Grande-Bretagne :

Courrier : Royal Mail envoie aussi du lien social pendant la pandémie


Publié / Actualisé
"C'est comme à Noël", lance un facteur de Saint Albans. Dans la région de Londres comme ailleurs, la pandémie a créé un surcroît d'activité pour Royal Mail qui a fait vivre le lien social pendant le confinement. Une grande partie de la population britannique travaille de la maison, évite les déplacements et achète en ligne, même si les restrictions commencent à être progressivement levées.
"C'est comme à Noël", lance un facteur de Saint Albans. Dans la région de Londres comme ailleurs, la pandémie a créé un surcroît d'activité pour Royal Mail qui a fait vivre le lien social pendant le confinement. Une grande partie de la population britannique travaille de la maison, évite les déplacements et achète en ligne, même si les restrictions commencent à être progressivement levées.

Résultat, les commandes s'envolent auprès du géant Amazon et autres sites, ce qui fait bondir le nombre de colis distribués par le groupe postal britannique.
Mais cette hausse, si forte soit-elle, ne suffit pas à compenser l'érosion durable du recours aux lettres, les Britanniques préférant s'envoyer des SMS, emails ou utiliser les réseaux sociaux.

Le nombre de lettres distribuées entre fin mars et début mai a plongé de 33% à 308 millions sur un an. Mais la livraison de colis a bondi de 31%. Ces bouleversements pèsent sur le modèle économique de Royal Mail, institution chère aux Britanniques, et expliquent en partie le départ précipité le mois dernier de son directeur général Rico Back.
Il a quitté son poste moins de deux ans après son arrivée, dans un climat social houleux, les syndicats et le personnel reprochant au groupe d'avoir tardé à fournir les équipements de protection nécessaires au plus fort de la pandémie.

Pour Vinnie Micallef, un responsable du syndicat CWU (Communication Workers Union), M. Back "avait totalement perdu le lien avec son personnel" et les choses "se sont calmées" depuis l'arrivée comme directeur général par intérim de Keith Williams, un ancien dirigeant de British Airways.

En compensation de leurs efforts, Royal Mail, a annoncé le 15 mai, jour du départ de M. Back, que chaque salarié recevrait une prime pouvant atteindre 200 livres en guise de "reconnaissance de leur rôle pendant le Covid-19". "Les annonces tombent bien au moment où Back s'en va et le syndicat revient à la table des discussions", explique à l'AFP le facteur de Saint Albans, petite ville au nord de Londres, qui souhaite rester anonyme.

Né il y a plus de 500 ans, Royal Mail a connu une histoire tourmentée au cours de la dernière décennie, marquée sa privatisation controversée en 2013.
Le groupe a tenté de se moderniser à l'heure d'internet mais au prix de nombreuses batailles avec les syndicats. En fin d'année dernière, Royal Mail avait même réussi à faire interdire en justice une grève prévue à l'approche de Noël.

- "On se sent aimés" -

Plus récemment les syndicats redoutaient que la suspension temporaire des distributions le samedi, pour alléger la tâche pendant la pandémie, devienne permanente, ce qui pourrait coûter selon le CWU 20.000 emplois, soit 12% des effectifs. Le personnel de Royal Mail a la cote auprès du public, notamment parce qu'il a joué un rôle important en distribuant des kits de tests pour le virus et en aidant les entreprises pendant la pandémie.

Sahir Saeed, postier londonien qui s'est mis en isolement pendant 14 jours après que son père a attrapé le virus, confie qu'il a reçu lors de ses tournées plein de nourriture et de boissons de la part des Britanniques. "Les clients savent que ce nous traversons. On se sent vraiment aimés", explique-t-il à l'AFP.

Il rappelle que jusque avant l'instauration du confinement le 23 mars, près de 40% des membres de son équipe étaient absents, soit malades avec le virus, soit en isolement.
Et selon lui, le travail reste affecté par les mesures de distanciation, qui n'autorisent qu'un salarié dans chacune des célèbres camionnettes rouges de Royal Mail.

"Continuer à desservir le pays dans ces moments sans précédent est crucial pour nous", souligne Shane O'Riordain, directeur du marketing du groupe.
Certains facteurs n'ont pas hésité à se déguiser en super-héros durant leur tournée, tandis que d?autres se sont portés volontaires pour distribuer des repas chauds aux personnes bloquées chez elles.

Et les Britanniques ne se privent pas de remercier le personnel de Royal Mail. "Merci. Vous m'avez permis de sauver ma petite entreprise", se réjouit Sally sur Twitter.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !