[LIVE] Une délégation est reçue par la préfecture :

La circulation inter-files reste "tolérée" sur l'île affirment les motards à la sortie de leur réunion


Publié / Actualisé
Depuis le 1er février 2021, la circulation inter-files est interdite en France pour les motards et les scootéristes. Une décision qui fâchent les motards péi, qui demandent "plus de pédagogie et moins de sanctions". Suite à l'appel national de la Fédération française des motards en colères (FFCM), les deux roues se mobilisent aussi à La Réunion. Plusieurs convois de motos et de scooters sont partis des quatre coins de l'île pour se rejoindre devant la préfecture dès 8h, où une délégation a été reçue dans la matinée. A la sortie de leur réunion, les motards estiment avoir été entendus. Selon les organisateurs de la manifestation, il leur sera toujours possible de circuler en inter-files. Ils indiquent que la pratique reste tolérée, selon ce que leur auraient indiqué la gendarmerie et la police, à condition d'avoir une conduite responsable. Suivez notre live (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Depuis le 1er février 2021, la circulation inter-files est interdite en France pour les motards et les scootéristes. Une décision qui fâchent les motards péi, qui demandent "plus de pédagogie et moins de sanctions". Suite à l'appel national de la Fédération française des motards en colères (FFCM), les deux roues se mobilisent aussi à La Réunion. Plusieurs convois de motos et de scooters sont partis des quatre coins de l'île pour se rejoindre devant la préfecture dès 8h, où une délégation a été reçue dans la matinée. A la sortie de leur réunion, les motards estiment avoir été entendus. Selon les organisateurs de la manifestation, il leur sera toujours possible de circuler en inter-files. Ils indiquent que la pratique reste tolérée, selon ce que leur auraient indiqué la gendarmerie et la police, à condition d'avoir une conduite responsable. Suivez notre live (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Nos journalistes sont en live, regardez :

  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de nous avoir suivi

  • IPR

    La pratique reste tolérée sur l'île, affirment les motards

    A la sortie de leur réunion en préfecture, et en présence de la gendarmerie et de la police, les organisateurs de la manifestation affirment avoir été entendus. "On nous a garanti qu'il n'y aura pas de harcèlement, et pas de sanctions, à condition d'adopter une conduite raisonnable en doublant" indique Eric Marcely, l'un des organisateurs.

    Des promesses orales qui ont rassuré les motards, qui affirment que la situation ne bouge donc pas sur l'île, puisque la circulation inter-files se fait déjà très régulièrement sur les grands axes. Les motards assurent qu'ils vont vérifier que cette tolérance sera effectivement appliquée sur la route.

    Les motards reçus en préfecture ont présenté, comme prévu, les six propositions qu'il avaient préparées. Ils estiment là aussi avoir été écoutés. L'idée de faire de La Réunion un département pilote pour rendre la circulation inter-files officiellement légale a été mise sur la table, mais reste à être étudiée. Concernant la formation et la prévention, une session gratuite organisée par les gendarmes au marché de gros de Saint-Pierre est déjà prévue ce samedi, dès 8h, pour revoir les bases et principes de sécurité de la conduite à deux roues.

    Des contrôles pourraient également être renforcés tous les deux mois environ, pour faire la chasse aux motos anormalement bruyantes et débridées.

  • IPR

    Une mortade a pris une journée de congé pour pouvoir être présente à cette manifestation

    Elle demande l'autorisation définitive de circuler en inter-files à moto. "C'est aussi une façon de désengorger le trafic" affirme-t-elle.

  • IPR

    Les cyclistes aussi sont inquiets sur la suite des événements

    Une personne présente sur place n'exclut pas que les cyclistes se mobilisent à leur tour, inquiets que les règlementations appliquées aux motards s'étendent aux vélos. Elle critique par ailleurs le réseau de cyclisme de La Réunion laisse largement à désirer. "Il reste encore beaucoup à faire" a affirmé le cycliste.

  • IPR

    Dès 9 heures, une délégation de motards a été accueillie par la préfecture

    Les motards demandent à ce que La Réunion soit un département test pour continuer l'expérimentation de la circulation inter-files. "C'est une nouvelle atteinte à la liberté de circuler" dénoncent les manifestants

  • IPR

    6 km de bouchon sont à signaler sur la Route du littoral

    Les motards ont quitté la Route du littoral, mais des embouteillages sont tout de même à signaler après l'opération escargot des manifestants. Le bouchon remonte jusqu'à la Pointe du Gouffre

  • IPR

    Pas de bouchon supplémentaire pour l'instant

    Les motards font exprès de ne pas circuler en inter-files ce jeudi pour montrer que cela congestionne le trafic.

    Ils sont en route vers la préfecture ce jeudi matin. Selon le CRGT, le convoi du sud arrive sur Saint-Paul. Aucun embouteillage supplémentaire n'est à noter ce matin. Il s'agit des traditionnels bouchons du matin, indique la direction des routes.

  • IPR

    Bonjour nous ouvrons ce live ce matin pour suivre la manifestation des motards

    Restez connectés

A propos

"Moins de sanctions, plus de pédagogie"

Une loi "antisociale" : c'est ainsi que les motards de La Réunion définissent l'interdiction de circuler en inter-files, mise en place depuis le 1er février.

Une expérimentation était mise en place depuis 2016 dans 11 départements de Métropole et les résultats récoltés semblent montrer une hausse de 12% des accidents sur les routes où la circulation inter-files était permise.

Si La Réunion ne faisait pas partie du processus, il est d'usage depuis fort longtemps de laisser passer les deux roues notamment en temps de bouchons et sur la quatre voies. Désormais cette pratique est passible d'une amende de 135 euros et d'un retrait de 3 points sur le permis de conduire.

Les motards de La Réunion disent ne pas comprendre cette décision. Répondant à l'appel national de la Fédération française des motards en colères (FFCM), ils se mobilisent eux aussi en organisant un rassemblement devant la préfecture de Saint-Denis à partir de 8h ce jeudi 25 février. Les participants participeront en convois de l'est, du sud et de l'ouest. Une délégation sera reçue à la préfecture à 10h30 pour discuter de la problématique de la circulation inter-files à La Réunion.

- Expérimentation -

Objectif pour les motards : présenter six propositions à la préfecture pour faire de La Réunion un territoire d'expérimentation. Le collectif à l'origine de la mobilisation appelle à faire de La Réunion un "département pilote", renforcer l'implication des moto-écoles dans la prévention routière et l'apprentissage de la circulation inter-files, organiser une table-ronde sur l'accidentologie, organiser une campagne de prévention, multiplier les actions de la gendarmerie et de la police nationale et enfin remplacer la répression des jeunes motards par la mise en place de stages obligatoires avec des formateurs.

En somme, "moins de sanctions et plus de pédagogie" réclament les deux roues. "Chez nous, la moto ou le scooter peuvent jouer le rôle de véhicule principal douze mois par année" rappelle le collectif.

"Il suffit d'être attentif pour les voir, circulant prudemment, à très basse vitesse, dans l'espace libre entre deux rangées de voitures coincées dans un bouchon. Cette mesure permet aux motards d’avoir, au contraire, une meilleure visibilité qui n’est pas possible lorsqu’on circule derrière un véhicule" argumentent encore les motards.

- Risque de bouchons supplémentaires -

Le collectif appelle ni plus ni moins à légaliser la pratique, comme c'est le cas "en Belgique, en Grande-Bretagne, au Japon et même en Californie" et pointe du doigt l'hypocrisie de la France alors que l'inter-files était toléré depuis bien longtemps.

L'occasion de rappeler aussi que la moto peut aider à fluidifier le trafic, selon les organisateurs de la mobilisation, alors que La Réunion est déjà gangrénée par les embouteillages. L'interdiction de la circulation inter-files pourrait alors "congestionner le trafic routier sur notre île au lieu améliorer la fluidité des déplacements sur nos routes".

Pour les motards mobilisés ce jeudi, la conduite en inter-files était le résultat de la "complicité, la courtoisie et la bienveillance mis en place depuis des années" entre automobilistes et usagers des deux roues. "Quand un motard fait un signe de la main ou du pied après un dépassement d'un automobiliste, il le remercie de lui avoir facilité le passage. Socialement c'est très beau".

   

5 Commentaire(s)

Danger, Posté
Le danger c'est dans les embouteillages, y a des motards qui doublent a droite et d'autres à gauche.
A HULLK, Posté
le code la route ne l'interdit paset si on veut faire exploser les hopitaux et le bloc de réa : on se calera derriere les voitures et bonjour les dégats! alors l a naura des bouchons !!!Faut arrêter!!! kan on a des députés sénateurs comme en ce moment, ON EST MORT!Vive 1789
7AC, Posté
" Monsieur l'abbé, je déteste ce que vous écrivez, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez continuer à écrire. "
HULK, Posté
Je ne vois pas comment le préfet pourrait déroger à un texte national. Quant à nos technocrates je vois pas comment ils vont revenir en arrière dans l'immédiat.Je n'ai rien contre les motards, mais il faut reconnaître qu'il y en a qui sont très dangereux par de qu'ils se croient tout permis. Maintenant celà ne signifie pas qu'il faut stigmatiser l'ensemble, mais il faut réfléchirait quelque part, c'est aussi les protéger.
Alphonse in the dark, Posté
Ce n'est pas interdit de garer un deux roues sur une place de parking dans les centres villes où les centres commerciaux ? Il me semble que nous évitons de prendre une place de gros SUV diesel ! Et bien dans ce cas ,une moto par place de stationnement pour montrer son mécontentement !