Infox :

Gabriel Attal, McKinsey et la TVA : attention à cette déclaration parodique prêtée au porte-parole du gouvernement


Publié / Actualisé
Massivement relayée sur les réseaux sociaux, une publication prête à Gabriel Attal une déclaration selon laquelle il est impossible que McKinsey n'ait "pas payé d'impôts en France", dans la mesure où le gouvernement payait "avec de la TVA" les factures envoyées par le cabinet de conseil. Il s'agit cependant d'une infox : interrogé à plusieurs reprises sur le recours aux consultants de l'Etat, le porte-parole du gouvernement n'a jamais tenu de tels propos. Si elle a été prise au sérieux par de nombreux internautes, cette déclaration émane en réalité d'un compte Twitter ouvertement parodique, habitué à détourner des prises de paroles de responsables politiques.
Massivement relayée sur les réseaux sociaux, une publication prête à Gabriel Attal une déclaration selon laquelle il est impossible que McKinsey n'ait "pas payé d'impôts en France", dans la mesure où le gouvernement payait "avec de la TVA" les factures envoyées par le cabinet de conseil. Il s'agit cependant d'une infox : interrogé à plusieurs reprises sur le recours aux consultants de l'Etat, le porte-parole du gouvernement n'a jamais tenu de tels propos. Si elle a été prise au sérieux par de nombreux internautes, cette déclaration émane en réalité d'un compte Twitter ouvertement parodique, habitué à détourner des prises de paroles de responsables politiques.

Gabriel Attal aurait-il nié la stratégie d'optimisation fiscale du cabinet de conseil McKinsey ? C'est ce que laisse entendre une citation qui lui est attribuée, relayée plusieurs centaines de fois sur Facebook et plus de 4.000 fois sur Twitter en seulement 24 heures.

Alors que McKinsey - cabinet de conseil privé américain très sollicité par l'Etat lors de la crise sanitaire - est accusé par une commission d'enquête du Sénat de n'avoir versé aucun impôt sur les sociétés entre 2011 et 2020, Gabriel Attal aurait déclaré les propos suivants : "Vous ne pouvez pas dire que McKinsey n'a pas payé d'impôts en France car lorsque nous recevons des factures de leur part, nous les payons avec de la TVA dessus."

 
Capture d'écran d'une citation attribuée à Gabriel Attal prise sur Facebook le 25/05/2022 ( AFP)

Depuis le 24 mars, des centaines d'internautes tournent en ridicule cette citation, pointant du doigt "l'ignorance" du porte-parole du gouvernement qui "confond taxes et impôts."

"La TVA n’est pas l’IS (impôt sur les sociétés) les deux sont dus. Mais Monsieur le Porte-parole, vous êtes ignorant ou vous nous prenez définitivement pour des ignares ? Franchement !", peut-on par exemple lire en commentaire de la publication Twitter.

L’avocat aux 190.000 abonnés sur Twitter Fabrice Di Vizio, qui s'est fait connaître dès le début de la pandémie pour ses recours contre la gestion par le gouvernement de la crise sanitaire, a lui aussi affirmé dans un tweet avoir entendu cette déclaration de Gabriel Attal.

 

Il s'agit toutefois d'une infox : Gabriel Attal n'a jamais tenu de tels propos, créés de toute pièce par un compte Twitter ouvertement parodique.

Une citation créée par un compte parodique

Partagée des centaines de fois sur Facebook et des milliers de fois sur Twitter, la citation attribuée à Gabriel Attal est accompagnée d'une capture d'écran du porte-parole du gouvernement, alors interrogé par "Les Grandes Gueules" sur le plateau de RMC le 24 mars.

Capture d'écran réalisée sur Twitter le 25/03/2022 (AFP)

S'il a bien été questionné, par plusieurs médias, sur les dépenses de l'Etat à McKinsey, Gabriel Attal n'a jamais évoqué un quelconque paiement de la TVA sur les factures du cabinet de conseil pour justifier du paiement de ses impôts.

Cette citation émane en réalité d'un compte Twitter ouvertement parodique qui indique dans sa description diffuser des contenus relatif aux "fake news, humour, troll."

Avant de mettre en ligne une fausse citation de Gabriel Attal, l'auteur du compte Twitter avait déjà diffusé une citation parodique prêtée à Bruno Le Maire, affichant les propos suivants : "Si le réservoir de votre automobile est plein, vous êtes assujetti à l'impôt sur la fortune."

McKinsey visé par une enquête

La citation parodique attribuée à Gabriel Attal a pu être prise au sérieux par de nombreux internautes. Et pour cause, sa publication intervient une semaine après que la commission d'enquête du Sénat sur l'influence des cabinets de conseil sur les politiques publiques a accusé les entités françaises de McKinsey de n'avoir versé aucun impôt sur les sociétés pendant dix ans, de 2011 à 2020.

Le siège social de ce cabinet privé américain se trouve dans le Delaware, aux Etats-Unis, adresse qui lui permet déjà d'être dispensé d'impôts sur les bénéfices.

Le Sénat a d'ailleurs annoncé vendredi avoir saisi la justice pour "suspicion de faux témoignage", trois mois après une audition où un dirigeant d'une filiale française de McKinsey avait assuré que le cabinet payait bien l'impôt sur les sociétés en France.

Dans ce contexte, plusieurs candidats à la présidentielle et responsables politiques ont réclamé des comptes à Emmanuel Macron et au gouvernement sur leur large recours à McKinsey, notamment après le déclenchement de l'épidémie de Covid-19.

Pour justifier des dépenses en consultants de l'Etat, Gabriel Attal a estimé sur sur France Info qu'elles ont été actées dans le cadre de la crise sanitaire, "à un moment où vous devez mobiliser toutes les forces possibles."

"Il y a [eu] une augmentation de cabinets d’experts auxquels l’Etat a eu recours pendant la crise sanitaire pour accompagner le déploiement de la campagne de vaccination notamment. Est-ce que ça veut dire qu’on considère que le recours à des experts peut ou doit se faire sans cadre ? Evidemment non", a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Répartition dépenses de conseil pendant la crise sanitaire (Sénat)

Mais d'après la commission d'enquête du Sénat, présidée par un sénateur Les Républicains et dont la rapporteuse appartient au groupe communiste, le recours aux consultants ne date pas de la crise sanitaire.

Dénonçant "l’influence croissante des cabinets de conseil sur les politiques publiques" qui est, selon elle, un "phénomène tentaculaire" au sein de l'Etat, elle indique en effet que "le recours aux consultants n’a pas commencé sous ce quinquennat" mais qu'il a toutefois "été croissant entre 2018 et 2021, comme le confirment les données de la direction du budget : les dépenses de conseil des ministères ont plus que doublé, avec une forte accélération en 2021 (+ 45 %)."

Ainsi, en 2021, "les dépenses de conseil de l’État au sens large ont dépassé le milliard d’euros, dont 893,9 millions pour les ministères et 171,9 millions pour un échantillon de 44 opérateur", selon cette commission.

 

Evolution des dépenses de conseil des ministères (Sénat)

 

Alors qu'une enquête est désormais ouverte contre McKinsey, accusé d'optimisation fiscale, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a déclaré que "toutes les procédures sont déjà engagées par la direction générale des Finances publiques, McKinsey paiera."

A l'approche de l'élection présidentielle, de nombreuses citations parodiques

Ce n'est pas la première fois qu'une citation parodique attribuée à un membre du gouvernement circule sur les réseaux sociaux.

A moins de trois semaines du premier tour de l'élection présidentielle, différents comptes satiriques ont déjà publié des déclarations créées de toutes pièces, ciblant notamment à plusieurs reprises le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal comme expliqué ici ou encore ici.


Emilie Beraud, AFP France

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !