Journée du 8 mars :

Droits des femmes: une "déferlante pour l'égalité" attendue dans les rues


Publié / Actualisé
Les collectifs féministes appellent mardi à une "déferlante pour l'égalité" et contre les violences sexistes, à l'occasion de la journée internationale pour les droits des femmes.
Les collectifs féministes appellent mardi à une "déferlante pour l'égalité" et contre les violences sexistes, à l'occasion de la journée internationale pour les droits des femmes.

A Paris, les organisateurs attendent au moins 10.000 participants à la manifestation qui reliera la Gare du Nord à l'hôpital Tenon, pour "exiger des moyens contre les violences sexistes" et une lutte accrue contre les inégalités.

Des défilés sont également prévus dans de nombreuses autres villes de France, à l'appel d'une soixantaine d'associations et de partis politiques.

Dans cette "grève féministe", les revendications sont teintées de critiques envers la politique du gouvernement sortant: aux yeux des militantes, le quinquennat Macron représente "cinq ans de perdus" dans la lutte contre les inégalités de genre. "Nous sommes parfaitement conscients qu'il reste beaucoup à faire" sur le sujet de l'égalité entre les femmes et les hommes, a convenu à la veille des manifestations le Premier ministre Jean Castex.

Cependant "nous avons progressé, car le sujet, qui a longtemps été mis sous le tapis, est désormais porté sur la place publique", a poursuivi le chef du gouvernement, lors d'une visite aux militantes féministes qui viennent d'achever un tour de France à bord d'un "Train de l'égalité".

A Paris, trois candidats de gauche à la présidentielle ont annoncé qu'ils se rendraient à la manifestation: l'écologiste Yannick Jadot, le communiste Fabien Roussel et la socialiste Anne Hidalgo. Tous trois veulent notamment rétablir un ministère de plein droit des droits des femmes, abondé d'un milliard d'euros affecté à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Une délégation de La France insoumise se joindra également au cortège, menée par la députée Clémentine Autain. Pour illustrer symboliquement les inégalités persistantes, les collectifs féministes appellent les femmes à débrayer mardi à 15h40, heure à partir de laquelle elles "travaillent gratuitement" chaque jour.

- "Die-in" au Père Lachaise -

En moyenne, les femmes gagnent en effet 22,3% de moins que les hommes dans le secteur privé (hors agriculture), selon des données publiées mardi par l'Urssaf. Un tiers de cet écart s'explique par le fait que leur temps de travail global est inférieur, du fait du temps partiel ou des contrats courts: les femmes représentent ainsi 57,4% des CDD courts, mais 42,5% des embauches en CDI.

Et les salariées enceintes ou de retour de congé maternité sont encore trop souvent victimes de discrimination au travail, s'est inquiétée la Défenseure des droits, qui a publié lundi un "guide juridique" pour rappeler aux femmes que la loi les protège, et qu'elles ne doivent pas renoncer à se plaindre par peur de perdre leur emploi.

Les militantes entendent également dénoncer les "défaillances" des forces de l'ordre dans la prise en charge des victimes de violences. Pendant la manifestation parisienne, mardi, plusieurs centaines de manifestants ont ainsi prévu un "die-in" devant le cimetière du Père Lachaise, pour rendre "femmage" (et non pas hommage) aux victimes de féminicides.

Toutes ces doléances sont reprises dans les propositions de mesures envoyées par des associations aux candidats à la présidentielle. Plusieurs organisations, dont la Fondation des femmes et Oxfam, ont présenté un "pacte d'urgence" de dix mesures qu'elles espèrent voir mises en oeuvre dès le début du prochain quinquennat, dont un "Grenelle de l'égalité salariale".

Au travail, dans les relations ou à la maison, le sexisme reste ancré dans le quotidien des Français malgré leur volonté croissante de le combattre, a relevé de son côté le Haut conseil à l'égalité femmes-hommes, dans un rapport publié lundi. Six Françaises sur dix disent avoir subi un acte ou des propos sexistes dans la rue et les transports, 46% des femmes interrogées ont vécu des actes sexistes au travail, et 43% en sont victimes chez elles, selon les "chiffres alarmants" de ce baromètre.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !