Rugby :

Annulation du match de Toulouse: la Coupe d'Europe "faussée" (Ligue nationale de rugby)


Publié / Actualisé
La Coupe d'Europe est "faussée et décrédibilisée" après l'annulation du match de Toulouse face à Cardiff, a expliqué le président de la Ligue nationale de rugby René Bouscatel à l'AFP samedi. (Photo : AFP)
La Coupe d'Europe est "faussée et décrédibilisée" après l'annulation du match de Toulouse face à Cardiff, a expliqué le président de la Ligue nationale de rugby René Bouscatel à l'AFP samedi. (Photo : AFP)

La veille, l'EPCR, instance organisatrice de cette compétition, avait donné match perdu 28-0 au Stade toulousain, tenant du titre, en raison de contaminations au Covid-19 dans les rangs du club français, qui assurait disposer d'un effectif suffisant pour jouer.

"Une décision inique", selon Bouscatel, pour qui "l'EPCR (...) décide d'annuler un match en ne respectant pas son règlement. Ce qui décrédibilise ceux qui ont pris cette décision mais également l'organisateur et la compétition en elle-même".

"Le règlement, c'est qu'on applique les règles du pays du club qui reçoit. Ce match se jouant en France, c'est l'application de la réglementation sanitaire française (...) Si ce match avait été un match de Top 14, il se jouait", a-t-il ajouté.

Selon le protocole sanitaire français, un club doit disposer de 23 joueurs, dont au moins six première ligne et quinze professionnels, afin qu'un match puisse se tenir. Des critères remplis par le club haut-garonnais, selon le XV de départ dévoilé sur ses réseaux sociaux avant même l'horaire imparti.

Le quintuple champion d'Europe, le club le plus titré de l'histoire de la compétition, n'a donc plus son destin entre les mains jusqu'à l'issue dimanche de la 4e et dernière journée de la phase de groupes.

- Une vingtaine de cas -

L'EPCR a justifié son choix d'annuler le match par "un nombre significatif de résultats positifs" au Covid-19 dans l'effectif toulousain et un "risque de contamination supplémentaire ayant été jugé trop important".

Selon une source ayant connaissance du dossier, les Toulousains avaient indiqué avoir six cas positifs en début de semaine mais une vingtaine à deux jours du match. "L'épidémie n'était pas contrôlée et, au vu la courbe d'évolution au sein du club, joueurs et staff compris, il était certain d'y avoir plus de cas positifs le jour du match", a expliqué cette même source à l'AFP.

Des joueurs tels qu'Antoine Dupont, capitaine des Bleus, ou encore son partenaire de la charnière Romain Ntamack mais aussi les internationaux Cyril Baille, Peato Mauvaka et Anthony Jelonch font partie, selon les informations de l'AFP, des joueurs testés positifs.

L'EPCR, qui n'a pas souhaité répondre aux sollications de l'AFP, a donc tranché pour une annulation du match, comme elle l'avait fait pour la rencontre entre Montpellier et le Leinster de décembre, par exemple. Une décision qui avait rendu furieux les Irlandais, la province de Dublin s'estimant en mesure d'aligner 23 joueurs sur la feuille de match.

La veille, le président de Toulouse Didier Lacroix s'est insurgé, parlant d'"injustice" et d'"irrespect". "Je comprends la colère des joueurs et de leurs clubs. Les décisions de l'EPCR sont antisportives et décourageantes", a tweeté en soutien Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !