Pass vaccinal obligatoire :

Sportifs étrangers venant en France: pas de vaccins, pas de compétitions


Publié / Actualisé
Au lendemain de l'expulsion d'Australie de la star mondial du tennis Novak Djokovic, le gouvernement français a précisé lundi sa doctrine sur les sportifs étrangers venant pour une grande compétition, Roland-Garros inclus: comme tout le monde ils devront être vaccinés.
Au lendemain de l'expulsion d'Australie de la star mondial du tennis Novak Djokovic, le gouvernement français a précisé lundi sa doctrine sur les sportifs étrangers venant pour une grande compétition, Roland-Garros inclus: comme tout le monde ils devront être vaccinés.

"Le pass vaccinal s'applique à tout le monde, aux bénévoles, aux sportifs de haut-niveau y compris venant de l'étranger et jusqu'à nouvel ordre", a indiqué le ministère des Sports à l'AFP lundi.

A moins d'un assouplissement des règles d'ici là, l'actuel N.1 mondial Djokovic devra donc se faire vacciner pour participer au deuxième tournoi du Grand Chelem de l'année, à Paris (22 mai - 5 juin). Non vacciné, le champion serbe a été expulsé de Melbourne avant le début de l'Open d'Australie, où il briguait un 21e titre majeur record.

Ceci est valable pour toutes les compétitions comme prochainement pour le tournoi des Six Nations (5 février–19 mars), ont précisé à l'AFP plusieurs sources gouvernementales. Jusqu'ici la règle n'était claire que pour les sportifs évoluant en France.

- Obligation pour entrer dans une enceinte sportive -

Dès l'annonce de la mise en place du pass vaccinal, le ministère des Sports avait précisé que celui-ci s'appliquerait aux sportifs professionnels qui travaillent en France. Qu'ils soient Français ou étrangers, ils devront avoir le sésame pour entrer dans un équipement sportif. Le fameux "ERP", établissement recevant du public, un stade ou une salle, comme n'importe qui.

Mais quid des sportifs étrangers qui viennent en France dans le cadre d'une compétition ? La question a surgi la semaine dernière alors que le monde du sport était suspendu à la saga ahurissante concernant Djokovic, sur un siège éjectable depuis son arrivée en Australie.

Mais aussi après les propos polémiques du chef de l'Etat, Emmanuel Macron, assumant sa gestion de la crise sanitaire, lâchant: "les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder", sans faire de distinction.

En guise de première réponse, la ministre chargée des Sports, Roxana Maracineanu, avait laissé entendre que la bulle sanitaire d'un évènement comme Roland-Garros pourrait permettre à un joueur non vacciné -- comme Djokovic -- de venir jouer en France, puisqu'en tout cas pour entrer sur le sol français il n'était pas nécessaire d'être vacciné.

Un sportif "qui ne sera pas vacciné (...) pourra participer à la compétition parce que le protocole, la bulle sanitaire de ces grands événements sportifs, le permettra" avait ensuite déclaré le 7 janvier la ministre sur France Info, semblant ainsi ouvrir une exception pour les sportifs non vaccinés venant concourir en France.

Une précision étonnante car très en amont du tournoi de Roland-Garros alors que la gestion de cette crise sanitaire sans précédent contraint les pouvoirs publics à parfois changer de pied d'une semaine sur l'autre. Les préparatifs du tournoi majeur coincideront par ailleurs avec la fin de la campagne présidentielle en France.

- "+Pas de dérogation quand on est une star+" -

Dix jours après les propos de Roxana Maracineanu, et avec l'expulsion de Novak Djokovic, il n'est plus question d'envisager une exception pour ces stars du sport non vaccinés. "Il n'est pas question que pour des grands sportifs, des artistes, des +personnalités+, on déroge à la règle. La règle elle s'applique à tous", a martelé le patron du groupe LREM à l'Assemblée nationale Christophe Castaner sur les ondes de BFMTV-RMC lundi matin.

Djokovic "n'a pas vocation à jouer s'il ne respecte pas une règle qui va s'appliquer aux spectateurs, aux ramasseurs de balles, aux professionnels qui vont travailler et tenir une boutique sur Roland-Garros. Dans quel monde serions-nous si on décidait que, parce qu'on est une star, on peut déroger à la règle ?", a-t-il ajouté.

Cette obligation d'être vacciné peut également signifier qu'il n'y aura plus de bulle sanitaire stricto sensu autour d'une compétition internationale mais ce n'est pas encore tranché.

Dès ce week-end, la Coupe d'Europe de rugby va être concernée par cette nouvelle doctrine. Si la loi sur la pass vaccinal est bien promulguée, le pass vaccinal s'appliquera, a-t-on précisé au ministère des Sports.

Elle s'appliquera aussi aux prochaines compétitions internationales, le Grand Slam de judo à Paris (5-6 février), ainsi que le tournoi des Six Nations. D'après la presse britannique, plusieurs joueurs de rugby internationaux anglais ne sont pas vaccinés.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !