Etats-Unis :

Avec la pandémie, plus d'Américains souffrent de la faim, surtout des enfants


Publié / Actualisé
Avant que la pandémie ne ferme son école et que les agents d'immigration américains expulsent son père au Salvador, Kimberly Orellana, 14 ans, ne craignait pas la faim.
Avant que la pandémie ne ferme son école et que les agents d'immigration américains expulsent son père au Salvador, Kimberly Orellana, 14 ans, ne craignait pas la faim.

Mais le salaire de sa mère, maintenant seule à faire des ménages, ne suffit pas pour la nourrir elle et ses deux petites soeurs. Alors la jeune fille fait la queue devant une école pour une distribution de produits alimentaires organisée par une association à but non lucratif.

"Parfois, nous avons besoin d'un peu de provisions pour garder notre réfrigérateur plein", explique Kimberly, à Cockeysville au nord de la ville américaine de Baltimore, pendant une pause de ses cours d'école qui se déroulent désormais en ligne.

De plus en plus d'enfants ont faim aux États-Unis. L'épidémie de coronavirus, qui a tué environ 280.000 personnes dans le pays, a provoqué une profonde crise économique.

Selon le département du Commerce, 12% des adultes affirment ne pas avoir eu "parfois" ou "souvent" assez à manger le mois dernier. Quelque 10% des mères d'enfants de moins de cinq ans ont déclaré que ceux-ci avaient souffert de la faim à un moment en octobre et novembre, selon une enquête de la Brookings Institution.

L'organisation de charité Feeding America estime qu'environ 50 millions de personnes seront considérées comme en situation d'insécurité alimentaire cette année, dont environ 17 millions d'enfants. "On peut dire que l'insécurité alimentaire est actuellement la plus élevée jamais enregistrée au cours de l'ère moderne", a déclaré à l'AFP Lauren Bauer, chargée d'études économiques à la Brookings Institution.

- Choquant -

Les chiffres sont choquants pour la plus grande économie du monde, et l'un des donateurs majeurs d'aide alimentaire aux autres pays. "L'alimentation et l'agriculture représentent environ 20% de l'économie américaine, mais 100% des gens mangent", rappelle Chloe Waterman, responsable de programme pour le groupe de défense Friends of the Earth, qui insiste sur le rôle du ministère de l'Agriculture pour s'attaquer au problème.

L'arrivée de la pandémie en mars et les fermetures d'entreprises qui ont suivi ont provoqué un chômage massif et une forte récession économique. Les écoles ont également fermé leurs portes, ce qui a empêché les enfants les plus pauvres d'obtenir des repas gratuits. Selon Lauren Bauer, les pénuries de produits de base dans les supermarchés ont aussi touché en premier lieu les parents à faible revenu.

Le Congrès a apporté une réponse en permettant aux Etats américains de donner aux familles des cartes de prestations égales à la valeur de repas scolaires, tandis que de nombreuses circonscriptions ont continué à fournir de la nourriture aux élèves.

Mais il y a des trous dans ce filet de sécurité, affirme Mme Bauer, en particulier pour les parents qui ne peuvent pas se rendre là où les écoles distribuent leurs repas gratuits.

Et le principal programme du gouvernement pour fournir de la nourriture aux familles dans le besoin, le Programme d'aide supplémentaire à la nutrition (SNAP), n'indemnise pas assez pour vivre, ce qui transfère le fardeau de la montée du chômage sur les organismes de bienfaisance, souligne Chloé Waterman.

C'est le cas de l'association Baltimore Hunger Project, qui fournit des produits d'alimentation le weekend dans la ville du Maryland et les banlieues environnantes. Les demandes ont triplé depuis le début de la pandémie, et l'association aide maintenant 2.000 familles.

Parmi elles, Kimberly a pu récupérer des oeufs, du pain et d'autres produits de base, pour sa mère et elle-même, toutes deux sans papiers, et ses deux soeurs nées aux États-Unis. "C'est vraiment difficile parfois, mais il faut continuer", dit-elle.

"Cela me brise le coeur", confie Ayo Akinremi, un immigrant nigérian aux États-Unis, qui a commencé à venir chercher de la nourriture pour sa femme et ses enfants après avoir perdu son emploi, et qui est maintenant bénévole. "Cela a été un choc culturel pour moi de venir aux États-Unis pour trouver autant d'insécurité alimentaire", dit-il.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !