Audition après les perquisitions à la Région :

Affaire d'emplois fictifs présumés : Didier Robert quitte le commissariat Malartic


Publié / Actualisé
Didier Robert a été entendu au commissariat Malartic à Saint-Denis depuis ce mardi matin 7 décembre 2021. Il est sorti aux alentours de 13h30. L'ancien président de Région a dû s'expliquer dans le cadre d'une affaire d'emplois fictifs présumés au sein de son Cabinet. A la demande de la procureure de Saint-Denis, il a été interrogé par les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) arrivés spécialement de Métropole. Avec leurs collègues de la brigade financière locale, les enquêteurs ont mené ce lundi, pendant plusieurs heures, des perquisitions à la Région (Photo rb/www.ipreunion.com)
Didier Robert a été entendu au commissariat Malartic à Saint-Denis depuis ce mardi matin 7 décembre 2021. Il est sorti aux alentours de 13h30. L'ancien président de Région a dû s'expliquer dans le cadre d'une affaire d'emplois fictifs présumés au sein de son Cabinet. A la demande de la procureure de Saint-Denis, il a été interrogé par les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) arrivés spécialement de Métropole. Avec leurs collègues de la brigade financière locale, les enquêteurs ont mené ce lundi, pendant plusieurs heures, des perquisitions à la Région (Photo rb/www.ipreunion.com)
  • IPR

    Ce live est à présent terminée. merci d'avoir suivi cette actualité avec nous

  • IPR

    Didier Robert quitte Malartic

    L'ancien président de Région est sorti du commissariat aux alentours de 13h30.

    Des perquisitions ont eu lieu à son domicile ce lundi

  • IPR

    Didier Robert n'est pas en garde à vue

    L'audition de l'ancien président de Région se poursuit au commissariat Malartic. Il n'a pas été placé en garde à vue

  • IPR

    Déjà condamné pour prise illégale d'intérêt

    La prise illégale d'intéret est un délit qui a déjà valu une condamantion à l'ancien président de Région. Dans l'affaire dite des Musées régionaux, le tribunal correctionnel de Saint-Denis l'avait condamné le vendredi 21 mai drnier à 3 ans d'inéligibilité et 15 mois de prison avec sursis. C'était ce que le parquet avait requis à son encontre lors de l'audience du 23 avril.

    En fait, dans ce dossier l'ancien homme fort de la droite locale était poursuivi pour plusieurs griefs en tant que président de Région et ancien président de la SPL Réunion des Musées Régionaux : prise illégale d'intérêts par chargé de mission de service public, abus des biens ou du crédit d'une société par actions par un dirigeant à des fins personnelles, concussion par chargé de mission de service public (il lui était reproché de ne pas avoir écrêter ses revenus pour ne pas dépasser le plafond de rémunération autorisée pour des élus) .

    Les avocats de Didier Robert avaient immédiatement fait appel.

    Le procès se tiendra le 10 février 2022.

  • IPR

    Les infractions et les peines encourues

    Selon le communiqué transmis par la procureure de Saint-Denis Véronique Denizot, voici les infractions et peines encourues :

    • Soustration, détournements ou destrutction de biens d'un dépôt public
    Emprisonnement délictuel maximum 7 ans
    Amende délictuelle maximum 100 000 euros
    Articles 433-4.433-22 et 433-23 du code pénal

    • Faux en écriture publique ou authentique
    Emprisonnement délictuel maximum 10 ans
    Amende délictuelle maximum 150 000 euros
    Articles 441-1, 441-4, 441-10,441-11, 131-26-2 du code pénal

    • Prise ilégalite d'intéret par un élus public
    Emprisonnement délictuel maximum 5 ans
    Amende délictuelle maximum  500 000 euros ou double du produit de l'infraction
    Articles 432-12, 432-17, 131-26-2 du code pénal

  • IPR

    Détournements de fonds publics, faux en écriture publique et prise illégale d'intérêts, : un préjudice estimé à 1,4 million d'euros

    Dans le courant de la matinée de ce lundi, la procureure Véronique Denizot a publié un communiqué détaillant les poursuites.

    Nous le publions ci-dessous

    "Procédure judiciaire de détournement de fonds publics, faux en écriture publique et prise illégale d'intérêts

    Courant 2020, la chambre régionale des comptes de La Réunion a procédé à un contrôle des comptes et de la gestion des ressources humaines du conseil régional de La Réunion, pour les exercices 2015 à 2020  (présidence de Monsieur Didier £Robert).

    Au terme de son contrôle, la chambre régionale des comptes a transmis le 11 juin 2021 au procureur de la République près le tribunal judiciaire de Saint Denis un rapport relevant des anomalies dans la gestion du personnel, anomalies pouvant constituer les infractions de détournements de fonds publics, faux en écriture publique et prise illégale d'intérêts, pour un montant annuel de préjudice estimé à 1.400.000 euros.

    Le procureur de la République a ouvert une enquête préliminaire et a saisi le 15 juin 2021, la sûreté départementale de La Réunion et l’office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLIFF), conjointement, sur des faits de :

    - Contournement du plafonnement d’emplois de collaborateurs de cabinet (6 maximum), faits susceptibles de constituer l’infraction de détournement de fonds publics
    o Au titre du détournement d’emploi
    o Au titre d’une suspicion d’emplois fictifs

    - Détournement des procédures de recrutement, faits susceptibles de constituer l’infraction de faux en écriture publique

    - Recrutement de personnel en lien politique, faits susceptibles de constituer l’infraction de prise illégale d’intérêts, portant sur 19 postes recensés.

    Ce jour, 8 enquêteurs de l’OCLIFF (Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, ndlr) et les enquêteurs de la Sûreté départementale sont déployés sur le département de La Réunion afin d’opérer des opérations de perquisitions, matérielles et numériques, notamment dans les locaux de l'Hôtel de la Région de la Réunion : la procureure de la République et la procureure de la République adjointe y sont présentes. Ces perquisitions ont été autorisées par le juge des libertés et de la détention, saisi sur requête du procureur de la République."

  • IPR

    Avec son avocat

    L'ancien président de Région est arrivé au commissariat Malartic vers 9h30. il était accompagné de son avocat, le Bâtonnier Djalil Gangate.

    Masque noir sur le visage, Didier Robert n'a pas fait de commentaire à son entrée chez les policiers

  • IPR

    Bonjour, bonjour La Réunion !

    Nous ouvrons ce live pour suivre en direct l'audition de Didier Robert au commissariat Malrtic, restez avec nous

     

A propos

Ce que l'on sait à ce stade :

- Didier Robert est entendu au commissariat Malartic

- Des perquisitions ont eu lieu au siège du Conseil régional à Saint-Denis ce lundi 6 décembre 2021

- Ces perquisitions, effectuées dans différents services, portent sur l'enquête concernant les emplois présumés fictifs du cabinet de l'ancien président de Région Didier Robert

- La procureure de Saint-Denis Véronique Denizot était sur place ainsi qu'une dizaine de policiers

Au fil de l'affaire

Le 6 juillet dernier, le JIR révélait que le procureur de Saint-Denis, à l'époque Eric Tuffery, avait décidé l'ouverture d'une enquête pour des faits présumés de détournement de fonds publics et de prise illégale d'intérêts. Les perquisitions menées ce lundi s'inscrivent dans la continuité de cette enquête.

Cette procédure fait suite à un signalement effectué par la chambre régionale des comptes (CRC), qui avait épinglé Didier Robert pour l'embauche supposée illégale de 22 collaborateurs de cabinet, en plus des six autorisés par la loi. La justice cherche à savoir si ces collaborateurs "effectuaient véritablement un travail pour lequel ils étaient très bien payés" indiquait le JIR.

Lire aussi - Conseil régional : Didier Robert épinglé pour des embauches supposées illégales au cabinet

Dès 2019, Imaz Press avait révélé qu'une procédure judiciaire était en cours alors qu'une plateforme en ligne avait publié les noms de 166 personnes émargeant "au Cabinet, aux dépendances et apparentés de la Région".

Lire aussi - Emplois au Cabinet de la Région : une procédure judiciaire est ouverte

Pour rappel, Didier Robert a également été condamné en première instance le 21 mai dernier à 15 mois de prison avec sursis et à 3 ans d'inéligibilité dans l'affaire dite des Musées Régionaux. Le président de Région a immédiatement fait appel, suspendant sa condamnation.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

16 Commentaire(s)

Laëtitia , Posté
Et dire qu'aujourd'hui tout ca alimentaires cabinet i envoyé à lu paître! La bouffe nou l'arzent zimpot pendant 11 ans! Maudit sur vous avec notre argent
Rode qui ça , Posté
Tous des pourris qui s enrichissent sur le dos descontribuables qui tirent le diable par la queue. La peine devrait être à la hauteur des vols et délits commis. Il y a une place pour lui et les colistiers qui ont mangé à la même table
Milie, Posté
Quand ou voit le peu d'emplois cabinet, service de l'autorité qui se prétendait tous membre du cabinet, et avec ça gagne une raclée aux élections.. Robert t'a tout perdu à cause de ta com'
Objectif la tremblade , Posté
On vient d'annoncer à l'oreillette que depuis lundi dernier , 16 personnes au moins ont la TREMBLADE. Covid 19 n'est pour rien.
Missouk, Posté
Ca sent de plus en plus mauvais... Sa place à DOMENJOD est-elle réservée ''''
Welmant, depuis son mobile , Posté
Trop c est trop pour de fumée sans feu faudra l envoyé faire un tour à domenjod
La mort ou la tché tché , Posté
22 postes sur 6 autorisés. Ce qui veut dire que 16 personnes peuvent être inquiets.
Une partie de poker , Posté
Une partie de poker. On se fait oublier pendant quelques années et on revient en politique dans 6 ans. Une sanction sévère serait un moindre mal.
Disakifo , Posté
Une seule solution c'est KOKE AZOT . Plus de sursis , touchez les au portefeuille qu'ils ont bien rempli . S'il faut saisir leur compte bancaire et leurs patrimoines , ainsi donc on enverra un message fort aux nouveaux élus et on va épurer le monde politique.
Time table , Posté
Le peu payé 6000', 8000 euro, okilé lo peu Didier. I cachette. Mdr
Estelle, depuis son mobile , Posté
C est bien interrogé par les enquêteurs c es t l avocat qui réponds , déjà condamné il faut appel pour échapper à la prison ,et ses comparses ne risquent rien un président de région est entouré de vices présidents qui doivent aussi répondre de complicités et être inéligible a vie l argent du contribuable doit être utilisé a bon escient et non dilapidé pour se satisfaire '
Ça commence à faire beaucoup , Posté
Ce n'est pas les affaires liées à la continuité territoriale. Ce n'est l'affaire des SPL. Ce n'est pas l'affaire de la NRL. C'est juste lié au recrutement presumé fictif. La suite au prochain numero.
Merci à la justice , Posté
Si il s'avère qu'il y a bien eu emplois fictifs, tout le monde doit être puni y compris les bénéficiaires de ses postes fictifs avec remboursement, amendes et peines. Il s'agit de nos impôts.
Vincentime, Posté
HA !! ''
La vérité si je mens !, Posté
Sale temps pire carapate si tété bèf
REUNIONNAIS AVEUGLES, Posté
Ce n est pas de sa faute il ne savait pas