Mondial de hand :

Les Bleus souffrent encore face à l'Algérie


Publié / Actualisé
Comme deux jours auparavant face à la Suisse, la France a considérablement souffert pour battre l'Algérie 29-26 et faire un pas supplémentaire vers les quarts de finale du Mondial-2021 de handball mercredi dans la banlieue du Caire.
Comme deux jours auparavant face à la Suisse, la France a considérablement souffert pour battre l'Algérie 29-26 et faire un pas supplémentaire vers les quarts de finale du Mondial-2021 de handball mercredi dans la banlieue du Caire.

Les Bleus, déjà vainqueurs de la Norvège et de la Suisse au premier tour, restent en tête de la poule III avec 6 points et se tournent désormais vers l'Islande, prochain piège sur leur route vendredi. Si le Portugal bat la Norvège plus tard mercredi, un succès contre l'île nordique, battue par la Suisse au terme d'un match sans rythme (20-18), sera suffisant pour accéder au tableau final.

Mais la prestation livrée contre l'Algérie d'Alain Portes, l'ancien sélectionneur de l'équipe de France féminine (2013-2016) parti sur fond de tensions avec ses joueuses, n'a rien de rassurant. Les Bleus sont mal entrés dans le match et ont beaucoup peiné pendant les soixante minutes. C'était pourtant l'adversaire le plus abordable, sur le papier, de ce tour principal.

La rentrée en seconde période de Kentin Mahé (4/5 aux tirs en seulement 13 minutes) a été précieuse. C'est lui qui, servi par Dika Mem, trouve de l'espace aux 6 m et permet aux Bleus de respirer à nouveau à la 50e minute (25-23).

Les Algériens avaient clairement plus d'envie, à l'image du gardien Khalifa Ghedbane auteur de 4 arrêts au bout de 7 minutes. Ou de l'arrière gauche de Toulouse Ayoub Abdi, venu intercepter une passe sur Nedim Remili avant de lui chiper de nouveau le ballon après un arrêt de Vincent Gérard (3-7, 11e).

- Début de match raté -

Le sélectionneur Guillaume Gille a voulu donner du temps de jeu au pivot Nicolas Tournat, au demi-centre Melvyn Richardson et à l'arrière droit Adrien Dipanda, les trois joueurs du groupe de 16 les moins utilisés jusqu'ici (20 minutes). Mais il a rapidement dû se résoudre à faire rentrer les tours Luka Karabatic et Ludovic Fabregas pour remettre de l'ordre en défense.

Après avoir accusé un nouveau retard de 4 buts sur un tir surpuissant d'Abdelkader Rahim (5-9), les Bleus se sont réveillés en passant un 7-0 en 8 minutes aux Fennecs (12-9, 22e), prenant ainsi les devants pour la première fois dans le match.

Mais à chaque fois que les Bleus semblaient en mesure de prendre le large, l'Algérie a réagi: de 12-9 à 12-11, puis de 15-11 à 15-13. Et puis de nouveau après la pause, quand Dika Mem a donné un nouvel avantage de +3 (18-15) mais que les Fennecs sont revenus à égalité et ont même repris les devants (20-21) grâce à Reda Arib, blessé en fin de match.

Les tirs surpuissants à 9 m de Messaoud Berkous (7 buts au total) ont fait beaucoup de mal aux Bleus qui, comme face à la Suisse, ont eu toutes les difficultés du monde à s'extirper du bourbier (23-23).

Alors qu'elle semblait un peu plus sereine (26-24), les exclusions de Jean-Jacques Acquevillo et d'Hugo Descat dans la foulée (53e) ont ainsi permis aux Algériens d'espérer encore. Michaël Guigou a buté sur Yahia Zemouchi comme Mahé sur un penalty crucial à 5 minutes de la fin. Mais deux buts d'Acquevillo ont permis d'échapper à la catastrophe.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !