Football :

L2: Châteauroux accepte de négocier avec un nouvel investisseur


Publié / Actualisé
La Berrichonne va-t-elle passer sous pavillon saoudien ? Le club de Châteauroux, lanterne rouge de Ligue 2, a donné son feu vert pour "poursuivre des négociations" en vue de son rachat par un nouvel investisseur, a-t-il annoncé mercredi.
La Berrichonne va-t-elle passer sous pavillon saoudien ? Le club de Châteauroux, lanterne rouge de Ligue 2, a donné son feu vert pour "poursuivre des négociations" en vue de son rachat par un nouvel investisseur, a-t-il annoncé mercredi.

"Réunie ce jour, l'assemblée générale de la SASP Berrichonne Football a voté à l'unanimité la proposition du conseil d'administration afin de poursuivre des négociations exclusives pour la cession des actions du club au Groupe UNITED", écrit le club dans un communiqué.

Joint par l'AFP, le club n'a pas souhaité confirmer si le "Groupe UNITED" mentionné était bien le groupe United World du prince saoudien Abdullah bin Mosaad, propriétaire de quatre autres clubs de football dans le monde dont Sheffield United et dont le nom a été cité par le quotidien régional La Nouvelle République.
Âgé de 55 ans, le Saoudien a investi une partie de sa fortune en 2013 dans le club anglais, remonté en Premier League en 2019.

- Clubs satellites -

Autour des "Blades", aujourd'hui lanternes rouges après une saison réussie l'an dernier, Abdullah bin Mosaad a créé United World, un réseau de clubs de niveaux et de compétences différentes, à l'image du City Football Group.

Autour de son vaisseau amiral Manchester City, le groupe émirati a de son côté créé une constellation de clubs satellites, avec notamment New York City FC (MLS), Gérone (Espagne), Melbourne City (Australie), Yokohama Marinos (Japon), mais encore, plus récemment, en septembre, Troyes (Ligue 2).
L'idée est de créer des synergies entre les clubs, dans le marketing, la recherche de sponsors ou encore la formation, mais surtout de permettre aux clubs satellites de servir de réservoir et d'incubateurs de talents.

Suivant l'exemple émirati, Abdullah bin Mosaad, dont la fortune personnelle est estimée à 200 millions d'euros, a ainsi pris une part majoritaire dans le club belge du Beerschot en 2018. Il a ajouté à son portefeuille le Kerala United FC (D2 indienne) et Al-Hilal United (D2 émiratie) à Dubai en 2020.
Longtemps engagé dans l'industrie du papier, le prince est passé au sport il y a une dizaine d'années et a récemment expliqué à une télévision égyptienne qu'il prévoyait d'acquérir "entre six et huit clubs" au total à travers le monde.

En grande difficulté sur le terrain et battu par Clermont (1-0) mardi soir, le club de l'Indre pointe actuellement à la dernière place de Ligue 2. L'entraîneur Nicolas Usaï a été limogé mi-décembre, son adjoint Olivier Saragaglia se chargeant de l'intérim.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !