[LIVE] Covid-19 :

Etat d'urgence sanitaire : les fêtes privées, dont les mariages, désormais interdites dans les salles publiques


Publié / Actualisé
Au lendemain de l'annonce choc d'une mise en place de couvre-feux nocturnes en Île-de-France et dans huit métropoles à partir de samedi, le gouvernement tient une conférence de presse pour préciser les nouvelles mesures annoncées. Une attestation sera de nouveau nécessaire pour se déplacer dans les territoires concernés par le couvre-feu. Les fêtes privées organisées dans les salles publiques sont désormais interdites partout en France. Les aides économiques seront étendues et rallongées dans la durée afin d'accompagner les secteurs en difficulté. Imaz Press est en live, suivez-nous (Photo AFP)
Au lendemain de l'annonce choc d'une mise en place de couvre-feux nocturnes en Île-de-France et dans huit métropoles à partir de samedi, le gouvernement tient une conférence de presse pour préciser les nouvelles mesures annoncées. Une attestation sera de nouveau nécessaire pour se déplacer dans les territoires concernés par le couvre-feu. Les fêtes privées organisées dans les salles publiques sont désormais interdites partout en France. Les aides économiques seront étendues et rallongées dans la durée afin d'accompagner les secteurs en difficulté. Imaz Press est en live, suivez-nous (Photo AFP)

Suivez son intervention en direct :

  • IPR

    La conférence de presse est terminée, nous mettons désormais fin à ce live. Merci de l'avoir suivi.

  • IPR

    La question des élections régionales et départementales abordée avec les parlementaires

    Jean Castex annonce qu'il recevra les parlementaires la semaine prochaine pour étudier l'impact de la crise sanitaire sur les prochaines échéances électorales.

  • IPR

    La hausse de salaires prévue par le Ségur avancée "avant la fin de l'année"

    "J'ai décidé d'anticiper le versement des sommes que nous avons allouées aux personnels de santé en application du Ségur", annonce le premier ministre Jean Castex.

    Une première tranche de 90 euros est intervenue au mois de septembre. La deuxième de 93 euros par mois devait intervenir en mars, mais interviendra finalement "avant la fin de l'année".

    100 millions d'euros seront par ailleurs versés aux agences régionales de santé.

  • IPR

    5 millions de tests entigéniques commandés

    Le ministre de la Santé, Olivier Véran, explique que "nous disposons désormais de toutes les recommandations de la Haute Autorité de santé pour permettre prochainement aux hôpitaux, médecins libéraux, pharmaciens et infirmiers de pouvoir acquérir les tests antigéniques".

    "Nous sommes en train de gagner la bataille des délais en matière d'accès aux tests", se félicite le ministre. "91% des tests sont rendus en moins de 48 heures. Un délai médian qui est passé un peu plus de 24 heures pour le retour de ces tests et des barnums."

  • IPR

    Le gouvernement attentif aux jeunes

    "Nous nous montrons également attentifs aux premières victimes de la crise, notamment les plus jeunes", explique Jean Castex, évoquant des primes aux entreprises pour "accélérer le recrutement de jeunes".

    Le Premier ministre rappelle qu'une prime de 150 euros sera accordée aux bénéficiaires du RSA, plus la somme de 100 euros par enfant. "Cela concernera 4,1 millions de foyers", précise Jean Castex.

    Le premier ministre fera des annonces samedi sur le thème de la pauvreté.

  • IPR

    Des aides pour les entreprises touchées par le couvre-feu

    "Toutes les entreprises de moins de 50 salariés dans les zones de couvre-feu et qui ont perdu plus de 50% de leurs revenus pourront bénéficier d'une aide allant jusqu'à 1.500 euros", annonce le ministre de l'Economie Bruno Le Maire

    Les hôtels et restaurants dans les zones de couvre-feu seront totalement exonérés des charges sociales patronales en cas de perte de 50% de leurs revenus et les prêts garantis par l'Etat sont prolongés jusqu'au 30 juin 2021.

  • IPR

    "Nous invitons les entreprises à développer le recours au télétravail", dit Jean Castex

    La ministre du Travail, Elisabeth Borne, annonce qu'il sera désormais demandé aux entreprises de définir un nombre de jours minimal de télétravail par semaine et d'étaler les horaires d'arrivée et de départ sur le lieu de travail.

  • IPR

    "Toutes les fêtes privées, comme les mariages et les fêtes étudiantes, sont interdites" dès samedi

    Cela concerne tout le territoire national, même les zones qui ne seront pas concernées par le couvre-feu.

    Les salles des fêtes seront fermées et les fêtes privées interdites, explique le premier ministre.

    Les restaurants devront appliquer la règles des six invités par table et tenir un registre des clients.

  • IPR

    12.000 policiers et gendarmes seront mobilisés chaque nuit

    "12.000 policiers et gendarmes seront chargés chaque nuit de faire respecter les interdictions", annonce le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

    Sur le site du ministère de l'Intérieur, il sera possible de télécharger l'attestation dérogatoire de déplacement. Il sera aussi possible d'écrire sur un papier libre cette attestation dérogatoire. "Pour l'attestation professionnelle, il faudra un justificatif de l'entreprise ou sa carte professionnelle", précise Gérald Darmanin.

    Une amende de 135 euros sera donnée en cas de non-respect des consignes. Au bout de trois fois, une peine de 6 mois de prison et une amende de 3.750 euros pourront être données.

  • IPR

    Des attestations comme lors du confinement

    "Pour des raisons professionnelles : si vous travaillez de nuit ou que votre travail ne vous permet pas d'être chez vous à 21 heures. Si vous avez un train ou un avion qui arrive ou part après 21 heures, il faudra, le cas échéant, pouvoir montrer votre billet", indique le Premier ministre.

    "Si vous devez vous rendre auprès d'un proche en situation de dépendance, pour sortir votre animal de compagnie près de chez vous, comme pendant la période de confinement il faudra se munir d'une attestation pour sortir après 21 heures."

  • IPR

    Jean Castex précise les modalités des couvre-feux

    "Ce couvre-feu s'établira de 21 heures à 6 heures du matin. Cela signifie qu'à 21 heures, chacun devra être chez soi. Et que, sauf exception, tous les commerces ou services publics recevant du public seront fermés", explique-t-il.

  • IPR

    Jean Castex justifie la stratégie du gouvernement 

    "J'entends dire que la bonne réponse aurait été de créer massivement des lits supplémentaires en réanimation plutôt que de prendre des mesures de freinage de l'épidémie. C'est faux. Aucun système hospitalier ne serait capable de faire face aux conséquences d'une telle épidémie", défend-il. 

    "La seule vraie stratégie possible, c'est le freinage de l'épidémie par le respect des gestes barrières et la réduction des contacts et des interactions sociales".

  • IPR

    Un état d’urgence sanitaire de quatre semaines minimum

    Le Premier ministre confirmé la durée de l'état d'urgence sanitaire pour la France. "Cette décision vaut pour une durée de quatre semaines et à vocation à durer au-delà si le Parlement le valide", affirme-t-il.

  • IPR

    Le premier ministre Jean Castex prend la parole

  • IPR

    Bonjour à tous, nous ouvrons ce live pour suivre la prise de parole de Jean Castex détaillant les modalités d’application du couvre-feu.

A propos

Mercredi soir, Emmanuel Macron a décrété un couvre-feu total à Paris et dans sa région, "où le virus circule très activement", ainsi que dans les métropoles de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne. Ces villes, qui concentrent 20 millions d'habitants, sont les plus touchées par la reprise de l'épidémie depuis la rentrée et le gouvernement prévoit d'étendre la mesure jusqu'au 1er décembre si le Parlement l'autorisait. "Nous sommes dans une situation qui est préoccupante et qui justifie que nous ne soyons ni inactifs, ni dans la panique", a déclaré le chef de l'Etat lors d'un entretien sur TF1 et France 2.

Les derniers chiffres montrent encore une aggravation de la situation avec plus de 100 morts et 193 personnes admises en réanimation sur 24 heures. L'épidémie a déjà fait plus de 32.000 morts en France.

Afin de réussir à baisser le nombre de contaminations "par jour de 20.000 (actuellement) à 3.000 ou 5.000", "nous devons prendre des mesures plus strictes" que celles prises ces derniers mois, a affirmé le chef de l'Etat.

Le Premier ministre, Jean Castex, accompagné des ministres de la Santé, Olivier Véran, de l'Intérieur, Gérald Darmanin, de l'Economie, Bruno Le Maire, et du Travail, Elisabeth Borne, doivent détailler ces nouvelles mesures lors d'une conférence de presse à 16 heures.

Le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, a indiqué que se posera "très certainement la question du financement des mesures annoncées et qui seront précisées" par le Premier ministre, en évoquant la possibilité d'amender le budget 2021 en cours d'examen au parlement.

Certaines mesures seront par ailleurs prises dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire qui a été rétabli mercredi par décret après avoir été imposé du 23 mars au 10 juillet.
"L'objectif c'est de pouvoir continuer à avoir une vie économique, que les écoles, les lycées et les universités soient ouvertes, que nos concitoyens puissent travailler tout à fait normalement et qu'il puisse y avoir une vie sociale" même restreinte, a justifié le président.

Des amendes de 135 euros seront dressées en cas de non respect du couvre-feu et des dérogations seront accordées, par exemple pour ceux qui "rentrent du travail après 21H00, ou qui travaillent de nuit", a-t-il indiqué.

En revanche, il n'y aura ni restrictions de transport lors du couvre-feu, ni de limites de déplacements entre les régions, a-t-il précisé, en ajoutant que ces mesures n'empêcheront pas les gens de partir en vacances de la Toussaint qui débutent vendredi soir.

www.ipreunion.com avec l'AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !