Durcissement :

Des tests négatifs à la Covid exigés avant l'arrivée en France pour les voyageurs européens


Publié / Actualisé
La France exigera, à partir de dimanche à minuit, un test PCR réalisé 72 heures avant le départ pour la plupart des voyageurs européens voulant entrer sur son territoire, a annoncé le président Emmanuel Macron au Conseil européen, a rapporté l'Elysée tard jeudi soir. Cette obligation s'appliquera "hors voyages essentiels", a précisé l'Elysée : "Les travailleurs frontaliers et le transport terrestre seront en particulier exemptés".
La France exigera, à partir de dimanche à minuit, un test PCR réalisé 72 heures avant le départ pour la plupart des voyageurs européens voulant entrer sur son territoire, a annoncé le président Emmanuel Macron au Conseil européen, a rapporté l'Elysée tard jeudi soir. Cette obligation s'appliquera "hors voyages essentiels", a précisé l'Elysée : "Les travailleurs frontaliers et le transport terrestre seront en particulier exemptés".

Cette obligation s’appliquera "hors voyages essentiels", a précisé l’Elysée : "Les travailleurs frontaliers et le transport terrestre seront en particulier exemptés". Paris avait déjà décidé le 14 janvier de soumettre à cette règle les voyageurs en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne (UE). Les travailleurs transfrontaliers et les travailleurs "essentiels" en étaient déjà exemptés. L’Elysée a précisé que l’approche choisie par le chef de l’Etat était également celle de "beaucoup de ses homologues européens".

A Stockholm, l’agence européenne chargée des épidémies a invité de son côté les Européens à "se préparer à une escalade rapide de la rigueur des mesures (pour contrer le virus) dans les semaines à venir afin de préserver les capacités de soins, ainsi qu’à accélérer les campagnes de vaccination".

En France, où le bilan frôle désormais les 72.000 morts, le nombre de contaminations enregistrées a de nouveau dépassé jeudi le chiffre de 20.000, et le spectre d’un troisième confinement semble se profiler.

La décision d’Emmanuel Macron intervient à l’issue d’un sommet en visioconférence des 27 Etats membres lors duquel Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a sonné l’alarme sur " la situation sanitaire très grave " causée dans toute l’Europe par la pandémie de Covid-19.

Jugeant que "tous les voyages non essentiels doivent être fortement déconseillés", la dirigeante a cependant affirmé qu’il était "de la plus haute importance de continuer à faire fonctionner le marché unique", c’est-à-dire de continuer à permettre le transport "fluide des travailleurs essentiels et des marchandises à travers les frontières" des pays de l’UE.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !