Rite religieux :

A Cuba, un culte africain unique en Amérique latine comme refuge


Publié / Actualisé
A genoux, les yeux bandés, cinq jeunes hommes écoutent des bénédictions en yoruba, langue apportée à Cuba par les esclaves africains il y a plus de quatre siècles. Ils jurent d'être courageux, respectueux, honnêtes, bons parents, enfants ou amis : ils sont de nouveaux fidèles abakuas, ce culte cubain unique en Amérique latine.
A genoux, les yeux bandés, cinq jeunes hommes écoutent des bénédictions en yoruba, langue apportée à Cuba par les esclaves africains il y a plus de quatre siècles. Ils jurent d'être courageux, respectueux, honnêtes, bons parents, enfants ou amis : ils sont de nouveaux fidèles abakuas, ce culte cubain unique en Amérique latine.

Longtemps tenu secret sur l'île communiste, ce culte africain né comme une confrérie parmi les esclaves travaillant au port de La Havane il y a près de 200 ans, est le refuge trouvé aujourd'hui par de jeunes hommes en quête de soutien face aux multiples difficultés qu'ils traversent sur l'île.

"En raison de la pandémie nous avons beaucoup grandi, nous avons beaucoup plus la foi", déclare à l'AFP Juan Ruiz Oña, le Yamba, ce chef spirituel d'un temple de Matanzas, à 100 km à l'est de La Havane.

L'AFP n'a pu assister à la cérémonie d'intronisation dans le quartier de Simpson et ses nombreux autres temples, qui n'est autorisée qu'aux seuls abakuas. Avant d'entrer dans la pièce sacrée où se déroule la cérémonie secrète du serment, les cinq jeunes hommes passent devant El Ireme ou "diablito", qui incarne l'esprit des ancêtres et est chargé de purifier les âmes.

Vêtu d'un costume de diable, il promène un coq enserré dans ses mains au-dessus des corps agenouillés pour en chasser le mauvais esprit alors que résonnent chants et rythmes des tambours sacrés.

- "Frères" -

Le culte abakua est l'une des principales religions d'origine africaine fortement implantées à Cuba, au même titre que la Santeria cubaine (ou Regla de Ocha) et le Palomonte (ou Regla Conga). Mais contrairement à ces deux dernières, le culte abakua est exclusivement pratiqué sur l'île caribéenne.

Quelques 130 confréries abakuas, composées uniquement d'hommes, sont recensées à Cuba. Elles ont avec le temps perdu leur caractère secret mais pas leurs principes sacrés, comme l'entraide entre "frères" dans la foi.

"Dans cette pandémie, qui dure depuis plusieurs années maintenant, nous avons essayé de soutenir nos frères, certains ont été malades, d'autres sont morts", explique Juan Ruiz Oña. Dans le même esprit qu'il y a 200 ans, l'objectif des Abakuas est d'"aider chaque homme, chaque enfant, chaque personne âgée", dit-il.

Comme de nombreux Cubains, des Abakuas ont également quitté l'île et envoient un soutien financier à leurs "frères" dans le besoin. "Nous sommes une institution positive, nous apportons soutien à la révolution et à nos jeunes", ajoute M. Ruiz, qui se dit favorable au régime cubain.

Après la révolution socialiste de 1959, Cuba s'est déclaré un Etat athée. Mais lorsque le bloc soviétique a disparu en 1990 il est devenu laïque, majoritairement catholique.

Les sociologues estiment qu'aujourd'hui 85% des 11,2 millions de cubains se disent croyants, souvent de cultes syncrétistes entre croyances africaines et chrétiennes, mais pas forcément pratiquants.

 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !