Soutien à la compagnie aérienne (actualisé) :

L'Etat va verser un nouveau prêt de 20 millions d'euros à Air Austral


Publié / Actualisé
La compagnie aérienne Air Austral, dont la rentabilité a été mise à mal par la crise sanitaire, va bénéficier d'une nouvelle aide de l'Etat sous la forme d'un prêt de 20 millions d'euros, selon un arrêté signé le 18 août 2021 et publié ce dimanche au Journal officiel (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La compagnie aérienne Air Austral, dont la rentabilité a été mise à mal par la crise sanitaire, va bénéficier d'une nouvelle aide de l'Etat sous la forme d'un prêt de 20 millions d'euros, selon un arrêté signé le 18 août 2021 et publié ce dimanche au Journal officiel (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"L'Etat versera vingt millions d'euros, au titre du programme du fonds de développement économique et social (FDES), par l'entremise de Natixis, sous la forme d'un prêt au profit de la société Air Austral SA", selon cet arrêté.

Cette aide entre dans le cadre du prêt garanti par l'Etat de 30 millions d'euros annoncé début avril par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Elle s'ajoute, entre-autres, à 120 millions d'euros de financements au titre de 2020, dont 80 millions via des prêts garantis par l'Etat, pour soutenir la compagnie basée à la Réunion.

La compagnie régionale, spécialiste des rotation vers la Métropole ainsi que des vols à destination et en provenance de l'océan Indien, a été victime comme l'ensemble du secteur aérien de l'effondrement du trafic et des mesures de restrictions aux déplacements. Son chiffre d'affaires a chuté de 55 % par rapport à fin mars 2020, selon la Région Réunion. La compagnie était fin mars "proche de l'équilibre", selon la Région mais sa trésorerie risquait de plonger à - 41 millions d'euros en février 2022.

En mars 2021, la collectivité régionale, principale actionnaire de la compagnie par le biais de la Sématra, avait injecté 25 millions d'euro dans la trésorerie du transporteur aérien.  Ce montant entrait dans une enveloppe de 60 millions d'euros. L'Etat devait verser 30 millions d'euros et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) 5 millions d'euros. "L'Etat français soutiendra Air Austral (...) qui est vitale pour l'île de la Réunion, qui représente plusieurs centaines d'emplois, d'abord avec un prêt garanti par l'Etat de 30 millions d'euro" avait indiqué Bruno Le Maire le 7 avril devant les sénateurs.

- "Scénario catasrophe" -

Depuis, l'Etat n'avait versé 10 milllions d'euros. 20 millions d'euro étaient toujours attendus ainsi que les 5 millions d'euros venant de la CDC. Dès le 12 août, dans un courrier qu'Imaz Press s'est procuré, Huguette Bello, la présidente de Région, avait alerté le Président de la République, Emmanuel Macron. "C'est un scénario catastrophe qui se dessine, si les aides attendues de l'Etat et de la Caisse des dépôts et consignations ne sont pas mobilisées" avait souligné la présidente de Région. 

Selon Huguette Bello, la situation est d'autant plus grave que "la compagnie risque une rupture de trésorerie durant la dernière semaine du mois en cours, avec un déficit annoncé de 10 millions d'euros". "Les Réunionnais ne comprendraient pas que la survie de la compagnie soit compromise du fait de la non réalisation des engagements pris par l'Etat" avait ajouté Huguette Bello dans son courrier. .

Air Austral et la compagnie Corsair avaient annoncé le 17 août une coopération commerciale, soit une mise en commun de leurs moyens pour desservir l'océan Indien, afin d'améliorer leur rentabilité.

Selon nos informations, l'Etat avait alors misé sur un "rapprochement capitalistique" entre les deux compagnies, à travers la mise en place d'un actionnariat unique. Celui-ci pourrait alors inclure la Région, déjà actionnaire d'Air Austral via la société Sematra, mais aussi les actionnaires de Corsair et de nouveaux investisseurs privés. Les deux compagnies resteraient donc autonomes mais regroupées sous forme d'une "holding", soit un regroupement de participations financières sous une même unité de direction.

Une opération inenvisageable pour Huguette Bello. Dans son courrier du 12 août, elle avait mis en garde  le chef de l'Etat contre la tentation d'une fusion entre la compagnie péi et Corsair. L'Etat pousserait en effet les deux compagnies aériennes à se rapprocher dans le cadre d'un actionnariat unique, sous la forme d'une holding

Lire aussi : Huguette Bello demande à l'Etat de ne pas "contraindre" Air Austral à fusionner avec Corsair

Basée à La Réunion, Air Austral dessert la Métropole, Maurice, Maurice, les Comores, Madagascar, les Seychelles, l'Afrique du Sud, Bangkok et l'Inde du Sud. Corsair dispose elle de liaisons au départ de l'Hexagone vers la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, l'île Maurice, Mayotte, la Côte d'Ivoire, Montréal et la République dominicaine.

Air Austral opère ses rotations avec trois Boeing B777, deux B787 et trois A220.

www.ipreunion.com avec l'AFP / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

CECCU , depuis son mobile , Posté
C'est sur que si il y a fusion faudra montrer les comptes et la on verra magouilles et compagnies des salaires mirobolants à des incompétents et à des élus bornés et magouilleurs
Léon, Posté
Est-ce que cette nouvelle aide va permettre de rembourser enfin les voyages annulés par cette compagnie en 2020'
Poupette , Posté
Quelle honte ! À revoir les salaires des dirigeants de cette compagnie aérienne c'est l'argent des contribuables quand même !
Coco, Posté
Madame Bello devrait fermer cette compagnie ! Du gaspillage, depuis l'époque de robert avec des dirigeants qui volent à des salaires mirobolants'.
Jeanbon, Posté
oui, il faut absolument sponsoriser les compagnies aériennes, sinon comment voulez vous que les virus et leurs variants puissent se propager dans le monde.Et pour le réchauffement climatique, les avions refroidissent l'air comme des ventilateurs...Humour 3ème degrés !
Kikou, Posté
Tout ça l argent que pour une compagnie aérienne, en plus chers les billets d avion. I sert rien prend air austral, que li na passager ou pas, il l est tjrs financé par l l'etat. L argent dépensé dans le vide