Tués lors un contrôle routier :

Allemagne : deux suspects arrêtés après le double meurtre de policiers


Publié / Actualisé
Deux jeunes policiers ont été tués par balle lundi pendant un contrôle routier dans le sud-ouest de l'Allemagne, déclenchant une vaste opération de recherches qui a abouti en fin de journée à l'arrestation de suspects dont le mobile reste à déterminer.
Deux jeunes policiers ont été tués par balle lundi pendant un contrôle routier dans le sud-ouest de l'Allemagne, déclenchant une vaste opération de recherches qui a abouti en fin de journée à l'arrestation de suspects dont le mobile reste à déterminer.

Les enquêteurs ont arrêté deux hommes âgés de 38 et 32 ans lors de deux interventions distinctes. Le plus âgé était visé depuis le milieu d'après-midi par un avis de recherche de la police et du parquet.

Identifié comme Andreas Johannes Schmitt, cheveux bruns et barbe fine, il réside en Sarre, région voisine des lieux du meurtre, selon les autorités. Il a été interpellé à environ 8 kilomètres de son domicile.

L'autre suspect a été arrêté sans opposer de résistance, selon les services d'enquête, qui ont précisé que les deux hommes étaient amis et étaient tous les deux suspectés d'avoir commis le double meurtre.

Les deux agents, un homme de 29 ans et une femme de 24 ans, ont été abattus vers 04H20 (03H20 GMT) sur une route de campagne près de Kusel, une commune située non loin de Kaiserslautern, dans l'Etat régional de Rhénanie-Palatinat (ouest), voisin du Land de Sarre.

Ce crime a suscité la stupeur en Allemagne où les meurtres de policiers sont relativement rares : la ministre de l'Intérieur, Nancy Faeser, a évoqué une "exécution". "Ce qui s'est passé à Kusel m'attriste beaucoup", a réagi sur Twitter le chancelier Olaf Scholz. "Je compatis avec les proches des deux jeunes victimes. Et je pense aux nombreux policiers qui risquent leur vie chaque jour pour nous protéger, nous les citoyens", ajoute-t-il, attendant que soit "rapidement faite la lumière sur les raisons de cet acte".

La police a dit ignorer les motivations du ou des tueurs et les circonstances des meurtres, perpétrés dans une zone rurale de forêts et de prairies, restent à éclaircir.

- Contact radio -

Les policiers en uniforme se trouvaient à bord d'un véhicule banalisé sur une route de campagne en pleine nuit. Selon le site internet du quotidien Bild, les policiers ont été tués de balles dans la tête par des braconniers. Ils ont envoyé un message radio peu avant le drame indiquant qu'ils avaient arrêté un véhicule suspect transportant du gibier mort dans le coffre. Un élément que les enquêteurs se refusaient à confirmer lundi soir.

"Les collègues ont signalé que des coups de feu avaient été tirés", a expliqué aux médias un porte-parole de la police du Palatinat occidental, Bernhard Christian Erfort.

"Puis nous avons perdu le contact radio (...) Les forces d'intervention se sont alors rendues sur les lieux et ont trouvé les collègues, l'un blessé, l'autre morte", a-t-il ajouté sans confirmer les informations sur d'éventuels braconniers.

La jeune policière n'a même pas eu le temps de dégainer son arme, a poursuivi Bild citant des sources proches de l'enquête. L'autre policier a tiré des coups de feu avant d'être blessé et de succomber à ses blessures peu après.

L'agente âgée de 24 ans suivait une formation de commissaire, selon le ministère régional de l'Intérieur. La dirigeante de la région de Rhénanie-Palatinat, Marlu Dreyer, s'est dite "profondément bouleversée" par cet "acte épouvantable", tandis que le ministre régional de l'Intérieur, Roger Lewentz, insistait sur "la grande brutalité" avec laquelle les deux victimes ont été tuées.

Les opérations de police ont mobilisé depuis les premières heures de la journée des hélicoptères, des chiens renifleurs ainsi que des forces policières spéciales.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !