L'homme a été placé en cellule psychiatrique :

Saint-André : le CCAS et le cabinet du maire dégradés par un individu violent


Publié / Actualisé
La mairie de Saint-André indique qu'un individu violent a dévasté le centre communal d'action sociale (CCAS) et le secrétariat du cabinet du maire. L'homme de 48 ans, souffrant probablement de troubles psychologiques, a été interpellé par la police et placé en cellule psychiatrique à Saint-Benoît. Les dégâts matériels sont conséquents. Face aux troubles manifestes de l'individu, la mairie n'envisage pas de porter plainte. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La mairie de Saint-André indique qu'un individu violent a dévasté le centre communal d'action sociale (CCAS) et le secrétariat du cabinet du maire. L'homme de 48 ans, souffrant probablement de troubles psychologiques, a été interpellé par la police et placé en cellule psychiatrique à Saint-Benoît. Les dégâts matériels sont conséquents. Face aux troubles manifestes de l'individu, la mairie n'envisage pas de porter plainte. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Directeur de cabinet à la mairie de Sainté-André, Hubert Haillot raconte : "j'ai reçu un homme ce mardi matin, qui m'indiquait ne plus pouvoir se nourrir. Je l'ai donc invité à se rendre au CCAS (centre communal d'action sociale) de la ville. Il avait rendez-vous à 14h mais a dû attendre car quelqu'un était encore en rendez-vous. Agacé, le monsieur s'est énervé : il a détruit des écrans, il a tout cassé..." Suite à ça, l'homme en question s'est enfui, selon le directeur de cabinet, avant de revenir à la mairie le lendemain, soit ce mercredi 27 janvier au matin.

"Quand j'ai su qu'il était revenu, j'ai indiqué que je ne voulais pas recevoir ce monsieur, ayant appris ce qu'il s'était passé au CCAS. Je suis parti en rendez-vous et quand je suis revenu, j'ai retrouvé les deux secrétaires du cabinet affolées. Elles m'ont dit qu'elles avaient été agressées. L'homme n'a pas supporté de ne pas être reçu, il s'est énervé et a tout cassé : des écrans, des protections Covid, il a chamboulé les bureaux" raconte Hubert Haillot.

Prévenu par le référent sécurité de la mairie, deux policiers municipaux sont intervenus. "Ils ont eu du mal à le maîtriser, l'un d'eux a même été blessé au visage" indique le directeur de cabinet. L'individu, âgé de 48 ans, a ensuite été transporté à la cellule psychiatrique de Saint-Benoît.

Face aux troubles psychologiques manifestes de l'homme, la mairie de Saint-André indique ne pas envisager de suite, mais envisage sérieusement de renforcer la sécurité du bâtiment et les conditions d'accès au cabinet.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

3 Commentaire(s)

THOR, Posté
Population exédée (effet collatéral du COVID avec toutes ces mesures fantaisistes), dysfonctionnement de certains organismes (exemple l'affaire des factures d'eau salées) impossibilité dans certaines administrations d'avoir des contacts direct avec un interlocuteur.....certains maires n'ayant plus de contact avec leurs administrés, les nouveaux radars, la police qui ne fait que nous contrôler pour que l'on applique des mesures débiles et voila la cocotte bout et certains pètent les plomb, et c'est pas fini.
7AC, Posté
Y dit y nourrit pas sien maig !
Missouk, Posté
Décidément... Quelqu'un qui se prenait pour ange de la télé-réalité ?