Il a été placé en garde à vue :

Le champion olympique de natation Yannick Agnel accusé de viol sur mineure


Publié / Actualisé
L'ancien nageur champion olympique Yannick Agnel a été interpellé jeudi et placé en garde à vue à Mulhouse (Haut-Rhin) dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour "viol et agression sexuelle sur mineur de 15 ans", pour une affaire remontant à 2016.
L'ancien nageur champion olympique Yannick Agnel a été interpellé jeudi et placé en garde à vue à Mulhouse (Haut-Rhin) dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour "viol et agression sexuelle sur mineur de 15 ans", pour une affaire remontant à 2016.

L'ancien sportif de 29 ans, reconverti dans l'e-sport et consultant dans divers médias, a été "interpellé en fin de matinée à Paris et placé en garde à vue à Mulhouse" sur commission rogatoire, a déclaré à l'AFP la procureure de la République de la ville, Edwige Roux-Morizot, confirmant une information de CNews.

La procureure a précisé qu'une plainte avait été déposée l'été dernier pour des faits remontant à "à peu près 2016". Selon L'Equipe, "l'enquête ferait suite à une plainte d'une nageuse qui s'entraînait avec Agnel à Mulhouse entre 2014 et 2016". "Plusieurs nageurs ou anciens nageurs ont été auditionnés ces dernières semaines", ajoute le quotidien sportif.

Après deux ans passés à s'entraîner aux Etats-Unis dans la foulée de ses titres olympiques à Londres en 2012, Yannick Agnel était rentré en France et avait pris une licence au Mulhouse Olympic Natation en septembre 2014. Il s'y est entraîné durant deux ans sous les ordres de Lionel Horter.

Yannick Agnel possède un des plus beaux palmarès de la natation française: il a été double champion olympique à Londres en 2012 sur le 200 m nage libre et le relais 4x100 m, avant d'être sacré champion du monde dans ces deux disciplines en 2013.

- Génération dorée -

Le jeune nageur s'était fait remarquer en 2009, à 17 ans, durant l'ère euphorique des combinaisons en polyuréthane: en simple slip de bain, il rivalisait alors avec les meilleurs.

Originaire de Nîmes, il s'installe à Nice où il s'entraîne alors sous la direction de Fabrice Pellerin avec notamment Camille Muffat, la championne olympique en 2012 sur 400 m libre disparue tragiquement le 9 mars 2015 dans un accident d'hélicoptère.

Son ascension est impressionnante. Très talentueux, Agnel est un des visages de la génération dorée de la natation française qui a brillé aux Jeux de Londres en 2012 où, outre ses deux titres olympiques, il remporte également une médaille d'argent sur le relais 4x200 m libre.

Toutefois, après un clash avec son mentor Fabrice Pellerin en 2013, il part aux Etats-Unis s'entraîner sous la houlette de l'emblématique entraîneur Bob Bowan, le coach de la légende américaine Michael Phelps, à Baltimore.

Malgré ses deux titres aux Mondiaux-2013, il rentre en France en septembre 2014 et ne parvient plus à ajouter de ligne supplémentaire à son palmarès.
Il est ainsi éliminé dès les séries du 200 m nage libre aux JO de Rio en 2016, à l'issue desquels il annonce sa retraite sportive.

Après sa carrière, Yannick Agnel est notamment devenu consultant pour France Télévisions en 2019. Il a commenté les épreuves de natation pour la chaîne lors des JO de Tokyo cet été. Il s'est aussi investi dans le e-sport : il est directeur sportif d'un club et, depuis quelques mois, consultant e-sport pour franceinfo, pour laquelle il réalisait jusqu'ici une chronique hebdomadaire et un podcast mensuel. Il a récemment publié un roman.

Cependant la radio a annoncé jeudi à l'AFP : "en raison de la procédure judiciaire en cours, la direction de franceinfo décide de suspendre sa collaboration avec Yannick Agnel jusqu'aux conclusions de l'enquête".

Le Mulhouse Olympic Natation, où Agnel s'est entraîné entre 2014 et 2016, est de son côté mis en examen pour "tentative d'escroquerie" pour des faits remontant également à 2016.

Le club, qui a notamment formé l'actuelle ministre des Sports Roxanna Maracineanu, était en litige avec plusieurs nageurs, dont Yannick Agnel, qui est allé en justice pour toucher les 60.000 euros que lui devait le club pour sa dernière année de contrat, selon France Inter.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !