Cyclisme :

Mondiaux-2021 : Alaphilippe champion du monde pour la deuxième fois


Publié / Actualisé
Il a douché l'enthousiasme du public belge ! Julian Alaphilippe a conservé son titre de champion du monde de cyclisme, dimanche, à Louvain, en terre flandrienne. Le Français, 29 ans, s'est imposé en solitaire après une attaque décisive à 17 kilomètres de l'arrivée. Il est le premier Français à conquérir deux titres depuis le premier championnat du monde en 1927.
Il a douché l'enthousiasme du public belge ! Julian Alaphilippe a conservé son titre de champion du monde de cyclisme, dimanche, à Louvain, en terre flandrienne. Le Français, 29 ans, s'est imposé en solitaire après une attaque décisive à 17 kilomètres de l'arrivée. Il est le premier Français à conquérir deux titres depuis le premier championnat du monde en 1927.

Le Néerlandais Dylan van Baarle a pris la deuxième place, à une trentaine de secondes, devant le Danois Michael Valgren et le Belge Jasper Stuyven.
Devant une foule immense, présente tout au long du parcours de 268,3 kilomètres entre Anvers et Louvain, Alaphilippe a signé la dixième victoire française dans l'épreuve-phare des Mondiaux.

Vainqueur de la première étape et maillot jaune du Tour de France au début de l'été, Alaphilippe a enlevé sa quatrième victoire de la saison, un an après son premier triomphe mondial à Imola (Italie). Il a infligé une défaite majeure à l'équipe belge qui a tout misé sur le grand favori, Wout van Aert, pour lequel Remco Evenepoel s'est transformé en équipier de luxe à l'opposé de son comportement aux JO de Tokyo.

La course, emballante, s'est enflammée à... 178 kilomètres de l'arrivée, sur une attaque des Français qui avaient déjà allumé quelques étincelles. Evenepoel a réagi à une attaque de Benoît Cosnefroy et a été rejoint par un groupe fort (avec Cort, Roglic, Tratnik, Asgreen, Démare) qui a contraint l'Italie à assumer seule la poursuite pendant près d'une heure.

- Peloton dynamité -

Le Belge s'est mêlé ensuite à une autre échappée de 11 coureurs initiée par Valentin Madouas. Il a servi ainsi de point d'appui à van Aert quand Alaphilippe a dynamité le peloton à 58 kilomètres de l'arrivée et provoqué la sélection d'un groupe de favoris, sans le vainqueur du Tour de France (Pogacar). Avec trois représentants pour la Belgique, la France et l'Italie mais un seul pour le Danemark (Valgren), la Slovénie (Mohoric) et la Grande-Bretagne (Pidcock), le groupe de 17 coureurs a condamné le peloton. Alaphilippe a attaqué par deux fois et a abordé le dernier tour de circuit (15 km) seul en tête quelques instants après avoir pris les devants.

Derrière le tenant du titre, un quatuor (Powless, Valgren, Stuyven, van Baarle) a lâché du lest alors que van Aert est resté aux côtés de ses grands rivaux, le Néerlandais Mathieu van der Poel et l'Italien Sonny Colbrelli, le récent champion d'Europe qui s'est classé finalement 10e.

- Il avait promis à son père de devenir champion du monde -

En douze mois, les choses ont changé pour Julian Alaphilippe, de nouveau champion du monde de cyclisme dimanche à Louvain : Il est devenu père de famille. Le 14 juin, sa compagne Marion Rousse, l'ancienne championne de France 2012 devenue consultante TV, a donné naissance à leur fils Nino. Moins d'un an après le décès de Jo Alaphilippe, son papa batteur dans un orchestre qui animait les bals de villages dans la région de Montluçon (Allier), à qui il avait promis de devenir champion du monde.

Dimanche, après avoir remporté son deuxième titre, il a raconté avoir pensé à son fils dans les ultimes moments de la course, pour se donner de la force. "Je suis parti de la maison quelques jours après la naissance, c’était un moment difficile", avouait au départ du Tour cet hyper-actif qui est aussi un grand émotif sensible au prestige de l’arc-en-ciel. "J’ai fait le maximum pour honorer ce maillot de champion du monde, le faire briller. Si j’avais vécu une saison blanche, en dedans, ça aurait été difficile à vivre. Voilà, j’ai tout donné, tout ce que j’avais à donner", insistait-il dernièrement dans L'Equipe.

- Il a gagné quatre fois en un an -

Omniprésent tout au long de la saison, le Bourbonnais installé en Andorre depuis l’hiver 2018-2019, près du village de La Massana, a enrichi son compteur de quatre victoires supplémentaires avant son récital de Louvain. Les principales ? la Flèche Wallonne, pour la troisième fois, et la première étape du Tour de France à Landerneau (Finistère) qui lui a valu de porter une nouvelle fois le maillot jaune en haut de la côte de la Fosse-aux-Loups. Depuis 2019, sa grande année sur le Tour (2 étapes, le maillot jaune pendant 14 jours, la 5e place au classement final), il est toujours parvenu à gagner au moins une étape du Tour et à endosser le maillot de leader.

"L’étape de Landerneau compte beaucoup", estime le Français qui, à 29 ans, compte désormais 37 victoires depuis ses débuts professionnels en 2014. "Gagner sur le Tour c’est toujours spécial, de plus en portant le maillot jaune pour la troisième année d’affilée. Autrefois, quand je regardais le Tour à la télé, jamais je n’aurais imaginé réaliser ce que j’ai réalisé."

- Mais il a échoué dans les grandes classiques -

Conséquence de la pandémie et des bouleversements du calendrier, +Alaf+ a mené deux campagnes de classiques suite à son succès d’Imola. S’il n’a pu courir le Tour de Lombardie (organisé en août 2020 et en octobre 2021), il s’est présenté par deux fois au départ du Tour des Flandres et de Liège-Bastogne-Liège, deux "monuments" qu’il convoite.

Dans les Flandres, ses chances ont été vite réduites en raison d’une chute qui l’a contraint à l’abandon l’an passé et a contrarié son hiver (fracture de main). A Liège, il a frôlé à deux reprises la victoire. Mais il a raté le coche une première fois en 2020, quand il a levé les bras trop tôt avant la ligne (avant d’être rétrogradé pour un écart) dans une course gagnée par le Slovène Primoz Roglic. Il a échoué une nouvelle fois en avril dernier dans un sprint en petit comité (2e) derrière un autre Slovène, Tadej Pogacar. Il aura une nouvelle chance l’an prochain.

AFP

   

1 Commentaire(s)

Missouk, Posté
Un exploit retentissant pour un athlète d'exception. Défendre son titre et porter la pancarte de favori, c'est loin d'être simple. Il a fait un véritable numéro! Magnifique!