:

Cette vidéo ne montre pas des "acteurs payés" pour mettre en scène la guerre en Ukraine mais un tournage de série en 2020


Publié / Actualisé
Des "acteurs" seraient "payés" pour jouer des Ukrainiens victimes de bombardements russes, dénoncent des publications partagées à des centaines de reprises sur les réseaux sociaux depuis le 26 février, vidéo d'un homme se faisant maquiller le visage avec du faux sang à l'appui. Attention, ces images n'ont aucun lien avec la guerre en Ukraine en 2022 : elles ont été filmées en 2020 lors du tournage de la série télévisée Contamin, a confirmé une productrice de cette dernière auprès de l'AFP.
Des "acteurs" seraient "payés" pour jouer des Ukrainiens victimes de bombardements russes, dénoncent des publications partagées à des centaines de reprises sur les réseaux sociaux depuis le 26 février, vidéo d'un homme se faisant maquiller le visage avec du faux sang à l'appui. Attention, ces images n'ont aucun lien avec la guerre en Ukraine en 2022 : elles ont été filmées en 2020 lors du tournage de la série télévisée Contamin, a confirmé une productrice de cette dernière auprès de l'AFP.

"Voila des acteurs payés par l'Etat profond pour faire croire que les frappes militaires sont dans les zones civiles. Ces gens sont capables de tous les mensonges possibles pour conserver leur contrôle sur la masse", affirment des dizaines de posts Facebook publiés depuis le 26 février (1, 2, 3, 4,...), partageant la même vidéo dans laquelle on peut voir un homme se faire appliquer un liquide rouge semblable à du faux sang sur le visage, puis rire avec une femme blonde.

"Ils sont capables de tous les mensonges... #GuerreEnUkraine", renchérissent des tweets (1, 2) partagés quelques centaines de fois et assortis de la même vidéo. Dans les commentaires, des internautes crient aux "fake news" et à la "propagande", prétendument relayées par certains médias.

Capture d'écran Facebook, prise le 11/03/2022
Capture d'écran Twitter, prise le 11/03/2022

 

 

Des allégations similaires ont été vues à des dizaines de milliers de reprises sur la messagerie Telegram (1, 2), et à des centaines d'autres sur le réseau social russe VKontakte (VK). Elles ont aussi été relayées sur les réseaux sociaux en plusieurs autres langues, dont le serbe, l'espagnol, l'anglais, ou encore l'hindi.

Ces images, partagées quelques jours après l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes le 24 février 2022, n'ont pourtant pas de lien avec ce conflit : la vidéo avait été filmée pendant le tournage d'une série télévisée en 2020, et publiée sur TikTok avant l'entrée des troupes russes en Ukraine, a confirmé l'une des productrices de la série, Daria Driuchenko, auprès de l'AFP.

Une vidéo montrant les coulisses du tournage d'une série

Dans les commentaires de l'un des posts en croate partageant la vidéo sur Facebook, un internaute indique que les images montrent en réalité le tournage d'une série télévisée. "Vous partagez une vidéo d'un plateau de tournage, publiée le 28 décembre 2021 sur le compte TikTok de la société de production ukrainienne Driu Production, soyez réaliste", avance-t-il.

En effectuant une recherche avancée sur Google, à partir des termes "Driu Production" et en se concentrant sur le site de TikTok (cette vidéo explique comment procéder), on peut retrouver le compte de Daria Driuchenko, une productrice de films ukrainienne, sur lequel ont été publiées de nombreuses vidéos de coulisses de tournages de films ou séries.

Si la séquence largement partagée sur les réseaux sociaux en prétendant dénoncer une mise en scène de la guerre en Ukraine n'apparaît pas directement parmi les vidéos consultables sur ce compte au 11 mars 2022, il est possible de la retrouver en consultant les archives disponibles en ligne de ce compte TikTok (cette autre vidéo détaille la marche à suivre).

On peut ainsi constater qu'une séquence, identique à celle largement partagée fin février 2022, avait bien été publiée par Daria Driuchenko, le 28 décembre 2021, avant d'être supprimée.

Capture d'écran de l'archive TikTok, prise le 11/03/2022

Dans la description de la vidéo, il était ainsi indiqué "DRIU Production". Les termes "Zombie movie" (film sur les zombies) apparaissaient également sur les images. Dans les commentaires de la vidéo, Daria Driuchenko avait également précisé que les images provenaient du tournage d'une série nommée Contamin.

Il est possible de retrouver des preuves de l'existence de cette dernière en ligne : à commencer par son site Internet, sur lequel on retrouve des images de tournage, le nom et la photo des quatre acteurs principaux, ainsi que l'identité de son créateur.

Ce dernier est identifié comme étant Harald Franklin, un producteur de films installé en Allemagne. Depuis fin 2020, il a publié plusieurs messages sur sa page Facebook au sujet de la série, notamment sur les coulisses du tournage, le montage et la production (1, 2, 3).

D'après sa bande-annonce en anglais, publiée le 2 novembre 2021 sur YouTube, Contamin raconte l'histoire d'un monde en proie à une pandémie causée par un virus produit "dans un laboratoire russe" qui serait "pire que le Covid-19".

Daria Driuchenko confirme que la scène en question date de novembre 2020

Il est possible de reconnaître la femme blonde qui apparait dans la vidéo relayée sur les réseaux sociaux, dans un extrait de la série posté le 3 février 2022 par Harald Franklin sur Vimeo. Les vêtements (dont son blouson vert avec des marques verticales jaunes, son long t-shirt blanc) et la silhouette de la personne qui apparaît dans l'épisode de la série correspondent en effet en tous points avec ceux de la femme de la vidéo virale sur les réseaux sociaux.

Comparaisons des captures d'écran de la vidéo publiée sur Vimeo (à gauche) et de la vidéo publiée sur Tiktok (à droite).

Le jeune homme maquillé avec du faux sang peut quant à lui être identifié, notamment grâce à sa veste tachée et à son maquillage reconnaissable, sur une photo postée sur Instagram par Driu Productions le 17 février 2021.

Comparaison de la séquence partagée sur les réseaux sociaux (à gauche) et du post Instagram de Driu productions (à droite)

Daria Driuchenko, la propriétaire du compte TikTok sur lequel la séquence a été publiée à l'origine, a confirmé à l'AFP le 2 mars 2022 que la vidéo avait été filmée "il y a deux ans" lors du tournage de l'épisode de Contamin dont Harald Franklin a partagé des images sur Vimeo en février 2022.

"Nous sommes des cinéastes, donc nous avons beaucoup de vidéos des coulisses des tournages", a-t-elle ajouté, en transmettant à l'AFP des preuves attestant que la vidéo a bien été enregistrée avec son téléphone, le 14 novembre 2020. La productrice a également fourni à l'AFP des captures d'écran de la galerie photo de son téléphone, montrant des vidéos similaires à celle qui a été partagée en prétendant montrer, à tort, des acteurs payés pour mettre en scène la guerre en Ukraine.

La société de production a aussi précisé avoir retiré la vidéo de son compte TikTok le 1er mars 2022, comme a pu le constater l'AFP. Depuis fin février, de nombreux commentateurs de la vidéo s'indignaient en affirmant qu'il s'agissait d'une séquence tournée récemment en Ukraine pour montrer de fausses victimes de bombardements.

Le point sur la guerre en Ukraine

Des allégations au sujet de fausses images qui seraient utilisées, par le régime ukrainien ou certains médias, afin de renvoyer une fausse idée de la guerre en Ukraine circulent depuis le début de l'invasion de ce pays par l'armée russe, le 24 février 2022.

Dernier exemple en date : l'armée russe a qualifié jeudi 10 mars de "mise en scène" de "nationalistes" ukrainiens la frappe ayant visé la veille une maternité et un hôpital pédiatrique de la ville encerclée de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine. Cette attaque, qui a fait trois morts dont une fillette, a suscité une vague de condamnations internationales.

Le même jour, ces accusations de diffusion de fausses images dans le but d'émouvoir la communauté internationale ont aussi été relayées par les ambassades de la Russie dans plusieurs pays sur les réseaux sociaux, dont celle en France.

Au 11 mars, l'armée russe étend son offensive sur le territoire ukrainien : elle a visé deux aéroports militaires dans l'ouest du pays et frappé, pour la première fois, la ville de Dnipro, un centre industriel situé sur le Dniepr, fleuve qui marque la séparation entre l'Est en partie prorusse, et le reste du pays.

Cartes d'Ukraine comparant les positions des forces militaires au 24 février à 19h GMT, au 28 février à 20h GMT, au 2 mars à 20h GMT et au 10 mars à 20h GMT ( AFP / Cléa PÉCULIER, Sophie RAMIS)

Par ailleurs, les autorités russes ont indiqué autoriser des ressortissants syriens à se porter volontaires pour combattre en Ukraine. Les volontaires sont "avant tout des ressortissants du Proche-Orient, des Syriens", a précisé le Kremlin. Peu avant, le président russe Vladmir Poutine avait ordonné à son armée de faciliter l'envoi de combattants "volontaires" en Ukraine, en représailles de l'acheminement par l'Occident, selon lui, de "mercenaires".

En parallèle, la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss a annoncé des sanctions contre 386 députés de la Douma russe ayant soutenu l'invasion de l'Ukraine. Le Congrès américain a de son côté adopté un nouveau budget fédéral, avec une enveloppe faramineuse de près de 14 milliards de dollars pour la crise ukrainienne. Ce texte comprend un volet économique et humanitaire, mais aussi des armes et des munitions pour Kiev.

Au 11 mars, les Nations unies estiment que plus de 2,5 millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le déclenchement de l'invasion russe le 24 février, dont 116.000 proviennent de pays tiers. Parmi elles, plus de 1,5 million de personnes ont trouvé refuge en Pologne.

Carte d'Europe des flux de réfugiés ukrainiens vers les autres pays européens, selon les dernières données du HCR disponibles au 11 mars à 12h GMT ( AFP / Sabrina BLANCHARD, Cléa PÉCULIER, Gal ROMA)


Marion Dautry, AFP Belgrade, AFP Colombie, AFP France
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !