Le tireur se serait donné la mort :

Etats-Unis : au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis


Publié / Actualisé
Une fusillade a fait au moins huit morts et plusieurs blessés tard jeudi à Indianapolis, dans le centre des Etats-Unis, et un tireur présumé se serait donné la mort, a annoncé la police.
Une fusillade a fait au moins huit morts et plusieurs blessés tard jeudi à Indianapolis, dans le centre des Etats-Unis, et un tireur présumé se serait donné la mort, a annoncé la police.

Toutes les victimes ont été retrouvées dans un centre du groupe de transport de lettres et colis FedEx près de l'aéroport international de la ville, a déclaré aux journalistes une porte-parole de la police, Genae Cook, précisant que les policiers étaient intervenus vers 23H00 locales (03H00 GMT).

Huit personnes avec des blessures par balle ont été retrouvées mortes sur le site et plusieurs autres hospitalisées. "C'est une tragédie", a-t-elle ajouté. Nombre des policiers intervenus "tentent de faire face parce que c'est une vision que personne ne devrait jamais avoir à affronter".

La police estime que le tireur présumé s'est suicidé et pour les autorités il n'y a plus de menace pour la sécurité publique mais la collecte d'informations et l'identification des victimes se poursuit.

Un homme travaillant sur le site a raconté à la télévision locale WISH-TV avoir vu une personne tirer à l'arme automatique et entendu plus de dix tirs qu'il a d'abord pris pour des bruits provenant d'un moteur.

"J'ai vu un homme avec une sorte de pistolet mitrailleur, une arme automatique, et il tirait en plein air", a dit Jeremiah Miller. "Je me suis baissé immédiatement et j'avais peur".

FedEx a confirmé dans un communiqué une fusillade sur son site et souligné que le groupe coopérait avec les autorités. "Nous avons connaissance de la fusillade tragique sur notre installation au sol près de l'aéroport d'Indianapolis", a affirmé le communiqué de FedEx. "La sécurité est notre priorité absolue et nos pensées vont à tous ceux qui ont été touchés". Le site emploie plus de 4.000 personnes selon des médias.

- Les fusillades, fléau récurrent -

Un autre employé du site témoin de la scène, Timothy Boillat, a expliqué à WISH-TV avoir vu une trentaine de voitures de police arriver sur place alors que la fusillade s'achevait.

"Après avoir entendu les tirs, j'ai vu un corps par terre", a-t-il dit. "Par chance, j'étais suffisamment loin, il (le tireur) ne m'a pas vu".

Des images vidéo ont montré le périmètre de sécurité installé par la police autour du site de la fusillade, laquelle fait suite à une série d'incidents similaires ces dernières semaines.

Les fusillades sont un fléau récurrent aux Etats-Unis, relançant régulièrement le débat sur la prolifération des armes à feu dans le pays.

Le 9 avril, une personne avait été tuée et plusieurs autres blessées dans un magasin d'ameublement au Texas, quelques heures après la présentation par le président Joe Biden d'un plan limité pour lutter contre la violence par armes à feu.

Le 31 mars, quatre personnes, dont un enfant de neuf ans, avaient été tuées près de Los Angeles, une fusillade survenue après deux autres tueries qui ont fait 18 morts en mars, en particulier huit personnes dont six femmes asiatiques dans des salons de massage d'Atlanta en Géorgie.

Les armes à feu ont fait plus de 43.000 morts, suicides inclus, aux Etats-Unis en 2020, selon le site Gun Violence Archive qui a dénombré 611 "fusillades de masse" -au moins quatre victimes- en 2020 contre 417 l'année précédente.

Depuis le 1er janvier, plus de 11.000 personnes ont déjà été tuées par une arme à feu. "La violence par arme à feu dans ce pays est une épidémie, c'est une honte internationale", avait fustigé M. Biden le 8 avril en dévoilant des mesures ciblées pour lutter contre la prolifération des armes à feu aux Etats-Unis.

Des mesures d'une portée réduite en raison de la difficulté à faire adopter au Congrès des mesures plus audacieuses au regard de la très courte majorité parlementaire démocrate. Des républicains avaient aussitôt dénoncé les projets présidentiels. De nombreux Américains restent très attachés à leurs armes.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !