Football :

C1: Paris résiste et terrasse le Bayern, Chelsea perd mais passe


Publié / Actualisé
Paris au bout de la souffrance! Même battu 1-0 par le Bayern Munich mardi, le PSG s'est qualifié pour les demi-finales de Ligue des champions pour la deuxième année d'affilée après l'exploit de l'aller (3-2). Même scénario pour Chelsea, battu par Porto (1-0) mais qualifié.
Paris au bout de la souffrance! Même battu 1-0 par le Bayern Munich mardi, le PSG s'est qualifié pour les demi-finales de Ligue des champions pour la deuxième année d'affilée après l'exploit de l'aller (3-2). Même scénario pour Chelsea, battu par Porto (1-0) mais qualifié.

- Paris tremble mais élimine le tenant -

Quelle abnégation! Dans un quart retour devenu irrespirable, les Parisiens ont évité de revivre les désillusions du passé en venant à bout des Bavarois, leurs bourreaux lors de la finale 2020 (1-0), malgré l'ouverture du score de l'ancien Parisien Eric Maxim Choupo-Moting qui a placé le Bayern à un petit but de la qualification pendant près d'une heure. Mais après avoir effacé en huitièmes le spectre de la "remontada" de 2017 en éliminant Barcelone, les Parisiens ont fait un sort à l'ascendant psychologique des champions d'Europe en titre, probablement la meilleure équipe du moment.

Les voilà en demi-finales, où ils défieront fin avril et début mai Manchester City, ou bien Dortmund, qui s'affrontent mercredi (aller: 2-1). Pour décrocher la troisième demi-finale de C1 de son histoire après 1995 et 2020, Paris a dû préserver mardi l'avantage chèrement acquis à l'aller la semaine dernière. Le scénario a été haletant, avec des ratés offensifs incroyables de l'intenable Neymar en première période, puis une fin de match à trembler sur toutes les offensives munichoises et à souffler sur les interventions cruciales du gardien Keylor Navas.

Mais l'essentiel est là: Paris tient sa place dans le dernier carré, où le club champion de France fera figure d'épouvantail pour la victoire finale. Surtout s'il montre son visage de la première période mardi, où il a mis au supplice le Bayern... sans concrétiser, comme un miroir inversé du match aller. Il faut dire que Kylian Mbappé, Neymar et Angel Di Maria, virevoltants, ont fait mal à chaque accélération.

Mais "Ney" a buté sur l'impeccable gardien Manuel Neuer (9e, 28e) et le Brésilien, pourtant dans un grand soir, a manqué de réussite sur plusieurs tentatives brûlantes repoussées par les poteaux (34e, 39e) ou la transversale (37e). Et que dire de son accélération plein axe, ponctuée d'un double contact, mais conclue en bout d'action par une passe de Di Maria que Neymar, en se jetant, ne parvient pas à reprendre devant la cage vide (53e).

Cela aurait pu coûter cher à Paris quand le Bayern, cette fois, s'est montré réaliste: déjà buteur à l'aller, l'ancien Parisien Eric Maxim Choupo-Moting a catapulté au fond de la tête un ballon mal repoussé par le portier Keylor Navas (40e).

Ce dernier, encore déterminant, a dû s'employer (40e, 44e, 45e+2, 60e), symbole d'une équipe en souffrance. Et puisqu'il fallait souffrir, même Mbappé est revenu défendre avec acharnement (69e), jusqu'à la libération finale: une défaite synonyme de qualification et de rêve européen toujours vivant pour le Paris SG.

- Chelsea résiste à Porto -

Et revoilà Chelsea dans le dernier carré de la Ligue des champions, sept ans après sa dernière apparition à ce stade! Les Blues de Thomas Tuchel avaient sans doute fait le plus dur à l'aller avec une victoire 2-0, mais ils ont eu le mérite de gérer sans trop trembler le match retour, malgré la victoire 1-0 de Porto et l'extraordinaire retourné de Mehdi Taremi en fin de rencontre (90+3).

Chelsea a résisté, Chelsea a serré les dents et Chelsea revient dans le grand monde, où il retrouvera en demi-finales (27-28 avril et 4-5 mai) le vainqueur de la confrontation mercredi entre Liverpool et le Real Madrid (aller: 1-3).

Avec dans la tête le rêve d'une nouvelle finale, le 29 mai à Istanbul: ce serait la première pour Chelsea depuis son sacre en 2012 et la deuxième d'affilée pour Tuchel, finaliste avec le PSG l'été dernier.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !