Comme un avant-goût du titre olympique :

Mondiaux de judo: Agbegnenou, force 5 !


Publié / Actualisé
Et de cinq ! Totalement dominatrice toute la journée comme elle l'est depuis près de cinq ans dans la catégorie des -63 kg, la Française Clarisse Agbegnenou a remporté mercredi à Budapest son cinquième titre de championne du monde de judo, comme un avant-goût du titre olympique qu'elle vise cet été à Tokyo.
Et de cinq ! Totalement dominatrice toute la journée comme elle l'est depuis près de cinq ans dans la catégorie des -63 kg, la Française Clarisse Agbegnenou a remporté mercredi à Budapest son cinquième titre de championne du monde de judo, comme un avant-goût du titre olympique qu'elle vise cet été à Tokyo.

Imperturbable et indéracinable sur les tapis de Budapest, la Française a conclu son parcours par un nouvel ippon en finale, par immobilisation sur la Slovène Andreja Leski, impuissante, comme les autres.

Cinq combats, cinq ippons et cinq doigts montrés à la caméra, comme ces cinq titres mondiaux qui, ajoutés à ses cinq sacres continentaux, la font entrer encore un peu plus dans la légende de son sport. "J'ai été assez sereine, calme. Je n'ai pas fait de +golden-score+, j'ai fait pas mal de sol. Je l'avais beaucoup travaillé et je suis contente que ça fonctionne, ça me montre que je suis sur le bon chemin. Je me sens bien, je n'ai mal nulle part, aucun strap", souriait-elle après sa finale, comme si elle sortait d'une bonne séance d'entraînement.

Il y avait d'ailleurs dans sa présence à Budapest l'idée d'une répétition générale avant Tokyo (23 juillet-8 août), à blanc, car ses deux principales rivales, la Japonaise Miku Tashiro et la Slovène Tina Trstenjak, qui l'avait battue en finale des JO-2016 à Rio, n'étaient pas là.

Comme elles, beaucoup ont choisi de faire l'impasse sur ces Mondiaux curieusement placés sur la route des Jeux. Mais Agbegnenou a décidé de venir en Hongrie pour conserver le dossard rouge, ce privilège des champions du monde en titre qui est pour elle comme une deuxième peau depuis une éternité. "Je n'avais pas peur. Quand je viens en compétition, c'est que je suis à 100%. Je voulais avoir tout, les +Monde+ et les Jeux, ou rien", a-t-elle ajouté.

- "L'étoile manquante" -

Car les Mondiaux sont sa maison, avec désormais cinq titres, dont les quatre derniers, et deux médailles d'argent en 2013 et 2015, qui sont aussi ses plus mauvais résultats dans l'épreuve.
Cette médaille d'or N.5, après celles de 2014, 2017, 2018 et 2019, la place désormais tout près des trois judokates les plus titrées de l'histoire des championnats du monde: la Japonaise Ryoko Tani, la Chinoise Wen Tong (sept titres chacune) et la Belge Ingrid Berghmans (six).

Au plan français, elle dépasse aussi au palmarès David Douillet et ses quatre titres mondiaux, mais reste derrière Teddy Riner et ses incroyables 10 médailles d'or. "Je suis fière de ce que je fais et de cette année qui est dure pour moi", a-t-elle expliqué, parlant du report des JO, son obsession, comme d'un "coup de massue".

Car aux Jeux olympiques, l'histoire est différente et c'est cette histoire qu'Agbegnenou veut désormais réécrire à sa façon cet été. Battue en 2016 à Rio par Trstenjak, la licenciée de Champigny-sur-Marne n'a en effet jamais digéré. "Je me suis dit que je ne savais pas si je l'aurais, cette médaille à Tokyo. Alors je me suis dit que j'allais déjà aller chercher la cinquième", a-t-elle encore raconté. La mission est accomplie et Agbegnenou est déjà lancée vers le Japon et son rêve olympique. "Maintenant il reste l'étoile manquante."

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !