En Métropole :

Nouvelle étape pour le pass sanitaire, contrôlé dans les centres commerciaux


Publié / Actualisé
Nouvelle étape pour le pass sanitaire: après les bars, restaurants, hôpitaux et transports, son utilisation est élargie lundi aux grands centres commerciaux en région parisienne et dans le sud de la France marqués par un fort taux d'incidence du coronavirus.
Nouvelle étape pour le pass sanitaire: après les bars, restaurants, hôpitaux et transports, son utilisation est élargie lundi aux grands centres commerciaux en région parisienne et dans le sud de la France marqués par un fort taux d'incidence du coronavirus.

Plus d'une centaine de centres commerciaux et magasins sont soumis au pass sanitaire ce lundi selon les recommandations du gouvernement qui a demandé aux préfets de l'imposer pour les surfaces de plus de 20.000 m2 dans les départements où le taux d'incidence dépasse les 200 pour 100.000 habitants sur une semaine.

Paris, dont le seuil d'incidence est inférieur, instaure tout de même le pass sanitaire pour cinq grands magasins (Galeries Lafayette, Printemps, BHV, Le Bon Marché et la Samaritaine) et trois centres commerciaux de la capitale. Quatre départements d'Ile-de-France (Seine-Saint-Denis, Val d'Oise, Val-de-Marne, Hauts-de-Seine) dépassant le seuil ont publié pour leur part des arrêtés instaurant le pass sanitaire.

Les autres départements concernés en France sont les Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Charente-Maritime, Corse-du-Sud, Gard, Haute-Garonne, Gironde, Hérault, Landes, Pyrénées-Orientales, Rhône, Haute-Savoie, Var et Vaucluse.

La mesure était plutôt bien accueillie dans les centres commerciaux où s'est rendue l'AFP lundi matin.
Dans le XVe arrondissement de Paris, le centre Beaugrenelle a embauché huit agents pour vérifier les pass et installé une tente de dépistage à proximité. Les contrôles se font sereinement dans le calme du mois d'août.

"Ça ne me dérange pas du tout, je suis pour le pass sanitaire (..) pour qu'on puisse retrouver petit à petit nos libertés", assure à l'AFP Aline Loreille, restauratrice de 55 ans qui vient de rentrer avec le précieux sésame. Viviane Boua Traoré, Ivoirienne en visite à Paris, est vaccinée mais son attestation ne comporte pas de QR code, elle attend donc pour se faire tester à l'entrée du centre commercial. "C'est important pour la sécurité de tous", assure-t-elle.

- "Normal en période d'épidémie"-

Au même moment dans le centre commercial de Gramont, à l'est de Toulouse, le directeur Éric Boucher accueille la clientèle aux côté du personnel spécialement embauché là aussi pour vérifier les pass. "C'est important de faire de la pédagogie, mais la plupart arrivent le pass sanitaire à la main, ils sont habitués maintenant que c'est demandé un peu partout", dit-il à l'AFP.

Un client tente toutefois de passer sans masque ni pass avant de rebrousser chemin non sans avoir protesté. Quelques minutes plus tard, c'est au tour d'Ammo Afaf d'être refoulé. "J'ai deux doses de vaccin, mais je n'ai pas le papier", se désole cet homme de 80 ans.

Mais pour la grande majorité des clients, comme Gisèle Mazières, 83 ans, "c'est normal en période d'épidémie" de prendre de telles mesures qui la "rassurent". Cette nouvelle étape intervient alors que l'épidémie de Covid-19 impacte toujours les hospitalisations en France, y compris les services de soins critiques.

Selon les chiffres des autorités sanitaires publiés dimanche, le nombre de patients hospitalisés s'élève à 9.798 (9.648 samedi, 9.546 vendredi), dont 399 nouveaux admis. Du côté des contaminations, 21.172 cas ont été enregistrés dimanche (contre 24.427 samedi et 26.453 vendredi).

L'agence sanitaire soulignait vendredi une forte hétérogénéité géographique avec une situation "très préoccupante" en Guadeloupe et en Martinique, où les contaminations explosent et les hôpitaux sont submergés. La Martinique connaît ainsi un taux d'incidence de près de 1.200 cas pour 100.000 habitants.

Parallèlement à ces annonces, les manifestations contre le pass sanitaire ont réuni samedi 214.845 personnes selon le ministère de l'Intérieur et 388.843 personnes au "minimum" selon le collectif militant Le Nombre Jaune.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !