Décédé il y a un an :

Saint-Denis : une marche "pour la vérité" en hommage à Miguel Kameni


Publié / Actualisé
Le 16 janvier 2020, Miguel Kameni, âgé de 18 ans, décédait des suites d'un accident après avoir été dans le coma pendant près d'une semaine. Le jeune motard était entré en collision avec une voiture de la brigade anti-criminalité (BAC) le vendredi 9 janvier, dans les rampes de Saint-François à Saint-Denis. Estimant que les circonstances de son décès ne sont toujours pas élucidées sa famille a porté plainte. Près d'un an après les faits, elle souhaite lui rendre hommage et se battre pour la vérité en organisant une marche, qui se tiendra le 16 janvier 2021, de 9h à 12h30 à Saint-Denis. (Photo d'archives : Komité Miguel)
Le 16 janvier 2020, Miguel Kameni, âgé de 18 ans, décédait des suites d'un accident après avoir été dans le coma pendant près d'une semaine. Le jeune motard était entré en collision avec une voiture de la brigade anti-criminalité (BAC) le vendredi 9 janvier, dans les rampes de Saint-François à Saint-Denis. Estimant que les circonstances de son décès ne sont toujours pas élucidées sa famille a porté plainte. Près d'un an après les faits, elle souhaite lui rendre hommage et se battre pour la vérité en organisant une marche, qui se tiendra le 16 janvier 2021, de 9h à 12h30 à Saint-Denis. (Photo d'archives : Komité Miguel)

Survenue le 16 janvier 2020, la mort de Miguel Kameni continue de tourmenter les membres de sa famille. Afin de lui rendre hommage et éclaircir les raisons de son décès, ils organisent la ''Mars’vérité pou miguel et tout bann viktim" le samedi 16 janvier 2021. Elle se tiendra de 9h à 12h30 et partira au niveau de la rampe de Saint-François où son accident s'était produit. La collision avait eu lieu suite à une course-poursuite entre le jeune homme, au guidon d'une moto, et une voiture de la BAC.

Gravement blessé à la tête, Miguel Kameni avait été hospitalisé à Saint-Pierre, où il avait succombé à ses blessures après plusieurs jours passés dans le coma. Son décès avait engendré des incendies de poubelles et de voitures aux Camélias, son quartier d'origine. Les forces de l'ordre avaient alors dû intervenir sur les lieux.

Sur l'événement Facebook organisé pour cette marche, il est mentionné que les circonstances de sa mort "ne sont toujours pas élucidées à ce jour" et que " des témoignages recueillis par sa mère et le Komité, en provenance de personnes présentes sur les lieux de l’accident au moment des faits, révèlent que la BAC aurait menti." Des "zones d'ombres" planeraient ainsi sur les origines de l'accident. Il est même souligné que des vidéos prises par la presse locale et des témoins iraient " à l’encontre de la version officielle de la police".

- La "vérité" exigée -

Les proches de Miguel Kameni demandent ainsi "la vérité sur les causes réelles du décès". En septembre 2020, le "Komité Miguel" réclamait déjà une nouvelle enquête. Aujourd'hui, ils ont plusieurs requêtes telles que la restitution de son dossier médical (que la famille n'a jamais consulté) et de son autopsie, la saisie d'un juge d'instruction afin d'ouvrir une enquête ou encore l’exhumation du défunt "afin de procéder à une nouvelle autopsie par un médecin assermenté et indépendant".

Cette marche sera ouverte à quiconque souhaite y participer. Pour plus de renseignements, il est conseillé de contacter l'adresse mail suivante : [email protected] L’hommage s'effectuera dans le respect du protocole sanitaire (groupe de 6 personnes, gestes barrières, port du masque, etc.).

Lire aussi : Aux Camélias, les stigmates d'une nuit agitée après la mort d'un jeune motard

vl/www.ipreunion.com / [email protected]union.com

   

1 Commentaire(s)

Grevi, Posté
Il y avait une course poursuite?Il fut une époque à la Réunion où les gens auraient eu honte d'avoir un délinquant dans leur famille.