Voyage :

Dubaï mise sur un trafic de passagers pré-pandémie d'ici 2024


Publié / Actualisé
L'aéroport international de Dubaï reste le premier au monde en termes de voyageurs internationaux et espère se rapprocher d'ici 2024 du niveau d'avant la pandémie dont il est encore "bien loin", a déclaré mardi son PDG à l'AFP.
L'aéroport international de Dubaï reste le premier au monde en termes de voyageurs internationaux et espère se rapprocher d'ici 2024 du niveau d'avant la pandémie dont il est encore "bien loin", a déclaré mardi son PDG à l'AFP.

En 2021, environ 29,1 millions de passagers ont transité par Dubaï, soit "une croissance annuelle de 12,7%", a annoncé mardi l'aéroport international de Dubaï (DXB) dans un communiqué.

Ces nombres "dépassent les prévisions pour l'année de plus d'un demi-million de passagers, grâce à un solide dernier trimestre", a-t-il ajouté.

"Nous sommes bien loin des niveaux pré-pandémie", a reconnu Paul Griffiths, PDG de Dubai Airports, dans un entretien avec l'AFP.

L'aéroport vise les 57 millions de passagers pour l'année 2022, selon lui, mais espère "dépasser cet objectif". "Je pense que d'ici la fin de 2023 nous serons beaucoup plus proches des niveaux pré-pandémie", a-t-il déclaré, misant sur l'ouverture progressive de l'Australie et l'Asie.

En 2019, plus de 86 millions de personnes avaient transité par l'aéroport de Dubaï. L'année suivante, sur fond de ralentissement brutal du transport aérien en raison du Covid-19, ils n'étaient que 25,9 millions, une baisse colossale de 70%.

"Il est très gratifiant de constater que, pour la huitième année consécutive, nous sommes toujours l'aéroport international le plus fréquenté au monde, ce qui est une très bonne statistique", a toutefois souligné Paul Griffiths.

"Cela signifie que, même si nos chiffres ne sont pas ce que nous aimerions qu'ils soient, les autres aéroports ont clairement fait pire que nous", a-t-il insisté.
Après la fermeture de son aéroport en mars 2020, Dubaï a largement rouvert ses portes aux voyageurs internationaux en juillet de la même année.

L'émirat du Golfe, destination touristique connue pour ses hôtels luxueux et ses attractions pharaoniques, n'a imposé qu'un seul confinement au plus fort de la pandémie, misant ensuite sur une campagne de vaccination tous azimuts.

Avec son aéroport et sa compagnie Emirates, la première du Moyen-Orient, le transport aérien est un secteur crucial de l'émirat de Dubaï, pauvre en pétrole contrairement à ses voisins du Golfe.

En 2019, quelques 16 millions de touristes étrangers ont visité Dubaï. En 2021, l'émirat en a totalisé à peine la moitié, soit plus de sept millions de visiteurs, alors qu'il accueille l'Exposition universelle depuis octobre et jusqu'à fin mars.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !