Football :

L1: Paris tombe à Lorient, l'OM se remet du choc


Publié / Actualisé
Très décevant et battu à Lorient dimanche (3-2), le Paris SG ne va pas terminer le week-end en tête de la Ligue 1, après une 22e journée entachée de violences samedi à Marseille, dont les joueurs, "très choqués", commencent à se remettre.
Très décevant et battu à Lorient dimanche (3-2), le Paris SG ne va pas terminer le week-end en tête de la Ligue 1, après une 22e journée entachée de violences samedi à Marseille, dont les joueurs, "très choqués", commencent à se remettre.

Après une journée d'incidents dans la cité phocéenne, marquée par l'intrusion de plusieurs supporters dans le centre d'entraînement de l'OM, le football a repris ses droits dimanche, avec la rencontre des extrêmes opposant Paris aux Merlus dans le Morbihan.

Sur la pelouse, néanmoins, l'écart ne fut pas criant entre le nouveau leader du classement et l'ancienne lanterne rouge bretonne... Le PSG a cru survivre grâce à deux penalties chirurgicaux de Neymar, mais Yoane Wissa, puis Terem Moffi dans les dernières secondes, ont offert au FCL un exploit retentissant.

C'est la première défaite parisienne depuis l'arrivée de Mauricio Pochettino sur le banc: l'Argentin va sans doute devoir revoir ses plans, car ses "Quatre Fantastiques" (Mbappé, Neymar, Icardi, Di Maria) n'ont pas montré grand chose en milieu d'après-midi.

Le revers fait mal, d'autant que Lille, qui affronte Dijon à 17h00, peut s'échapper en cas de succès. Les Dogues prendraient alors trois points d'avance sur Paris, et deux sur Lyon, vainqueur vendredi contre Bordeaux (2-1)... Suspense entier, à une semaine du Classique OM-PSG qui promet d'animer les fans.

- Eyraud condamne un "déferlement de violence" -

A Nice, les fans n'étaient pas dans les tribunes (huis clos oblige) pour assister à la 9e défaite de la saison de leurs Azuréens, au plus mal. Celle-ci s'est dessinée en toute fin de rencontre contre un autre club en difficulté, Saint-Etienne, après un but de l'attaquant Charles Abi (88e), au terme d'un match longtemps incertain.

Les hommes de Claude Puel, eux aussi chahutés la veille dans leur centre d'entraînement par leur supporters, mais de manière assez pacifique cette fois-ci, peuvent enfin souffler après trois revers de suite. "On est dans une période compliquée, on espère que ce résultat va pouvoir nous permettre d'enchaîner. On a donné une bonne image", s'est satisfait Abi au micro de la chaîne Téléfoot.
Les Verts se replacent au 16e rang, quatre points devant la place de barragiste occupée par Lorient. Pour Nice, l'urgence se fait plus importante, avec une 13e place et seulement 26 unités.

Dans ce coeur de classement, Reims a su prendre le meilleur sur Strasbourg à la Meinau (1-0), tandis qu'un peu plus haut dans le tableau, Metz est allé enchaîner une troisième victoire de rang, en s'imposant à Brest (4-2). Les Mosellans sont sixièmes !

Autre concurrent pour le maintien, Nîmes a de son côté sombré sur la pelouse d'Angers (3-1), et occupe désormais le dernier rang avec 14 défaites en 21 matches. Mais l'événement de ce week-end de foot français restera extra-sportif, avec un Olympique de Marseille meurtri par l'opération coup de poing menée samedi par quelques centaines de supporters, dont certains ont pénétré dans la Commanderie, le centre d'entraînement, à quelques heures d'OM-Rennes, match finalement reporté.

"Les joueurs sont encore très choqués par ce qu'il s'est passé. Ils ont vu un déferlement de violence inédit, incroyable, par son intensité", a réagi le président Jacques-Henri Eyraud sur TF1 dimanche matin, alors que 18 personnes étaient toujours en garde à vue en parallèle.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !