Propos discriminatoire :

L'heure du jugement pour Eric Zemmour, poursuivi pour provocation à la haine


Publié / Actualisé
Le tribunal correctionnel de Paris rend lundi après-midi son jugement à l'endroit du candidat d'extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour, jugé en son absence en novembre pour avoir qualifié sur CNews les migrants mineurs isolés de "voleurs", "assassins", "violeurs".
Le tribunal correctionnel de Paris rend lundi après-midi son jugement à l'endroit du candidat d'extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour, jugé en son absence en novembre pour avoir qualifié sur CNews les migrants mineurs isolés de "voleurs", "assassins", "violeurs".

Estimant que le polémiste s'était rendu coupable de provocation à la haine et injure raciale, le parquet a requis une peine de 100 jours-amende à 100 euros, soit 10.000 euros d'amende avec possibilité d'emprisonnement en cas de non-paiement.

Le candidat à la fonction suprême, qui avait boudé l'audience le 17 novembre, ne sera pas présent lundi devant la 17e chambre correctionnelle pour la lecture du jugement, prévue à 13H30, a précisé à l'AFP son avocat, Olivier Pardo, qui a sollicité la relaxe.

Déjà poursuivi à de nombreuses reprises pour injure raciale, provocation à la haine ou contestation de crime contre l'humanité, Eric Zemmour était cette fois cité à comparaître par le parquet pour ses propos sur les migrants mineurs isolés.

Le 29 septembre 2020, lors d'un débat dans l'émission "Face à l'info" sur CNews après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, le polémiste affirmait: "Ils n'ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c'est tout ce qu'ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu'ils viennent".

"C'est une invasion permanente", "c'est un problème de politique d'immigration", avait-il ensuite vociféré dans cette émission dont il était chroniqueur.

Des "propos méprisants, outrageants" qui montrent "un rejet violent" et une "détestation" de la population immigrée et qui ont franchi "les limites de la liberté d'expression", avait estimé la représentante du ministère public.

"Il n'y a pas une once de racisme chez Eric Zemmour" qui ne fait que dire "la réalité", parfois de "manière brutale, avec ses mots", avait soutenu Me Olivier Pardo, évoquant "une position politique".

Pour le conseil, la citation pour provocation à la haine raciale ne se tenait pas: "Les mineurs isolés ne sont ni une race, ni une nation, ni une ethnie".

Le parquet de Paris avait par ailleurs requis 5.000 euros d'amende à l'encontre du directeur de publication de CNews, jugé au côté d'Eric Zemmour comme c'est l'usage dans les procès de presse.

- Autre procès jeudi -

Une trentaine d'associations se sont constituées parties civiles, dont SOS Racisme, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et la Licra, ainsi qu'une vingtaine de conseils départementaux - les mineurs non accompagnés étant pris en charge par l'aide sociale à l'enfance, gérée par les départements.

Dans leurs plaidoiries, les parties civiles avaient insisté sur la responsabilité de la chaîne d'information, dont le "discours de haine" est "le fond de commerce".

Les sorties controversées d'Eric Zemmour, 63 ans, contraint à la mi-septembre de quitter CNews en raison de ses ambitions présidentielles, lui ont valu depuis une dizaine d'années une quinzaine de poursuites en justice.

Plusieurs fois relaxé, il a été condamné à deux reprises pour provocation à la haine.

Le candidat d'extrême droite doit être jugé en appel jeudi pour contestation de crime contre l'humanité après avoir soutenu en octobre 2019 sur CNews que le maréchal Philippe Pétain avait "sauvé" les juifs français.

Il avait été relaxé en février 2021, le tribunal estimant que les propos avaient été prononcés "à brûle-pourpoint lors d'un débat sur la guerre en Syrie".

Son avocat va demander le renvoi de cette audience, à moins de trois mois du premier tour de l'élection présidentielle et "parce qu'il s'agit d'un délit d'opinion", estime Me Pardo auprès de l'AFP.

La justice a par ailleurs fixé vendredi une nouvelle échéance pour Eric Zemmour: il sera jugé en mai 2023 pour diffamation aggravée, pour des propos tenus en 2019 sur le "mouvement féministe" et le "mouvement LGBT".

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !