Tennis :

Open d'Australie : 47 joueurs privés d'entraînement après des cas positifs dans deux avions


Publié / Actualisé
L'atterrissage à Melbourne a été brutal pour 47 joueurs devant participer à l'Open d'Australie dans trois semaines (8-21 février): ils sont interdits d'entraînement pendant deux semaines après avoir voyagé à bord de deux vols où d'autres passagers ont été testés positifs au coronavirus.
L'atterrissage à Melbourne a été brutal pour 47 joueurs devant participer à l'Open d'Australie dans trois semaines (8-21 février): ils sont interdits d'entraînement pendant deux semaines après avoir voyagé à bord de deux vols où d'autres passagers ont été testés positifs au coronavirus.

L'Etat de Victoria, où se trouve Melbourne, a d'abord annoncé deux cas positifs à bord d'un vol en provenance de Los Angeles, transportant 24 joueurs, puis l'Open d'Australie a confirmé un autre cas à bord d'un vol Abou Dhabi-Melbourne, à bord duquel se trouvaient 23 joueurs.

Même si les trois personnes diagnostiquées positives n'étaient pas des joueurs, toutes les personnes à bord sont considérées comme cas contacts et ont donc été placées en quarantaine stricte pour 14 jours.

"Aucun joueur ni membre de leur entourage ne pourra interrompre la quarantaine pour participer à un entraînement", a précisé un porte-parole du programme de quarantaine de l'Etat de Victoria, après l'annonce des cas à bord du vol Los Angeles-Melbourne, qui concernent un membre d'équipage et un autre passager, testés négatifs avant le départ.

Les 47 joueurs et joueuses concernés sont donc privés des cinq heures quotidiennes d'entraînement autorisées pendant la quatorzaine que l'ensemble des participants au tournoi doivent observer dans une chambre d'hôtel à leur arrivée en Australie.

Selon les médias locaux, la Bélarusse Victoria Azarenka (vainqueur de l'Open d'Australie en 2012 et 2013), l'Américaine Sloane Stephens et le Japonais Kei Nishikori se trouvaient à bord du vol vol Los Angeles-Melbourne et d'autres joueuses couronnées en Grand Chelem étaient dans celui parti d'Abou Dhabi (Bianca Andreescu, Angelique Kerber, et Svetlana Kuznetsova).

"Nous sommes en contact avec toutes les personnes à bord de ce vol et notamment le groupe de joueurs dont les conditions ont désormais changé, pour répondre au mieux à leurs besoins", a assuré le patron de l'Open d'Australie Craig Tiley, après l'annonce des cas à bord du vol en provenance de Los Angeles.

- 18 vols charters -

"C'est absurde", a dénoncé sur Twitter la Française Alizé Cornet, qui est arrivée à Melbourne par un autre vol. "Bientôt, la moitié des joueurs de l'Open d'Australie devront s'isoler. Des semaines et des semaines d'entraînement et de travail intense vont être perdues pour une personne positive à bord d'un avion aux trois-quarts vide", a-t-elle regretté, avant d'effacer son tweet devant les réactions provoquées.

Des joueurs s'étaient déjà émus qu'un contingent d'une cinquantaine de participants, parmi lesquels Novak Djokovic, Rafael Nadal, Dominic Thiem, Serena Williams, Naomi Osaka et Simona Halep, puissent effectuer leurs quinze jours de confinement à Adelaïde et non à Melbourne comme le reste des joueurs.
Craig Tiley avait balayé les accusations de favoritisme en assurant que les conditions d'entraînement seraient les mêmes à Adelaïde et Melbourne.

La direction du tournoi a dû édicter des règles sanitaires très strictes et très contraignantes afin de rendre l'événement acceptable par les autorités locales. Le tournoi a notamment été repoussé de trois semaines et les qualifications déplacées à Dubai (dames) et Doha (messieurs) du 10 au 13 janvier, pour permettre aux quelque 1.270 participants de respecter une quatorzaine à leur arrivée après avoir voyagé à bord de 18 charters affrétés par la fédération australienne.

Ces conditions ont poussé certains à renoncer comme l'Américain John Isner ou l'entraîneur de Rafael Nadal, Carlos Moya. L'Américaine Madison Keys, testée positive, a également déclaré forfait et le Britannique Andy Murray, quintuple finaliste du tournoi, est très incertain après avoir lui aussi contracté la maladie.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !