Football :

L1: l'OM contrarie Lyon


Publié / Actualisé
Courageux et enfin moins fragile, Marseille a préparé l'arrivée de son futur entraîneur Jorge Sampaoli en tenant en échec Lyon (1-1) dimanche au Stade Vélodrome lors de la 27e journée de Ligue 1, frustrant ainsi l'équipe de Rudi Garcia, qui glisse à la troisième place du classement.
Courageux et enfin moins fragile, Marseille a préparé l'arrivée de son futur entraîneur Jorge Sampaoli en tenant en échec Lyon (1-1) dimanche au Stade Vélodrome lors de la 27e journée de Ligue 1, frustrant ainsi l'équipe de Rudi Garcia, qui glisse à la troisième place du classement.

Sous les yeux de son inattendu néo-président Pablo Longoria, l'OM a enchaîné un quatrième match de suite sans défaite en championnat, confirmant le léger mieux entrevu depuis le début de l'intérim de Nasser Larguet.

Alors qu'il y avait près de 20 points d'écart au coup d'envoi entre les deux équipes, le club provençal a aussi mis en difficulté l'OL, qui vise toujours le titre mais qui a passé un mauvais week-end, avec Paris SG qui l'a dépassé et Monaco (4e) qui s'est rapproché à un point seulement en battant Brest.

Au Vélodrome, ce sont pourtant les Lyonnais qui ont très logiquement ouvert la marque dès la 21e minute par Toko-Ekambi, au bout d'un impeccable mouvement collectif orchestré par Paqueta et bonifié par Aouar, dont la subtile déviation a offert au Camerounais une position de tir parfaite.

Ce but venait récompenser un premier quart d'heure sans étincelle mais totalement maîtrisé par les joueurs de Rudi Garcia, bien plus sûrs techniquement, plus mobiles, tout simplement bien meilleurs. Curieusement, après ces 20 premières minutes de vide, l'OM a commencé à exister dans la foulée du but lyonnais. Thauvin a ainsi placé une tête au-dessus (34e) puis buté sur Cornet au moment d'ajuster Lopes (38e).

Les joueurs de Larguet ne faisaient alors rien d'extraordinaire mais avec la complicité de Lyonnais soudain passifs, ils étaient revenus dans le match. Et à force de s'approcher, les Marseillais ont eu une occasion de revenir, sous la forme d'un penalty sifflé pour une main de Paqueta sur une frappe puissante de Gueye.

- Paqueta expulsé -

Enfin de retour après cinq matches d'absence, Milik l'a sereinement transformé d'une frappe du gauche parfaite dans le petit filet de Lopes (1-1, 44e). Avant cela, pour sa première au Vélodrome et le jour de ses 27 ans, le Polonais avait découvert la dure condition d'avant-centre à l'OM, une mission qui consiste à courir, surtout, à disputer quelques duels et à ne pas avoir souvent le droit de jouer au ballon.

La suite du match a été équilibrée, imparfaite techniquement mais souvent animée, comme quand Khaoui a répondu d'une demi-volée de peu à côté (57e) à une belle frappe sèche de Depay (56e). Mais personne finalement ne s'est mis réellement en position de l'emporter, même si Depay a marqué un but, annulé pour une position de hors-jeu très nette (84e).

L'OM de son côté n'a pas vraiment profité de 20 dernières minutes jouées en supériorité numérique après l'expulsion de Paqueta, averti pour la deuxième fois pour une dure semelle sur Payet (71e). Mais dans le contexte actuel, les Marseillais accueilleront sans doute avec satisfaction ce point qui les laisse tout de même loin, à la 7e place.

Dans le communiqué annonçant vendredi la mise en retrait de Jacques-Henri Eyraud, la promotion de Longoria et l'arrivée de Sampaoli, le propriétaire américain de l'OM Frank McCourt annonçait que le club entamait "un nouveau chapitre de sa grande histoire".

Le chapitre en question a donc commencé par un match nul, mais les prochaines pages s?annoncent passionnantes: McCourt est attendu dès lundi à Marseille pour des rencontres avec les supporters et les responsables politiques et économiques de la ville. Ensuite, peut-être mardi, ce sera au tour de Sampaoli de débarquer.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !