Avions de combat :

Athènes finalise l'achat à la France de trois frégates et de six Rafale


Publié / Actualisé
La ministre française des Armées Florence Parly signe jeudi à Athènes la vente à la Grèce de trois frégates de défense et d'intervention (FDI) et de six avions de combat Rafale, deux contrats marquant un nouveau renforcement de la coopération militaire entre les deux pays.
La ministre française des Armées Florence Parly signe jeudi à Athènes la vente à la Grèce de trois frégates de défense et d'intervention (FDI) et de six avions de combat Rafale, deux contrats marquant un nouveau renforcement de la coopération militaire entre les deux pays.

Sur fond de tensions avec la Turquie voisine, la Grèce avait décidé l'an dernier de renforcer sa capacité militaire en commandant à la France 24 avions de combat Rafale et trois frégates, pour un montant total de plus de 5,5 milliards d'euros.

En présence du PDG de Naval Group, Pierre-Eric Pommellet, la ministre française et son homologue grec Nikos Panagiotopoulos signeront d'abord le contrat portant sur trois frégates (baptisées [email protected] à l'export). Celles-ci seront construites par Naval Group, à Lorient dans l'ouest de la France, pour être livrées à la marine grecque en 2025 et 2026. Une quatrième frégate est en option.

Le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, a également fait le déplacement pour la signature d'un deuxième contrat portant sur la livraison de six Rafale neufs supplémentaires. La vente de 18 de ces avions de combat avait déjà été signée l'an dernier, dont sept d'occasion ont été livrés à la Grèce.

La signature de ces contrats, qui portent à eux seuls sur un montant de plus de trois milliards d'euros, intervient alors que les relations semblent s'apaiser entre la Grèce et la Turquie qui ont promis de coopérer davantage face à la guerre en Ukraine.

La Grèce et la France avaient commencé à renforcer leur coopération militaire à l'été 2020 pour contrer les tentatives turques d'exploration gazière dans des zones disputées de Méditerranée orientale.

En septembre dernier, les deux pays avaient conclu à Paris un "partenariat stratégique" confirmant leur intention de renforcer l'Europe de la défense. Ankara a critiqué l'accord franco-grec à plusieurs reprises, estimant qu'il menaçait "la paix et la stabilité régionales".
Mais le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a souligné, en février au Parlement grec, que la modernisation de l'armée grecque vise à "renforcer l'arsenal du pays".

- Sommet "inattendu" -

Or un sommet "inattendu" à Istanbul entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et le Premier ministre grec "a contribué à améliorer les relations bilatérales en raison de la guerre en Ukraine", a indiqué à l'AFP Christos Rozakis, ancien vice-président de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH).

La Turquie et la Grèce sont toutes deux membres de l'Alliance atlantique et "l'Otan ne veut pas de tension sur son front oriental", a ajouté cet expert des relations gréco-turques.

Les contrats sur les frégates et sur les Rafale supplémentaires seront signés jeudi en fin d'après-midi à la veille de la fête nationale grecque, sur le cuirassé Averof, un navire-musée symbole de l'histoire navale grecque, ancré au Phalère, une banlieue balnéaire d'Athènes.
Les Grecs célèbrent le 25 mars le début de la guerre de l'Indépendance de l'empire ottoman, en 1821, et pour l'occasion le porte-avions français Charles-de-Gaulle a fait escale au large du port du Pirée.

Les deux ministres et les deux chefs d'entreprise s'y rendront juste après la signature jeudi. Des Rafale décolleront vendredi du Charles-de-Gaulle, au large de la Crète, pour participer au défilé militaire traditionnel à Athènes, auquel assistera Florence Parly pour la deuxième fois consécutive.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !