Un nouveau gouvernement (presque) sans surprises :

Yaël Braun-Pivet, nouvelle ministre des Outre-mer


Publié / Actualisé
On connaît enfin, après une longue attente, la liste des ministres qui composent le gouvernement d'Elisabeth Borne. Au total, 27 noms (ministres, délégués et secrétaires d'Etat) parmi lesquels quelques postes attendus - Bruno Le Maire, Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti gardent leurs ministères - et d'autres moins. La nomination de Pap Ndiaye, nouveau ministre de l'Education nationale, est une grosse surprise. Idem avec celle de Yaël Braun-Pivet, nouvelle ministre des Outre-mer, et peu connue des Français (Photo d'illustration AFP)
On connaît enfin, après une longue attente, la liste des ministres qui composent le gouvernement d'Elisabeth Borne. Au total, 27 noms (ministres, délégués et secrétaires d'Etat) parmi lesquels quelques postes attendus - Bruno Le Maire, Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti gardent leurs ministères - et d'autres moins. La nomination de Pap Ndiaye, nouveau ministre de l'Education nationale, est une grosse surprise. Idem avec celle de Yaël Braun-Pivet, nouvelle ministre des Outre-mer, et peu connue des Français (Photo d'illustration AFP)

Et les nommés sont... Après une longue attente depuis la nomination d'Elisabeth Borne en tant que Première ministre lundi 16 mai, les 27 noms qui composent son gouvernement ont été annoncés par le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler ce vendredi 20 mai en début de soirée.

Lire aussi - Le gouvernement Borne nommé, Yaël Braun-Pivet est ministre des Outre-mer

- Yaël Braun-Pivet aux Outre-mer -

Les Français des Outre-mer attendaient notamment avec impatience de savoir qui aurait à gérer leur ministère. Si les rumeurs couraient sur une potentielle "fusion" des Outre-mer et de l'Intérieur dans ce gouvernement pour l'instant de transition (en attendant les législatives), il n'en est rien. Le ministère des Outre-mer reste indépendant et à sa tête est nommée Yaël Braun-Pivet.

Ex présidente de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République à l'Assemblée nationale, elle est relativement peu connue des Français, notamment des Français ultramarins.

Celle qui prend la place de Sébastien Lecornu - nommé au ministère des Armées - fut membre du Parti socialiste avant de rejoindre En marche, devenu La République en marche puis aujourd'hui Renaissance. Députée dans les Yvelines en 2017, elle est à nouveau candidate pour les élections législatives de juin 2022.

Nouvellement nommée, elle appelle avant tout au dialogue et souhaite un travail de terrain approfondi, sans pouvoir encore dire pour l'heure quel sera son premier déplacement dans les Outre-mer. "Chaque territoire est singulier, avec des spécificités, il ne faut pas considérer que les Outre-mer sont un tout homogène" a-t-elle déclaré ce vendredi soir.

- Ceux qui restent -

Les postes "clés" de ce gouvernement restent inchangés, au grand dam de ceux qui souhaitaient un remaniement en profondeur. Bruno Le Maire reste à l'Economie et aux finances, Gérald Darmanin conserve l'Intérieur et Eric Dupond-Moretti est toujours le Garde des Sceaux. Des choix qui montrent la volonté de la Première ministre de s'inscrire dans une certaine continuité, voulue par le Président lui-même.

D'autres ont changé de place. Pour Sébastien Lecornu par exemple, ex ministre des Outre-mer, c'est une promotion de taille : celui-ci devient ministre des Armées. Gabriel Attal lui aussi occupe un poste chargé de responsabilités : l'ancien porte-parole du gouvernement devient le ministré chargé des Comptes publics. L'ex-ministre chargé de la Fonction publique Olivier Dussopt devient quant à lui ministre du Travail, du plein emploi et de l'insertion.

Olivier Véran et Clément Beaune restent eux aussi au gouvernement. Si le premier change du tout au tout en passant de la Santé aux "relations avec le Parlement et la vie démocratique", le second garde sa place en tant que chargé de l'Europe.

- Les nouveaux visages -

D'autres noms font leur entrée au gouvernement. Au ministère des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian passe le relais à Catherine Colonna, dans un contexte de guerre en Ukraine. La nouvelle cheffe de la diplomatie prend ses fonctions en plein conflit russo-ukrainien et devra aussi s'attaquer à l'épineux dossier du Mali.

Lire aussi - Nouveaux visages à la défense et la diplomatie françaises en pleine guerre en Ukraine

De manière générale, plusieurs femmes viennent composer ce gouvernement globalement paritaire (13 femmes pour 14 hommes, 14-14 en comptant la Première ministre). Amélie de Montchalin est nommée ministre de la Transition écologique et de la cohésion territoriale, Brigitte Bourguignon ministre de la Santé et de la prévention, Sylvie Retailleau ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, Rima Abdul-Malak ministre de la Culture, Agnès Pannier-Runacher ministre de la Transition énergétique et Amélie Oudéa-Castéra ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques.

Parmi les autres noms qui composent ce gouvernement, Damien Abad. L'ex leader du groupe Les Républicains à l'Assemblée avait anticipé sa nomination au gouvernement en quittant la présidence la veille. Il devient ministre des Solidarités, de l'autonomie et des personnes handicapées. Marc Fesneau est nommé ministre de l'Agriculture et de la souveraineté alimentaire. Stanislas Guérini est le nouveau ministre de la Transformation et de la fonction publique.

- La surprise Pap Ndiaye -

Au coeur de ce nouveau gouvernement sans surprises majeures, il y a Pap Ndiaye. Nouveau ministre de l'Education nationale, il est la pièce inattendue qui vient remplacer Jean-Michel Blanquer, qui lui quitte totalement le gouvernement. Historien agrégé spécialiste d'histoire sociale des États-Unis et des minorités, ce docteur en sciences sociales a aussi dirigé le musée de l'Histoire de l'immigration.

Homme de gauche, il s'est souvent opposé aux propos des ministres d'Emmanuel Macron, notamment sur les violences policières ou "l'islamo-gauchisme", terme qu'il ne reconnaît pas. Une position qui tranche avec son collègue de l'Intérieur ou même les discours tenus par son précédesseur.

Nouvellement ministre, Pap Ndiaye dit appréhender "cette tâche avec humilité, modestie mais aussi avec toute l'énergie et la bonne volonté intelligente qui est la mienne". Il appelle notamment au "dialogue avec toute la communauté éducative".

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

Javel man , Posté
Et l'autre comique y nettoie la commune avec javel. Sirop la menthe.
Zavoca marron , Posté
Ces gens-là ne me connaissent pas, et moi je les connais encore moins...
HULK, Posté
La juste récompense pour sa "complaisance" dans l'affaire BENALLA. Honte à elle. Nous avons hérité d'une lâche ambitieuse, prête à se vendre pour un plat de lentilles.
Ministère de la pêche , Posté
Et virapoullé au ministère de la pêche... on aurait continuer à rire.
Pas un bon début , Posté
Elle n'a pas laissé une bonne image à la commission des lois lors de l'interrogation de benvalla. Ce sera de l'entre soi et le réseau. On est sans la mer....
Pas du 1er choix , Posté
Un très mauvais mercato en somme.