Sport :

Paris-Nice: van Aert aux commandes devant Roglic


Publié / Actualisé
Nouveau triplé Jumbo: le Belge Wout van Aert a gagné mercredi la 4e étape de Paris-Nice, un contre-la-montre individuel de 13,4 kilomètres à Montluçon, devant deux de ses coéquipiers, et a pris les commandes de la course devant le Slovène Primoz Roglic.
Nouveau triplé Jumbo: le Belge Wout van Aert a gagné mercredi la 4e étape de Paris-Nice, un contre-la-montre individuel de 13,4 kilomètres à Montluçon, devant deux de ses coéquipiers, et a pris les commandes de la course devant le Slovène Primoz Roglic.

La logique de l'exercice a été respectée: le vainqueur du grand chrono du Tour de France 2021 a battu le champion olympique de la discipline (Roglic), battu de deux secondes en haut de la côte d'arrivée, et un ancien double champion du monde, l'Australien Rohan Dennis, troisième.

Mais les écarts sont restés resserrés, cette fois, au point que le quatrième, le champion d'Europe suisse Stefan Küng, n'a été devancé que de 10 secondes par van Aert, vainqueur à la moyenne de 49,224 km/h malgré la pente raide dans les derniers hectomètres.

Si le Britannique Simon Yates a parfaitement résisté (11 sec) tout comme Pierre Latour (19 sec), premier Français à la septième place de l'étape, le retard de plusieurs candidats au podium s'est avéré plus conséquent. Au-delà de 40 secondes pour le Britannique Adam Yates et le Portugais Joao Almeida, plus d'une minute pour le Colombien Nairo Quintana.

Au classement général, Wout van Aert compte désormais 10 secondes sur Primoz Roglic, qui avait gagné ses trois derniers chronos disputés (JO de Tokyo et les deux de la Vuelta), et 28 secondes sur l'ex-porteur du maillot jaune Christophe Laporte. Car le Français a très honorablement défendu son bien pour prendre la 11e place de l'étape, à 29 secondes de son coéquipier.

- Un profil à la Sean Kelly -

Interrogé sur ses chances de rallier Nice en jaune en fin de semaine, van Aert a plus ou moins esquivé: "J'espère porter ce maillot aussi longtemps que possible, avant que Primoz le prenne."

Hormis l'arrivée au col de Turini (samedi) à l'avantage théorique de Roglic en raison de ses qualités de grimpeur sur une ascension de quelque 15 kilomètres, les prochaines étapes conviennent parfaitement au champion de Belgique qui présente un profil digne de Sean Kelly, l'Irlandais vainqueur par... sept fois de Paris-Nice dans les années 1980.

Mais les hommes de Jumbo l'ont répété au départ des Yvelines, c'est bel et bien Roglic le leader de l'équipe d'autant que le Slovène a un compte à régler avec la "course au soleil", un an après avoir perdu sur chute le dernier jour.

Au vu du menu à venir, van Aert a commenté: "les étapes les plus dures arrivent." A commencer par la 5e étape qui relie jeudi la Loire à l'Ardèche et franchit le difficile col de la Mure (7,6 km à 8,3 %) à 33 kilomètres de l'arrivée jugée dans la bourgade de Saint-Sauveur-de-Montagut.

"Il y a de bonnes choses à faire", a ajouté le porteur du maillot jaune, qui a signé la 32e victoire de sa carrière, sa deuxième de la saison. Cette année, le Belge rend une carte des plus impressionnantes: en cinq jours de course depuis sa reprise le 26 février, il a fait au plus mal... troisième.

 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !