La mairie demande des renforts de gendarmes et des CRS :

Saint-Benoît : encore une nuit de violences à Bras Fusil


Publié / Actualisé
La nuit du dimanche 23 janvier au 24 janvier 2022 a encore été marquée par des violences dans le quartier de Bras Fusil, à Saint-Benoît. Selon une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, un jeune homme a été passé à tabac. Ce week-end les gendarmes ont procédé à sept interpellations dans le cadre de ces violences qui durent depuis plusieurs jours. Ils étaient déployés dans le quartier cette nuit afin de sécuriser les rues. La mairie demande des renforts et le déploiement de CRS (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La nuit du dimanche 23 janvier au 24 janvier 2022 a encore été marquée par des violences dans le quartier de Bras Fusil, à Saint-Benoît. Selon une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, un jeune homme a été passé à tabac. Ce week-end les gendarmes ont procédé à sept interpellations dans le cadre de ces violences qui durent depuis plusieurs jours. Ils étaient déployés dans le quartier cette nuit afin de sécuriser les rues. La mairie demande des renforts et le déploiement de CRS (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le quartier de Bras Fusil à Saint-Benoît, en proie aux violences urbaines depuis plusieurs nuits, a encore été le théâtre d'affrontements dans la nuit de dimanche à lundi. Une vidéo amplement relayée sur les réseaux sociaux montre un groupe de jeunes passer à tabac un passant se trouvant sur leur chemin. (Attention, les images peuvent être choquantes.) Une autre personne aurait été agressée physiquement.

Sur les réseaux sociaux, les habitants ne cachent pas leur inquiétude et leur ras-le-bol alors que les violences se répètent depuis plusieurs soirs. "Il y a une autre maladie en ce moment, un fléau : c'est la violence gratuite" témoigne un habitant dans une vidéo.

Des gendarmes avaient été déployés dans le quartier pour sécuriser les rues cette nuit. Samedi 22 janvier au soir, des jeunes de bandes rivales de Saint-Benoît avaient déjà été à l'origine de heurts. Une personne a été blessée, selon les gendarmes elle n'était pas mêlée à ces règlements de compte.

Sept interpellations ont été réalisées par la gendarmerie de Saint-Benoît et une enquête est en cours.

Ridwane Issa, premier adjoint à la mairie de Saint-Benoît déclare que ces événements sont "indamissibles" et demande au préfet "des renforts immédiats de gendarmes ainsi que le déploiement des CRS pour rétablir la paix". La piste de l'état d'urgence est également "étudiée afin que toutes les solutions de sécurité soient prises en compte pour protéger les bénédictins". L'adjoint à la mairie appelle à une "tolérance zéro" et "de lourdes condamnations pour les auteurs de ces exactions".

www.ipreunion.com / [email protected]

   

2 Commentaire(s)

Crocro, Posté
Des problèmes à Bras fusil ' Désolé, les forces de l'ordre sont bien trop occupés à contrôler les passes dans les bibliothèques et autres terrasses de café, où de dangereux faussaires peuvent se rendre. Sans parler des gens qui circulent la nuit sur le chemin volcan ! Que d'inconscientes !
Ste suzanne, Posté
La personne qui demande des CRSfaut qu' il se réveille ou il revient à la réalité sa fait x année qu' il y a plus à la réunion Si ils débarquent qui paye