Intempéries du 28 août 2021 (actualisé) :

L'état de catastrophe naturelle reconnu à Saint-Philippe et Saint-Joseph


Publié / Actualisé
Par l'arrêté interministériel publié au journal officiel du jeudi 4 novembre 2021, les communes de Saint-Philippe et de Saint-Joseph ont fait l'objet d'une reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle suite aux débordements de cours d'eau et aux inondations par ruissellement et coulées de boue survenus le 28 août 2021.
Par l'arrêté interministériel publié au journal officiel du jeudi 4 novembre 2021, les communes de Saint-Philippe et de Saint-Joseph ont fait l'objet d'une reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle suite aux débordements de cours d'eau et aux inondations par ruissellement et coulées de boue survenus le 28 août 2021.

Les personnes et les sociétés ayant subi des dommages bénéficient d’un délai de 10 jours à compter de la date de la publication de l’arrêté pour faire parvenir à leur compagnie d’assurance un état de leurs pertes. Les mairies concernées devront faire connaître ces dispositions à leurs administrés, indique la préfecture.

- Déluge violent -

Le déluge subi en l'espace de deux jours avait été extrêmement violent en août dernier sur les deux communes. A Saint-Philippe ou à Saint-Joseph les habitants ont été surpris par la brusque montée des eaux : radiers emportés, électricité coupée, boue accumulée dans les maisons, voitures emportées par les flots… Les écoles avaient été contraintes de fermer. Un homme est mort à la Marine Vincendo, emporté par les eaux.

Lire aussi - Fortes pluies : un homme emporté par les eaux, inondations et gros dégâts sur les routes

Lire aussi : Saint-Joseph : une personne emportée par les eaux à la Marine Vincendo

Des intempéries qui avaient poussé les maires à demander la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle à l'Etat, ce que le préfet Jacques Billant avait relayé par la suite fin août.

- Des conditions cycloniques en pleine saison sèche -

De telles inondations en saison sèche, la population du sud disait ne jamais avoir vu pareil événement météorologique tant les conditions se rapprochaient de celles d'un cyclone. "On retrouve ces quantités de précipitations en 24 heures pour un mois d'août en 1967, 1974 et 1972" avait alors confirmé la cheffe des prévisionnistes à Météo France, Patricia Salerno. A titre d'exemple, sur le poste de la Crête, près de la rivière Langevin sur les hauteurs de Saint-Joseph, il était tombé 605 mm en 24 heures, au lieu de 351 mm pour un mois d'août normal.

L'Office de l'eau a enregistré des crues records. A Saint-Joseph, sur la rivière Langevin, la crue de ce week-end désastreux s'est classée au 7ème rang des plus fortes crues observées depuis 35 ans.

Lire aussi - Intempéries : La Réunion n'est pas à l'abri des changements climatiques

www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !