Nouveaux essais :

La Corée du Nord dit avoir testé des missiles de croisière longue portée


Publié / Actualisé
Les tests nord-coréens de cette semaine comprenaient des missiles de croisière à longue portée et des missiles balistiques à courte portée, selon un média d'Etat vendredi après un nombre record de lancements depuis le début de l'année. (Photo : AFP)
Les tests nord-coréens de cette semaine comprenaient des missiles de croisière à longue portée et des missiles balistiques à courte portée, selon un média d'Etat vendredi après un nombre record de lancements depuis le début de l'année. (Photo : AFP)

Le dirigeant Kim Jong Un a par ailleurs visité une usine d'armement, selon l'agence de presse officielle KCNA, une semaine après que Pyongyang eut menacé de reprendre les essais nucléaires et balistiques à longue portée, mis en pause depuis un moratoire auto-imposé en 2017.

La Corée du Nord a procédé cette semaine à un essai de mise à jour du système de missiles de croisière à longue portée et à un essai de confirmation de la puissance d'une ogive conventionnelle pour un missile tactique sol-sol, a déclaré KCNA.

Selon l'agence, Pyongyang a testé mardi des missiles de croisière à longue portée qui ont survolé la mer située à l'est de la péninsule (mer du Japon, ou mer de l'Est selon l'appellation coréenne) et ont atteint "l'île cible située à 1.800 km".

Jeudi, la Corée du Nord a testé des missiles balistiques à courte portée qui ont frappé une "île cible", a détaillé l'agence, "prouvant que la puissance explosive de l'ogive conventionnelle était conforme aux exigences de conception".

Il s'agit pour Pyongyang des cinquième et sixième tirs d'essai depuis le début de l'année, qui a notamment vu des lancements de missiles hypersoniques.

L'agence KCNA a aussi publié des images de M. Kim visitant une usine d'armement. Sur une de ces photos, on le voit rayonnant, portant son habituel long blouson de cuir noir à ceinture, entouré d'officiels en uniforme, dont le visage est flouté.

M. Kim "a hautement apprécié l'usine qui a réalisé des innovations collectives et des progrès considérables dans la production d'armes essentielles", a rapporté KCNA.

Les tirs de janvier font tous partie du plan quinquennal pour "améliorer son arsenal stratégique", analyse pour l'AFP Hong Min, de l'Institut coréen pour l'unification nationale à Séoul.

"Les missiles de croisière tirés mardi sont un prolongement du même type de missiles tirés depuis septembre dernier avec des améliorations en matière de distance et de vitesse", ajoute-t-il.

- "Premier semestre mouvementé" -

La série en cours est aussi une réponse aux efforts de la Corée du Sud pour améliorer son propre système d'armement, avec les essais en 2021 de missiles supersoniques et de nouveaux missiles balistiques lancés par sous-marin, souligne encore M. Hong.

"Le Nord montre qu'il développe aussi des missiles pour contrer ce que le Sud a en main", explique-t-il. Cette série d'essais interdits ont suscité une condamnation mondiale et une réunion à huis clos du Conseil de sécurité des Nations unies.

En réponse, les Etats-Unis ont également imposé de nouvelles sanctions, suscitant la colère de la Corée du Nord.

La période est délicate pour la région: la Chine, seul allié majeur du régime nord-coréen, accueille les Jeux olympiques d'hiver en février et une élection présidentielle doit se dérouler en mars en Corée du Sud.

Pyongyang se prépare à célébrer le 80e anniversaire de la naissance du père de Kim, le défunt dirigeant Kim Jong Il, en février, puis le 110e anniversaire de Kim Il Sung, le dirigeant fondateur du pays, en avril.

Le besoin de célébrer ces "anniversaires importants" contribue à expliquer cette récente série de tests, estime l'expert Ankit Panda, du groupe de réflexion américain Carnegie Endowment for International Peace.

"Nous devons nous attendre à un premier semestre mouvementé", prédit-il auprès de l'AFP. Selon cet expert, les inquiétudes autour du Covid ont pu obliger Pyongyang à modifier son calendrier d'entraînement hivernal et à passer aux essais de missiles pour assurer une "propagande positive" sur la défense nationale en direction de sa population.

"Cela pourrait être d'autant plus important à un moment où l'économie nationale se porte mal et où la production agricole pourrait menacer de conduire à des conditions proches de la famine", a-t-il ajouté.

La Corée du Nord, déjà appauvrie et qui souffre du blocus qu'elle s'est elle-même imposée pour contrer la pandémie, a récemment repris le commerce avec son voisin chinois.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !