Vérification :

Non, le jus de noix de coco chaud ne tue pas les cellules cancéreuses


Publié / Actualisé
Une publication partagée plus de 80.000 fois au Cameroun depuis 2019 et encore relayée en juin 2022, prétend qu'il faut tremper une noix de coco dans de l'eau chaude et en boire le jus pour "tuer les cellules cancéreuses". C'est faux, expliquent des oncologues contactés par l'AFP qui martèlent que tout traitement est complexe et spécifique à chaque type de cancer.
Une publication partagée plus de 80.000 fois au Cameroun depuis 2019 et encore relayée en juin 2022, prétend qu'il faut tremper une noix de coco dans de l'eau chaude et en boire le jus pour "tuer les cellules cancéreuses". C'est faux, expliquent des oncologues contactés par l'AFP qui martèlent que tout traitement est complexe et spécifique à chaque type de cancer.

La boisson provenant d'une noix de coco trempée dans de l'eau chaude tuerait les cellules cancéreuses ? C'est ce qu'affirme l’auteur d’un post du 3 juin 2019 encore abondamment partagé en 2022.  Sa prescription miracle exige de couper 2 à 3 fines lamelles de noix de coco dans une tasse, d’ajouter de l'eau chaude et elle deviendra "de l'eau alcaline" propre à la consommation. Le message note que ce jus consommé chaud a un effet "prouvé pour remédier à tous les types de cancer".

Une recette qui serait bonne "pour tout le monde" selon un certain "Dr Abbas Hussain Kazmi de l'hôpital Sheikh Zaid" à qui ce message est attribué. 

Capture d'écran réalisé sur Facebook

Nous avons retrouvé deux hôpitaux du même nom à Labore au Pakistan et à Rabat au Maroc. Contactés par l'AFP les 22 et 23 juin 2022, des porte-paroles des deux centres hospitaliers ont démenti employer un "Dr Abbas Hussain Kazmi". "Aucun médecin de ce nom ne travaille ici", a répondu un responsable de l'hôpital Skeikh Zayed dans la ville de Rahim Yar Khan, au Pakistan.  Quant au message sur le jus de noix de coco qui guérirait le cancer, "nous n'avons aucune idée" de son origine, a répondu une source de l'hôpital Sheikh Zaid, à Rabat au Maroc. 

Les deux centres hospitaliers se désolidarisent par ailleurs du message sur ce prétendu remède-miracle.

Le message viral laisse croire que l'eau alcaline guérirait le cancer, ce qui n'est pas scientifiquement prouvé, selon une étude publiée en 2016 sur le site de la bibliothèque américaine dédiée à la médecine. Elle mentionne que la promotion d'un régime alcalin et d'une eau alcaline auprès du public pour la prévention ou le traitement du cancer n'est pas scientifiquement justifiée. L'AFP a déjà vérifié des fausses affirmations en ce sens.

Concernant les bienfaits supposés de la noix coco sur le cancer, l'AFP a également vérifié cette douteuse prescription écrite en sri lankais avec une légère modification sur le nom du médecin d'hôpital qui en serait l'auteur. En juin 2022, la publication virale en français suscite toujours une avalanche de remerciements mais aussi de questions d’internautes sceptiques. 

"Le traitement du cancer est complexe"

"Je ne vous comprends pas ! Tantôt vous écrivez 'l'eau de coco' tantôt vous écrivez le jus de coco. On retient quoi finalement ? Ensuite on voit l'eau dans un verre. C'est celle qui est dans la noix ou c'est l'eau qu'on a mis dans le verre avant d'y introduire les fines lamelles ?”, commente un internaute pour qui la publication virale semble incompréhensible. 

Dr Doudou Diouf, cancérologue en service à la clinique Bellevue à Dakar au Sénégal, lui, ne tergiverse pas. "Le jus de noix de coco ne peut pas traiter le cancer", répond-il à l’AFP, contacté le 23 juin 2022.

Il admet que la noix de coco contient, certes, des vitamines et a la réputation d'avoir une action anti-inflammatoire et des propriétés de renforcement du système immunitaire. Mais certaines personnes peuvent penser à tort que cela suffit pour arrêter la prolifération des cellules cancéreuses dans l'organisme, regrette-t-il.

"Un traitement (contre le cancer) englobe des mécanismes beaucoup plus variés et complexes pour être simplifiés par des raccourcis.", tranche Dr Diouf, regrettant que bon nombre de patients aient recours à ces recettes dites miracles et retardent ainsi leur prise en charge par des spécialistes. 

"Les cancers sont traités par la chirurgie, la radiothérapie, les médicaments antimitotiques, des hormones, des produits immunologiques, selon le type de cancer et le stade d'évolution", insistait le Pr Pierre Bey, contacté par l'AFP pour une autre vérification sur un pseudo remède anti-cancer. "On guérit globalement aujourd'hui environ 55% des patients atteints de cancers dans les pays où ces différents moyens thérapeutiques sont accessibles", ajoutait-il.

 

L'immunothérapie, l'une des méthodes de lutte contre les cancers (Simon Malfatto, Kun Tian, Paz Pizarro / AFP)

En réaction à ce message qui a largement circulé au Sri Lanka, le Dr AJ Hilmi, ancien président de l'Association des oncologues du Sri Lanka, a déclaré à l'AFP le 10 juin : "Il n'y a aucune preuve scientifique crédible pour prouver cette affirmation".

"Le danger dans de genre de cas est que les patients ont tendance à abandonner les traitement prescrits par les médecins et opter pour ces méthodes alternatives et les résultats peuvent parfois être fatals", a-t-il ajouté.

Alice Wilson, porte-parole de l'association caritative britannique Cancer Research, a également déclaré à l'AFP que cette affirmation n'était pas étayée par des preuves scientifiques .

"Il est tout à fait compréhensible que les patients souhaitent envisager toutes leurs options lorsqu'ils ont un cancer, mais il est essentiel qu'avant d'envisager  d'utiliser des thérapies complémentaires ou alternatives, ils consultent un médecin", a-t-elle dit.

"Le cancer, l'une des principales cause de mortalité dans le monde"

Le cancer constitue l'une des principales causes de mortalité dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). En 2020, près de 10 millions de personnes sont mortes du cancer dans le monde, principalement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, selon l'organisme onusien.

Cette maladie se manifeste par la prolifération de cellules devenues anormales, qui peuvent envahir des parties voisines de l’organisme, puis migrer vers d’autres organes. Il existe de nombreux cancers, les plus meurtriers étant le cancer du poumon, le cancer colorectal, celui du foie, de l’estomac et le cancer du sein, le plus important en nombre de cas détectés.

D'après l’OMS, la lutte contre le cancer passe par "la prévention, le dépistage précoce, le diagnostic et le traitement, la réadaptation et les soins palliatifs". Les moyens de prévention consistent entre autres à s'abstenir de fumer, à conserver un indice de masse corporelle sain, à opter pour une alimentation saine, à faire régulièrement de l’exercice physique et à ne pas abuser de l’alcool.

AFP Sri Lanka

   

Mots clés :

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !