueille le plus grand nombre de voix l’emporte). En cas d’égalité, l’élection est acquise au bénéfice de l’âge.

Généralement, l’élection du président de Région ne réserve pas vraiment de surprise, la liste étant arrivée en tête ayant consolidé une réelle majorité. La tête de liste est souvent la personne qui briguera de la présidence de la collectivité régionale.

Au Département la séance d’installation de la nouvelle assemblée se tient normalement le second jeudi qui suit le premier tour du scrutin, soit le 1er juillet 2021. Pour être élu, le candidat à la présidence doit recueillir la majorité absolue lors d’un des deux premiers tours. Dans le cas contraire, le troisième tour départagera les candidats avec un scrutin à la majorité relative. En cas d’égalité, l’élection est acquise au bénéfice de l’âge.

Contrairement à l’assemblée régionale, le vote à l’assemblée départementale fait l’objet de très nombreuses tractations et peut amener à de véritables surprises.

C’est ainsi que Nassimah Dindar avait provoqué un véritable coup de théâtre en se faisant réélire à la présidence du Département en 2008 grâce aux voix de la gauche, alors que la droite lui avait tourné le dos pour se tourner vers Jean-Louis Lagourgue.

Autre exemple plus récent, l’élection de Cyrille Melchior à la présidence du Département, en décembre 2017 à l’issue d’un scrutin lourd de suspense, avec 26 voix pour l’élu de Saint-Paul contre 24 pour son adversaire, Jean-Claude Lacouture.

C'est à l'issue de ce vote que Didier Robert avait vociféré qu'il fallait en finir avec "les vieux dinosaures" et "les traîtres" qu'étaient à ses yeux Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre et chef de file des Républicains, André Thien Ah Koon, maire du Tampon et Jean-Paul Virapoullé, ex maire de Saint-André. Le temps a passé et le président candidat sortant est allé demander l'aide de ces trois ténors de la droite et du centre allant même jusqu'à les placer sur sa liste (officiellement) d'union des droites et des centres...

www.ipreunion.com / [email protected]

   

2 Commentaire(s)

Papillon diurne, Posté
La France est en décadence depuis la fin des années 70... (VGE en 1974, FM 14 ans, JC 7+5= 12 ans, ensuite cheval un petit tour et puis on descend le perron de l'Élysée... Là, on a mis au pouvoir quelqu'un venu de nulle part et il s'est entouré avec un peu par-ci et un peu par-là : y compris Le Monsieur de 2,4% à la primaire de la droite et du centre (droit'), dont l'épouse noble était également son attaché parlementaire (député UMP, puis LR de L'Eure, dans la 1ère ! mais, il disait de EM que c'était un homme sans projet pour la France...lorsqu'il être candidat et en campagne pour la présidentielle...et il n'a pas tardé dès le soir du 7 mai 2017 pour dire "je voudrais travailler dans la majorité gouvernementale !". Cela s'appelle un traître en politique...enfin il n'est pas le seul...Jean-Yves Le Drian, le Breton...Barbara Pompili: qui avaient été dans le gouvernement de Valls...l'Espagnol naturalisé à 19 ans...Là, on va juste renouveler les 2 assemblées locales et quel que soit le président du CD974 et celui de la région : ils (ou elles) feront la courbette devant le président de 2022. L'électeur, quant à lui, il est un électron versatile...incapable de raisonner sur plus d'une journée, voire une semaine, rarement sur une décennie...
Sondage bidon pour une politique bidon , Posté
Le 20 juin il faut voter pour le changement.