Une marche en sa mémoire :

Des centaines de personnes à Paris en hommage à Cédric Chouviat, un an après sa mort


Publié / Actualisé
Un an après le contrôle policier qui a entraîné la mort de Cédric Chouviat à Paris, famille et soutiens ont entamé dimanche après-midi une marche pour honorer sa mémoire mais aussi demander la suspension des policiers, dont le maintien en exercice constitue, selon eux, un "scandale".
Un an après le contrôle policier qui a entraîné la mort de Cédric Chouviat à Paris, famille et soutiens ont entamé dimanche après-midi une marche pour honorer sa mémoire mais aussi demander la suspension des policiers, dont le maintien en exercice constitue, selon eux, un "scandale".

"C'est une marche en mémoire de notre fils, de notre père, de notre époux. C'est une marche silencieuse, dans le calme, sans bordel. On veut montrer que la famille Chouviat existera toujours", a déclaré devant les journalistes Christian Chouviat, le père du livreur de 42 ans.

Plusieurs centaines de personnes se sont élancées, peu après 14h15, de la place de l'Uruguay, dans le très chic 16e arrondissement de Paris: militants d'Attac, du Collectif Urgence notre police assassine ou "Gilets jaunes".

Cédric Chouviat est décédé à la suite d'un contrôle de police le 3 janvier 2020. Il avait été plaqué au sol avec son casque de moto sur la tête lors de ce contrôle, provoquant un malaise. Transporté dans un état critique à l'hôpital, il est mort le 5 janvier.

Quatre policiers ont participé à ce contrôle quai Branly près de la Tour Eiffel, à l'endroit où la marche doit s'achever. Trois ont été mis en examen pour "homicide involontaire", tandis qu'une quatrième policière a été placée sous le statut de témoin assisté. La suspension de ces policiers est "le plus important pour nous", a déclaré avant le départ de la marche son père, Christian Chouviat, soulignant que le fait qu'ils n'aient pas été suspendus "est un scandale". Et la décision "ne dépend que de Gérald Darmanin", a-t-il martelé.

Entourée d'autres familles ou proches de personnes mortes dans des dossiers où les forces de l'ordre sont mises en cause, comme Babacar Gueye ou Ibrahima Bah, la mère de Cédric Chouviat, Doria, a elle aussi demandé leur suspension.

"Je ne peux pas accepter que la quatrième policière ne soit que témoin assisté", a-t-elle ajouté. Les policiers "travaillent encore et nous ne le comprenons pas".
"On a cette chance que mon fils ait filmé sa mort, on est des privilégiés, si je puis dire, dans notre malheur", a-t-elle encore dit. "Cédric nous a laissé toutes les preuves pour le défendre", a-t-elle poursuivi.

Cette marche blanche entend aussi s'élever contre la proposition de loi "Sécurité globale" vivement contestée ces derniers mois lors de manifestations, notamment par les journalistes et les défenseurs des libertés publiques. La veuve de M. Chouviat a aussi pris la parole pour demander une manifestation "digne", quitte à s'organiser pour "faire barrage aux casseurs". "C'est pas nous contre la police, nous contre l'Etat, c'est nous contre les personnes qui justifient ces crimes", a conclu sa fille.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !