Il a été poignardé :

Sous le choc, le Parlement britannique rend hommage au député tué


Publié / Actualisé
Un "serviteur loyal" de ses administrés: Boris Johnson s'est joint lundi aux hommages émus rendus par le Parlement britannique au député David Amess, mortellement poignardé lors d'une permanence parlementaire, assurant que la démocratie l'emporterait.
Un "serviteur loyal" de ses administrés: Boris Johnson s'est joint lundi aux hommages émus rendus par le Parlement britannique au député David Amess, mortellement poignardé lors d'une permanence parlementaire, assurant que la démocratie l'emporterait.

Considéré par la police comme un acte terroriste potentiellement islamiste, le meurtre vendredi du député conservateur de 69 ans alors qu'il s'entretenait avec ses administrés dans une église méthodiste à Leigh-on-Sea (sud-est de l'Angleterre) a bouleversé le pays.

C'est le deuxième en cinq ans, ravivant le traumatisme de l'assassinat de la députée travailliste Jo Cox en juin 2016 par un extrémiste de droite, juste avant le référendum du Brexit.

Un suspect de 25 ans a été arrêté sur les lieux du drame. Selon les médias, il s'agit d'Ali Harbi Ali, un Britannique d'origine somalienne ayant brièvement suivi un programme de déradicalisation.

David Amess "nous a été pris dans un acte de violence méprisable (...) qui a violé le caractère sacré à la fois de l'église dans laquelle il a été tué et de la permanence parlementaire si essentielle à notre démocratie représentative", a déclaré Boris Johnson, en ouvrant le bal des discours d'hommage à la Chambre des Communes, où la victime siégeait depuis près de 40 ans.

"Et nous n'autoriseront jamais ceux qui commettent des actes malfaisants à triompher sur la démocratie et le Parlement", a-t-il ajouté.

En sa mémoire, la ville de Southend-on-Sea, que le député représentait a obtenu de la reine Elizabeth II le statut de "cité" pour lequel il faisait campagne régulièrement.

Les députés, qui s'étaient peu auparavant recueillis lors d'une minute de silence, sombrement vêtus et en rangs serrés, ont unanimement salué un homme "de conviction", Brexiter dans l'âme et fervent catholique, dont la gentillesse dépassait les clivages partisans. Une messe est prévue dans la soirée à l'église St Margaret, à côté de l'abbaye de Westminster.

- Sécurité des élus -

Alors que le Royaume-Uni a été visé ces dernières années par des attaques islamistes, perpétrées à l'arme blanche, le drame a aussi suscité des appels à renforcer la sécurité des élus.

Pour le président de la chambre basse du Parlement, Lindsay Hoyle, celui-ci soulève "des questions les plus fondamentales sur la manière dont les membres de cette Chambre peuvent exercer leurs responsabilités démocratiques vitales en toute sécurité".

La vie politique a été électrisée ces dernière année par les débats autour du Brexit. Plusieurs députés ont témoigné avoir reçu des menaces de morts qui les ont fait, pour certains, envisager de quitter la politique.

Si le gouvernement a évoqué la possibilité d'apporter une protection policière, au cas par cas, aux députés, le ministre de la Justice Dominic Raab a mis en garde lundi contre le risque de créer un "fossé" entre population et élus.

"Cette attaque ne peut entraver la démocratie", a souligné le porte-parole de Boris Johnson, soulignant que tout mesure de protection devait être prise avec l'accord de l'élu concerné.

L'épouse de David Amess s'est rendue sur les lieux du drame lundi, essuyant ses larmes tandis qu'elle lisait les messages d'hommages déposés aux côtés de nombreux bouquets de fleurs.

Les premiers éléments de l'enquête, confiée à la direction antiterroriste, révèlent "une motivation potentielle liée à l'extrémisme islamiste", selon la police.

- Radicalisation en ligne -

Les enquêteurs ont jusqu'à vendredi pour interroger le suspect, après l'avoir placé en détention en vertu de la loi sur le terrorisme.

Parmi les pistes envisagées, les enquêteurs examinent les liens de David Amess avec l'Etat du Qatar, selon le Times qui cite des sources expliquant que la "raison claire pour laquelle il a été ciblé n'a pas été établie".

M. Amess était président du groupe parlementaire transpartisan sur les relations entre le Royaume-Uni et le Qatar et sa dernière visite dans le pays a eu lieu ce mois-ci.

D'autres médias comme The Telegraph avancent qu'il a été visé au hasard et que le suspect avait envisagé de tuer d'autres députés.

Selon un de ses amis cité par le tabloïd The Sun, "il s'est complètement radicalisé sur internet" et s'est pris d'admiration pour le prêcheur Anjem Choudary, figure de la mouvance radicale islamiste de Londres.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !