Il a fui après avoir tiré sur des gendarmes (actualisé) :

Chasse à l'homme en Dordogne pour retrouver un ancien militaire lourdement armé


Publié / Actualisé
En Dordogne, un homme est activement recherché après avoir tiré sur des gendarmes sur la commune de Lardin-Saint-Lazare. Une opération de grosse envergure est menée pour le retrouver, le village est entièrement confiné. Le GIGN et des négociateurs sont sur place. L'individu en question est un ancien militaire lourdement armé. Il avait déjà été incarcéré pour violences conjugales et porte un bracelet électronique. (Photos AFP)
En Dordogne, un homme est activement recherché après avoir tiré sur des gendarmes sur la commune de Lardin-Saint-Lazare. Une opération de grosse envergure est menée pour le retrouver, le village est entièrement confiné. Le GIGN et des négociateurs sont sur place. L'individu en question est un ancien militaire lourdement armé. Il avait déjà été incarcéré pour violences conjugales et porte un bracelet électronique. (Photos AFP)

Il s'agit d'un ancien militaire lourdement armé, recherché après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales au Lardin-Saint-Lazare, un village à une trentaine de km de Sarlat.

Une chasse à l'homme s'est ensuite engagée pour le retrouver. Selon la gendarmerie, les GIGN de Toulouse et de la région parisienne sont en intervention sur les lieux, deux hélicoptères et 210 gendarmes sont engagés. Deux négociateurs sont sur place.

Selon une source proche de l'enquête, le suspect est un ancien militaire qui a été dans l'armée de 2011 à 2016. "L'homme est lourdement armé. Il a autour de la trentaine d'années, il est sportif et se déplace rapidement", a indiqué à l'AFP Francine Bourra, la maire du Lardin-Saint-Lazare. "On l'a localisé dans un périmère de 4 à 5 km mais c'est une zone boisée, difficile d'accès", a ajouté Mme Bourra selon qui l'homme "est très obstiné".

Le suspect "avait été incarcéré pour violences conjugales et c'est pour cela qu'il portait un bracelet électronique", a-t-elle précisé. "Les forces de gendarmerie essaient de le fixer... le contact a été établi à plusieurs reprises de manière sporadique mais cela s'est ensuivi de coups de feu de l'individu. Chaque fois qu'il ya eu contact il a ouvert le feu", a raconté sur place à la presse le préfet de Dordogne, Frédéric Périssat.

"Ce qui est important c'est d'éviter tout blessé, toute effusion de sang" et de faire preuve de "beaucoup de retenue, de précaution. Ce sera certainement long", a-t-il dit. "L'objectif c'est de pouvoir interpeller l'individu en préservant son intégrité physique et également celle des militaires engagés".

Le drame a commencé dans la nuit : "Vers minuit, l'homme, ex-concubin d'une jeune femme, se présente à son domicile où il exerce des violences sur le nouvel ami de cette dernière", a expliqué la gendarmerie à l'AFP.

"La victime qui s'enfuit est ensuite prise pour cible par arme à feu. L'ex-concubin déambule dans les rues du village et déclare vouloir s'en prendre aux gendarmes. Il tire dans leur direction et endommage gravement deux véhicules de service de la gendarmerie", selon la même source.

- Village désert -

Selon une source proche du dossier, "son ex-compagne et ses enfants sont indemnes, récupérés par la gendarmerie et placés en sécurité". Le préfet de Dordogne avait lancé tôt dimanche matin, un appel sur les ondes de France Bleu Dordogne, invitant la population de la commune à "rester chez elle enfermée, et à ne pas se déplacer". Un appel relayé par la maire du Lardin-Saint-Lazare, Francine Bourra.

En milieu de journée, selon une journaliste de l'AFP sur place, les rues de ce village de quelque 1.800 habitants étaient désertes. Devant l'école, une voiture de gendarmerie stationnait, des vitres brisées par des tirs.

"Des opérations sont actuellement en cours en #Dordogne pour interpeller un homme ayant tiré à plusieurs reprises. Je suis les opérations de la gendarmerie nationale qui déploie tous les moyens nécessaires pour y parvenir. Courage aux gendarmes", a tweeté le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Il y a quelques mois, une affaire comparable avait tourné au drame dans le Puy-de-Dôme. Dans la nuit du 22 au 23 décembre 2020, un homme de 48 ans avait abattu trois gendarmes et gravement blessé un quatrième, intervenus pour porter secours à sa compagne, victime de violences conjugales et qui s'était réfugiée sur le toit de la maison.

Lire aussi - Hommage national aux "vies sacrifiées" des trois gendarmes tués par un forcené

Lourdement armé, l'homme avait incendié le bâtiment puis s'était enfui à bord de son véhicule avant d'être retrouvé mort, une arme à la main et une autre non loin de lui, à environ 1,5 kilomètre de son domicile.

- Agressions contre les forces de l'ordre -

Ce vendredi 28 mai, une gendarme a été agressée au couteau à La Chapelle-sur-Erdre, près de Nantes. Le suspect a été interpellé après avoir pris la fuite. Il est décédé suite à des échanges de coups de feu. Trois gendarmes ont été légèrement blessés lors des tirs, au bras et à la main.

Récemment, les forces de l'ordre étaient en deuil suite au meurtre d'Eric Masson, tué le 5 mai sur un point de deal à Avignon. Un drame qui a ébranlé la police, déjà marquée par l'assassinat le 23 avril de Stéphanie Monfermé, agente administrative au commissariat de Rambouillet (Yvelines), par un Tunisien qui se serait radicalisé.

www.ipreunion.com / [email protected] avec AFP

   

4 Commentaire(s)

Mayaqui, depuis son mobile , Posté
Quel déchaînement de violence ! Chaque semaine déverse des crimes qui nous font prendre conscience de l'évolution catastrophique de notre société ; les francais metropole finiront expatries vers les pays nordiques si rien ne bouge ;
Marie, Posté
Il est peut être en décompensation genre stress post traumatique et pour lui y croit que c'est l ennemi y se défend seul contre tous'!'
T21, Posté
Gérald Darmanin n'est pas à coté de ses hommes '
Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ), Posté
Dès que ça pète de travers , on confine , c'est la mode à Macron , semble t-il '