Une première prestation très attendue :

Open d'Australie: Nadal et Osaka impressionnent


Publié / Actualisé
Rafael Nadal et Naomi Osaka ont déboulé en trombe lundi à l'Open d'Australie, où leur première prestation était attendue après plusieurs mois d'absence du circuit.
Rafael Nadal et Naomi Osaka ont déboulé en trombe lundi à l'Open d'Australie, où leur première prestation était attendue après plusieurs mois d'absence du circuit.

L'Espagnol et la Japonaise avaient laissé entrevoir leur bon état de forme lors des tournois de préparation au Majeur australien: le premier a remporté l'ATP 250 de Melbourne et la seconde s'était hissée en demies du WTA 250 de Melbourne avant de déclarer forfait pour une blessure abdominale.

Ils ont tous deux confirmé lundi: en l'absence de Novak Djokovic, triple tenant du titre expulsé la veille, Nadal est un candidat sérieux pour porter à 21 le record de titres du Grand Chelem et Osaka, bien que retombée à la 14e place mondiale, est là pour conserver son titre. "Il est difficile de dire où j'en suis par rapport à mon meilleur niveau", a estimé Nadal, 5e mondial, après avoir roulé sur l'Américain Marcos Giron (66e) 6-1, 6-4, 6-2.

Si le match a duré 1h49 (dont 49 minutes pour la seule deuxième manche), c'est parce que l'Espagnol de 35 ans a commis quelques fautes directes (26), notamment dans le deuxième set (17), qui ont permis à son adversaire de se maintenir un peu plus longtemps sur le court. Mais pas vraiment dans la partie.

Puissant, efficace, mobile, Nadal semble bien remis de la blessure au pied qui l'a obligé à mettre un terme à sa saison 2021 début août, ainsi que du Covid qui l'a mis à plat en décembre. "Je joue de mieux en mieux", a-t-il convenu. Le prochain à en juger sera le Grec Thanasi Kokkinakis (103e et invité) ou le qualifié allemand Yannick Hanfmann (126e).

- "Etat d'esprit" -

Osaka, elle, a tranquillement écarté la Colombienne Camila Osorio (50e) 6-3, 6-3. Et tant son jeu que son comportement sur le court tendent à prouver que la dépression qui l'a handicapée la saison dernière est passée. "Ce n'est que le premier tour et, ce que je retiens, ce n'est pas la victoire mais mon état d'esprit", a-t-elle souligné. Désormais, elle s'amuse sur le court, à l'image de ce smash complètement manqué dont elle a souri.

"Je suis là parce que je veux être là et parce que je m'amuse. Et que je suis consciente de devoir en profiter tant qu'il en est encore temps", a affirmé la joueuse de 24 ans aux quatre titres majeurs (Open d'Australie 2019 et 2021, US Open 2018 et 2020). Mais parvenir à rire de ses fautes n'est pas encore "automatique", a reconnu l'ex-N.1 mondiale, expliquant qu'elle était toujours dans le processus de "modifier son état d'esprit".

En tout cas, la plus grande légèreté avec laquelle elle aborde le tennis lui a permis d'ajouter une arme à son arsenal: le revers coupé. "Je l'ai toujours travaillé mais je ne me sentais pas assez à l'aise pour l'utiliser en match. Mais j'essaye de ne plus vraiment m'en faire si je fais une faute sur un revers coupé et je sais que, petit à petit, je réussirai de mieux en mieux ce coup", a-t-elle expliqué.

- Monfils tonitruant -

La première journée à Melbourne doit voir également les entrées en lice de la N.1 mondiale Ashleigh Barty contre l'Ukrainienne Lesia Tsurenko (119e et issue des qualifications), pour le premier match de la session nocturne sur le court Rod Laver.

Et le programme sur le principal court se terminera par les débuts de l'un des prétendants au titre chez les hommes, l'Allemand Alexander Zverev (3e) qui sera opposé à son compatriote Daniel Altmeier (87e).

Dans le camp français, quatre ont passé le premier tour: Gaël Monfils (20e), qui a été tonitruant face à Federico Coria (64e) 6-1, 6-1, 6-3, Adrian Mannarino (69e), qui a lutté cinq sets pour écarter James Duckworth (49e) 6-4, 2-6, 3-6, 6-2, 6-1, Benjamin Bonzi (65e), qui a connu une mise en route fulgurante pour battre Peter Gojowczyk (82e) 6-3, 6-3, 6-3, et Harmony Tan (107e), qui a nettement dominé Yulia Putintseva (42e) 6-3, 6-3.

Ils seront rejoints par Corentin Moutet (100e) ou Lucas Pouille (160e) qui s'affrontaient lundi. Au contraire, l'aventure s'est rapidement terminée pour Kristina Mladenovic, Fiona Ferro et Diane Parry, battues par plus fortes qu'elles.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !