:

Cette vidéo montre les autorités pakistanaises, et non afghanes, détruisant des téléphones portables de contrebande


Publié / Actualisé

Une vidéo d'une vingtaine de secondes montrant des hommes détruire des téléphones portables, circule massivement en Afrique occidentale et centrale depuis le 11 janvier. Les internautes qui la partagent y voient la preuve que "les téléphones portables sont désormais interdits en Afghanistan" et que les contrevenants "sont condamnés à mort". C'est faux: la vidéo virale montre les autorités pakistanaises détruisant des téléphones de contrebande. Ces appareils ne sont par ailleurs pas interdits en Afghanistan.

Dans cette vidéo de 20 secondes, on voit plusieurs hommes, certains en uniforme, écrasant sous leurs pieds les centaines de téléphone entassés sur le sol. Derrière eux, on aperçoit des centaines de bouteilles posées à même le sol. Un conteneur bleu apparaît également brièvement à l'arrière-plan.

Pour les internautes qui la partagent, cette vidéo montre les autorités afghanes qui détruiraient des téléphones portables par centaines, car ils seraient "désormais interdits" dans le pays car "considérés comme l'oeil de Satan". Les contrevenants à cette nouvelle politique talibane seraient "condamnés à mort".

Capture d'écran d'une publication Facebook, réalisée le 26 janvier 2022

Cette vidéo cumule plus de 1.500 partages sur les réseaux sociaux en Afrique (1, 2, 3...), et près de 100.000 fois en France depuis le 11 janvier.

Attention cependant: cette vidéo n'a pas été tournée en Afghanistan, mais au Pakistan, et l'utilisation des téléphones portables n'a pas été interdite par les autorités afghanes.

Une vidéo tournée au Pakistan

L'AFP avait déjà vérifié une publication similaire le 18 janvier: la même vidéo accompagnée de l'affirmation selon laquelle c'était le Pakistan qui avait interdit par arrêté gouvernemental l'utilisation des téléphones portables avait circulé en arabe sur les réseaux sociaux.

Sur YouTube, l'AFP avait retrouvé une version plus longue de cette vidéo publiée en décembre 2021 par la chaîne "Awami Press Club" et intitulée "Les douanes détruisent une énorme quantité de marchandises de contrebande à Karachi", la plus grande ville pakistanaise.

Selon le journal pakistanais The Express Tribune, des douaniers ont en effet saisi des objets de contrebande au cours de ce mois, après deux ans sans prises à cause de la pandémie de Covid-19.

D'autres pages Facebook de médias locaux (1, 2) ont également publié à la même époque des vidéos montrant des scènes très similaires à celle que l'on observe dans la vidéo virale. Selon ces deux sources, ces images montrent la destruction de marchandises de contrebande - plus de 200 kilos de drogue ainsi que "de larges quantités" d'alcool, de cigarettes et d'autres produits.

Enfin, on aperçoit deux indices qui prouvent qu'il s'agit bien d'une scène pakistanaise: l'emblème des douanes pakistanaises, un oiseau aux ailes dépliées, qu'on aperçoit sur l'uniforme d'un des hommes à la 15e seconde (comparé ici à une photo publiée par le compte Twitter certifié de l'Office fédéral du revenu pakistanais).

 

 

Mais également le drapeau du Pakistan (en rouge) sur l'uniforme du même homme, à la 16e seconde.

Capture d'écran d'une vidéo Facebook, réalisée le 26 janvier 2022
Capture d'écran du site du dictionnaire Larousse, réalisée le 26 janvier 2022 ( Marin LEFEVRE)

 

 

Le photographe de l'AFP Rizwan Tabassum a couvert la saisie du 29 décembre 2021 à Karachi évoquée par les médias locaux qui ont publié des images très similaires à celles que nous vérifions. Sur l'une d'entre elles, on aperçoit le même conteneur bleu clair (en haut à gauche), des grues (à l'arrière-plan) et des bouteilles d'alcool alignées de la même manière au sol.

Des douaniers se tiennent devant de l'alcool saisi lors d'une opération pendant un événement organisé pour détruire les produits de contrebande saisis dans le pays à Karachi, le 29 décembre 2021 ( AFP / RIZWAN TABASSUM)

Les téléphones portables autorisés en Afghanistan

Quant à la rumeur selon laquelle les téléphones portables seraient interdits en Afghanistan, c'est également faux: contactés le 26 janvier, les journalistes de l'AFP du bureau de Kaboul, la capitale afghane, ont certifié qu'il était autorisé d'utiliser ces appareils - tout en précisant qu'écouter de la musique ou regarder des vidéos pouvait déplaire aux plus stricts des officiers talibans.

D'autres interdictions ont en revanche été mises en place par les talibans, notamment pour les femmes: elles sont aujourd'hui exclues des emplois publics et les écoles publiques restent fermées pour les filles de plus de 12 ans. Les femmes désirant voyager doivent également être accompagnées par un homme de leur famille proche et des affiches leur rappelant qu'elles "doivent" porter un voile, accompagnées de photos de burqa, ont été placardées dans Kaboul.

Des femmes afghanes défilent en scandant des slogans et en tenant des pancartes lors d'une manifestation pour les droits des femmes à Kaboul, le 16 janvier 2022 ( AFP / WAKIL KOHSAR)


Oluwasegun OLAKOYENIKAN, AFP Nigéria
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !