Justice :

Au procès Maëlys, Lelandais évoque un SMS qui aurait pu "tout changer"


Publié / Actualisé
"Il n'y aurait pas eu ce drame": jugé pour le meurtre de la jeune Maëlys en 2017, Nordahl Lelandais a déclaré vendredi que "la petite serait encore là" si son ex-compagne avait répondu au message qu'il lui a envoyé la nuit des faits.
"Il n'y aurait pas eu ce drame": jugé pour le meurtre de la jeune Maëlys en 2017, Nordahl Lelandais a déclaré vendredi que "la petite serait encore là" si son ex-compagne avait répondu au message qu'il lui a envoyé la nuit des faits.

"Si j'étais passé te voir, ça aurait tout changé, je serais parti du mariage, la petite serait encore là", affirme l'accusé de 38 ans, debout dans le box, en s'adressant à son ancienne compagne, en pleurs à la barre.
-"Ca ne dépendait pas de vous? Vous avez votre libre arbitre, M. Lelandais", insiste la présidente de la cour d'assises de Grenoble Valérie Blain.
-"Si ma copine m'avait répondu au message, je ne serais pas resté au mariage, je serais allé dormir chez elle", réplique-t-il.
-"Et il ne se serait rien passé?"
-"Oui", répond-il.

Réagissant peu après à cet échange, l'avocat de la mère de Maëlys, Me Fabien Rajon, a jugé "indécent de faire culpabiliser cette malheureuse ex-compagne en lui disant que si elle avait répondu à son SMS, la petite Maëlys ne serait pas morte".

"C'est proprement insupportable", a commenté de son côté l'avocat du père de Maëlys, Me Laurent Boguet, jugeant que "Nordahl Lelandais, c'est l'homme des prétextes, des fausses excuses, l'homme du mensonge".

Debout devant la barre, les jambes croisées et visiblement mal à l'aise, l'ancienne compagne commence par relater le "coup de foudre" initial qu'elle ressent pour lui, puis une liaison qui se dégrade à cause des infidélités et un avortement.

Puis elle raconte avoir découvert un jour chez lui un post-it affichant l'adresse "petitegirl.com", renvoyant vers deux sites, l'un pornographique classique pour adultes et un autre "pédo" et dit lui avoir demandé des explications. "Ca m'a dérangée, ce n'est pas normal que je me pose cette question", note-t-elle, tandis que lui, assis dans le box en chemise claire, la dévore du regard.

- "Éventuel mobile sexuel" -

Nordahl Lelandais est jugé depuis lundi par la cour d'assises de l'Isère pour le meurtre de Maëlys De Araujo, huit ans, disparue dans la nuit du 26 au 27 août 2017 lors d'une soirée de mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère).

Nordahl Lelandais reconnaît avoir "involontairement" tué la fillette en lui portant des coups, mais les circonstances du drame demeurent floues. La question de possibles tendances à la pédophilie de l'accusé est au coeur du procès. L'ancien militaire doit également répondre d'agressions sexuelles de deux petites-cousines âgées à l'époque de cinq et six ans, ainsi que de détention et enregistrement d’images pédopornographiques.

L'après-midi de vendredi devrait être consacrée à l'audition des parents de l'une de ces cousines, également filleule de Nordahl Lelandais, puis ce sera au tour de l'accusé d'être interrogé.

Ces faits avaient été découverts pendant l'enquête sur la disparition de Maëlys lorsque les enquêteurs avaient mis la main sur des vidéos des attouchements, filmées par téléphone, qui remontent à juillet et août 2017.

Il est accusé d’avoir caressé le sexe de sa filleule âgée de cinq ans à l'époque, alors que celle-ci dormait, seule dans une chambre. Puis d’avoir reproduit ces mêmes gestes, dans les mêmes circonstances quelques semaines plus tard sur une autre petite-cousine âgée de six ans. "Ces agressions sexuelles ont été commises, même si Nordahl Lelandais est présumé innocent, pour l'une d'entre elle six semaines avant les faits concernant Maëlys, l'autre une semaine pile avant les faits concernant Maëlys", a relevé l'avocate des parents des deux petites-cousines, Me Caroline Rémond.

"Ca pose évidemment la question d'un éventuel mobile sexuel concernant Maëlys De Araujo compte tenu de la proximité en âge de ces fillettes et la proximité en terme de temporalité", a-t-elle souligné.

Jeudi, l'accusé avait été confronté à des images de vidéosurveillance montrant Maëlys De Araujo assise dans sa voiture à l'heure de sa disparition et a répété qu'elle y était montée de son plein gré.

Déjà condamné à Chambéry en mai 2021 à 20 ans de réclusion pour le meurtre du jeune soldat Arthur Noyer, il n'a pas fait appel.
Le verdict est attendu autour du 18 février. Nordahl Lelandais encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !